Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ASSAINISSEMENT> La gestion des déchets biomédicaux au Burundi

Un travail qui incombe impérativement au personnel soignant

 

IMG 5609Dans les formations sanitaires, la gestion des déchets biomédicaux incombe en premier lieu et impérativement aux infirmiers et aux médecins. Cela ressort d’un entretien accordé, le lundi 8 juillet 2019,  le chef du Service national d’hygiène et assainissement, Prosper Muyuku.   

 

Au cours de cette entrevue, Prosper Muyuku a d’emblée rappelé que les formations sanitaires dont les centres de santé et hôpitaux sont des lieux de rencontre entre les malades, le corps soignant et les accompagnateurs. « Souvent des actes qu’on pose sur le malade dans le but de faire le diagnostic ou de traiter sa maladie créent des biens mais aussi des déchets », a-t-indiqué.Comme il l’a fait savoir, pour qu’il y ait une bonne gestion des déchets qui sont produits dans les formations sanitaires, ils doivent être classés en plusieurs catégories. « Il y a des déchets biodégradables et des déchets non biodégradables, les déchets infectieux et d’autres non infectieux, des déchets chimiques, physiques ou encore biologiques ». Pour notre interlocuteur, tout ce qui est déchets biomédicaux, il est important d’en faire une bonne gestion dans la mesure où les gens peuvent s’infecter facilement.Il a signalé que la gestion des déchets biomédicaux doit se faire par séquence, en terme d’étapes. La première étape qui est aussi la plus cruciale consiste au tri-sélectif des déchets. En ce temps, on fait la pré-collecte de ces déchets. Pour bien gérer ces derniers, M. Muyuku affirme que le tri-sélectif exige qu’il y ait la présence des poubelles de couleurs variées ou, à défaut, mettre des étiquettes bien visibles pour éviter toute confusion. Etant donné que la gestion des déchets produits dans les formations sanitaires est toujours accompagnée d’une promotion d’hygiène de l’environnement hospitalier, Prosper Muyuku recommande à tout le personnel de santé de porter les objets de protection individuelle pour qu’ils protègent par la suite leurs pairs.                                             

Moïse Nkurunziza

Ouvrir