Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MINISTERE EN CHARGE DU COMMERCE> Conférence de presse du mardi 10 septembre 2019

Spéculation sur la vente du ciment et du sel non iodé

 

DSC 0572Dans une conférence de presse organisée par le ministère du Commerce, de l’industrie et du tourisme, le mardi 10 septembre 2019, le ministre de tutelle a réuni les intervenants dans le commerce du ciment Buceco et du sel. Il a été remarqué, ces jours-ci, une flambée du prix du ciment Buceco et du sel non iodé. Le ministre a voulu mettre en garde ces commerçants pour qu’ils arrêtent la spéculation, car le ciment est disponible chez Buceco au coût habituel. 

 

Le ministre du Commerce, de l’industrie et du tourisme, Jean Marie Niyokindi, a déploré le fait que les commerçants importent du sel qui ne remplit pas les normes. Ce sel n’est pas iodé, ce dernier causerait plusieurs maladies telles que, le goitre, l’obésité, la dépression etc., il provient de la Tanzanie et entre au Burundi par la voie illégale. La  Tanzanie doit aussi suivre des normes, poursuit-il.Concernant la commercialisation et la distribution du ciment, le ministre a eu le regret d’annoncer une montée sensible du prix du ciment Buceco ces jours-ci. Le prix qui devait être à 24 500 francs, est actuellement entre 29 et 31 000 francs, ce qui est anormal. Il a souhaité que les commerçants se ressaisissent et que ce comportement soit banni à jamais. La représentante de Buceco, Verra Izere a dit qu’elle ne comprend pas le but des spéculations parce que le ciment est disponible en abondance à l’entreprise Buceco ; que l’entreprise peut satisfaire la loi de l’offre et de la demande. Le ministre du Commerce a demandé à l’entreprise Buceco de toujours veiller au respect du prix conventionnel. Il lui a demandé aussi d’éviter les ruptures de stocks pour les grossistes, car elles favorisaient les spéculations. L’entreprise doit aussi fournir chaque mois les prix et les qualités offerts au ministère du Commerce. M. Niyokindi a fait un clin d’œil à Buceco pour qu’il puisse rayer de la liste les grossistes qui ne respectent pas les prix conventionnels.  Les commerçants qui étaient présents à cette conférence ont émis leur inquiétude, et ont demandé que les sanctions ne soient pas exorbitants, et que les boutiques fermées soient réouvertes. Certains d’entre eux ont reconnu la faute du fait qu’ils augmentent le prix pour compenser l’argent dépensé dans le transport du ciment au cas où le marchant grossiste est loin de l’endroit du marchand détaillant. Le ministre a donné un ultimatum aux commerçants qui recommenceraient d’augmenter le prix. Il leur a promis un châtiment approprié. Il a ensuite permis la réouverture des stocks qui avaient été fermés.

Aline Nshimirimana

Ouvrir