Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ECOFO KIBENGA> Des accusations mensongères de certains parents

La directrice en collaboration avec les représentants de parents et enseignants en dément

 

P1090060Certains parents accusent la direction de l’école fondamentale de Kibenga de les faire payer des frais alors que la gratuité des enseignements fondamentaux est garantie. Dans un entretien que la directrice de cet établissement, en collaboration avec les représentants des parents et enseignants, a donné au journal Le Renouveau, le mercredi 9 janvier 2019, un démenti avec des preuves à l’appui ces accusations. 

 

Sévérin Nkunzimana, un des parents qui a des enfants à l’Ecofo Kibenga, parle de la malversation et de la paupérisation des parents. « On ne cesse de nous demander les frais alors que l’enseignement fondamental est gratuit au Burundi », s’est-il lamenté.Sur ce sujet, Consolatte Ndarufatiye, directrice de cette école a fait savoir que la décision d’acheter une machine photocopieuse et un ordinateur de l’école a été prise par l’assemblée générale qui a eu lieu en date du 28 septembre 2018.Dans cette réunion dont le procès verbaliste était Espérance Hafashimana, l’assembée générale a pris la décision de faire payer 5 000 FBu par élève pour acheter ces machines et 2 000 FBu pour le fonctionnement de l’école.Mme Ndarufatiye a dit savoir que les 2000 FBu contribuent au paiement du salaire pour le veilleur et pour le planton, à l’achat de craies de couleur et les produits de désinfection, à régler la facture de l’eau et de l’électricité, etc. Elle a fait remarquer qu’il y a des parents qui ne se présentent jamais dans des réunions pour savoir l’évolution de l’école. Elle a prodigué des conseils à l’endroit de ces derniers de suivre de près l’éducation de leurs enfants et de collaborer avec la direction de l’école car l’éducation incombe aux deux parties. Concernant l’achat des machines, la directrice Ndarufatiye a indiqué qu’on a déjà collecté plus de trois millions et qu’on compte les acheter avant la tenue de l’assemblée générale des parents prévue au mois de février.Elle affirme qu’actuellement, c’est l’école qui doit porter la charge de payer la facture de l’eau et de l’électricité.  « Nos toilettes sont sous formes à sièges dont la propreté se fait trois fois par jours à l’aide de l’eau. Or on ne peut pas payer la facture de l’eau sans payer celle de l’électricité », a signalé la directrice Ndarufatiye.                                                         

Moïse Nkurunziza (Stagiaire)

Ouvrir