Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CINEMA> Entretien avec une femme productrice de films

« L’objectif est de  transmettre des valeurs positives à un grand public »

 

IMG 0021Selon Mme Sandrine Nizigiyimana, une productrice de films,  le cinéma est un moyen puissant de mobilisation. Dans ses films, elle s’adresse à tout le monde mais l’accent  reste pointé aux femmes.  Son objectif est alors de transmettre des valeurs positives à un grand public.  

 

Sandrine Nizigiyimana, indique qu’elle a eu l’idée de produire des films dès son bas âge. « J’ai commencé à écrire les théâtres à l’âge de 10 ans et à les jouer pendant la prière  à la maison comme des histoires bibliques. Je jouais également à l’église, à l’école et même dans les autres endroits où on organisait de petites fêtes. A l’âge adulte, après avoir terminé la licence en Communication sociale, je me suis alors lancée dans le cinéma », a dit Mme Nizigiyimana. Elle a signalé que les films qu’elle produit ont pour la plupart un caractère féminin. Dans mes films, je m’adresse à tout le monde mais l’accent reste pointé aux femmes. Et d’ajouter que l’objectif est de transmettre des valeurs positives à un grand public.  Mme Nizigiyimana a rappelé que le cinéma est un moyen puissant de mobilisation. On dit même qu’une seule image vaut mille mots. « C’est ce moyen que j’ai choisi pour faire rire les gens car mon bonheur est d’augmenter celui des autres.  Je lance des messages de paix et d’amour qui redonnent de l’espoir et qui incitent les gens à entreprendre », a –t-elle ajouté. Elle a précisé que les films qu’elle produit ont un impact positif sur la société, en général, et sur la femme, en particulier. «Dans mes films, je propose des solutions concrètes aux préoccupations de la société et de la femme, en particulier. Je montre comment la femme est le pilier de la société et lui fais comprendre  qu’elle  doit jouer son rôle et entreprendre des projets au sein de la communauté », a fait remarquer Mme Nizigiyimana. Elle a insisté sur le fait que les problèmes ne manquent pas dans ce travail. Elle a parlé  de la  culture qui l’empêche d’innover en tant que femmes, du manque de  moyens également puisque la production de films exige beaucoup de moyens. Elle a conclu en exprimant son espoir que cela ne peut pas paralyser la destinée des femmes. Elles sont appelées à surmonter tous ces problèmes. 

Emelyne Iradukunda

Ouvrir