Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MSPGC> Communication sur les cas de crimes

Cinq cas de crimes ont été signalés

 

DSC07029Le porte-parole du ministère de la Sécurité publique et de la gestion des catastrophes (MSPGC), Pierre Nkurikiye, a lancé, le mercredi 10 avril 2019, une communication concernant les cas de crimes. Cinq cas de personnes qui ont commis des délits ont été appréhendés par la police.   

 

Pierre Nkurikiye a fait savoir que la police a découvert un centre de santé situé en zone Rohero II, impliqué dans le trafic des êtres humains. Il a indiqué que dans ce centre de santé, la police a appréhendé deux victimes de ce trafic, le propriétaire de ce centre de santé ainsi que deux laborantins. M. Nkurikiye a précisé que ces victimes avaient sur elles des passeports neufs et des cartes jaunes leur permettant de voyager dans les pays étrangers. La police a poursuivi la fouille dans ce centre de santé et a saisi 27 passeports tout neufs et 30 cartes jaunes dont deux étaient vrais, les autres étant fausses. Mais pour les passeports saisis, tous étaient vrais. Elle a saisi aussi un ordinateur utilisé dans ce trafic  des êtres humains.Le porte-parole du MSPGC a souligné que le propriétaire de ce centre de santé, Osman Ali Hussein, un Kenyan d’origine somalienne, dit qu’il ne fait que des examens des victimes de ce trafic. Et pour commencer ce travail, il a été contacté par un ambassadeur d’Arabie Saoudite basé à Dar-es-Salam en Tanzanie. Ce dernier lui a demandé de faciliter une société qui est impliquée dans le trafic des êtres humains qui s’appelle Al-sail.  M. Nkurikiye a précisé que les registres montrent que, depuis le début de ce mois d’avril, 106 filles ont déjà fait faire des examens. Pour dire qu’à part les propriétaires des 27 passeports saisis, les autres sont déjà parties à destination d’Arabie Saoudite.

Sept kilos de cocaïne ont été saisis 

Un trafiquant de drogues du nom de Janvier Désiré Ndisabiye a été appréhendé le dimanche 7 avril 2019 à l’Aéroport international de Bujumbura. Ce trafiquant de nationalité belge mais d’origine burundaise a été arrêté avec sept (7) kilos de cocaïne.  M. Nkurikiye a dit que la police reste très vigilante car, au même endroit, d’autres trafiquants de drogues ont été appréhendés.  

Destruction méchante

Un autre cas concerne certains habitants de la commune Mutambu dans la zone de Gomvyi sur la colline Burima I. Quinze personnes, dont quatre femmes, ont été appréhendées le mercredi 3 avril 2019 pour avoir détruit 19 228 plants plantés dans le cadre du projet « Ewe Burundi urambaye ». Selon  M. Nkurikiye, ces personnes sont obligées de planter le même nombre d’arbres et les arroser. Aussi, elles sont obligées de payer une amende de cent mille francs burundais chacune. Il a saisi l’occasion pour mettre en garde toute personne qui s’adonnera à la destruction de ces plants du projet « Ewe Burundi urambaye » que les sanctions vont être plus sévères. Cela dans l’optique de décourager définitivement ce mauvais comportement de certains citoyens.

D’autres criminels arrêtés

Aussi, la police a découvert plusieurs armes dans les différentes localités précisément sept fusils de type Kalachnicov  avec 8 chargeurs garnis et 318 cartouches pour ce type de fusil. Elle a découvert aussi un pistolet mitrailleur appelé communément USI. Ces armes ont été découvertes dans la commune Gitega en province de Gitega, dans la commune Bugabira en province de Kirundo, dans la zone de Nyakabiga en commune urbaine de Mukaza dans la municipalité de Bujumbura.   Un autre cas signalé par la police concerne les voleurs qui utilisent des substances somnifères qui ont été appréhendés. Ces substances sont administrées spécialement aux veilleurs et aussi aux policiers surtout ceux qui gardent les établissements financiers. La police est donc parvenue à appréhender ceux qui commettent des forfaits en administrant ces substances. Elle a  aussi arrêté un fournisseur de ces substances, un Tanzanien et ses complices.  

Fidès Ndereyimana

Ouvrir