Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ELEVAGE > Entretien avec un jeune citadin éleveur de vaches

Pour lutter contre le chômage

 

IMG 0034Divin Manirakiza, un jeune né à Bujumbura, âgé de trente ans, diplômé en droit, pratique l’élevage de vaches pour mieux s’occuper et lutter contre le chômage car trouver du travail est devenu un casse-tête.  

 

Diplômé en droit, une année après ses études universitaires, il a préféré se lancer dans l’élevage de vaches. Pour ne pas trainer dans les quartiers sans  rien faire comme les autres jeunes sans emploi, il a décidé de se créer une activité.Normalement, quand on parle de l’élevage de vaches, certains font directement allusion à des  personnes âgées ou aux jeunes des collines. Ce jeune né à Bujumbura dans le quartier Kajaga surprend beaucoup de personnes. Un grand nombre de personnes ne croyait pas qu’un jeune citadin, en plus un diplômé en droit, pourait faire l’élevage de vaches.Divin Akizimana, après ses études universitaires a chômé pendant environ une année avant de décider de se lancer dans l’élevage et ses parents ne l’ont pas cru.Au début, tout le monde se moquait de lui surtout ses camarades. Ils avaient des préjugés disant qu’un diplômé en droit digne de son nom ne peut pas pratiquer l’élevage de vaches. M. Akimana nous a dit qu’il est parti d’une seule vache et quelques mois après il en a eu quatre.Il trait le lait  et le vend en suite pour  subvenir à tous ses besoins et ceux de sa famille.Pour lui, l’important est de ne pas se retouver au chômage ; «Tout ce qui compte c’est d’avoir une activité qui me permet de gagner de l’argent pour assurer mon avenir et ne pas faire comme les autres jeunes qui passent tout leur temps à n’est rien faire». Il a ajouté que les jeunes ne devraient pas sous-estimer certains métiers,  quel que soit le diplôme dont on dispose. Les jeunes  doivent plutôt fournir beaucoup d’efforts pour se lancer dans d’autres activités malgré les diplômes  qu’ils possèdent. Aujourd’hui cela fait trois ans que M. Akizimana fait l’élevage de vaches. 

Fridah Nasrah Awazi  (stagiaire)

Ouvrir