Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PROVINCE DE GITEGA> Inhumation du célèbre tambourinaire Antime Baranshakaje

Le gouvernement burundais a promis de construire un monument lui dédié

 

DSC 0422Soutenue par le gouvernement burundais, la famille d’Antime Baranshakaje, le célèbre tambourinaire et chef du Sanctuaire des tambourinaires de Gishora, a procédé à l’inhumation de ce dernier, le lundi 17 avril 2017 en commune Giheta de la province de Gitega. Les funérailles ont eu lieu dans les enceintes du sanctuaire. Le gouvernement burundais a promis de construire un monument lui dédié pour éviter qu’il tombe dans l’oubli.

 

Les cérémonies étaient rehaussées par la présence du ministre en charge des sports et de la culture, Jean Bosco Hitimana, le Premier vice-président du Sénat Spès Caritas Njebarikanuye, le Secrétaire général du parti CNDD-FDD, Evariste Ndayishimiye et d’autres hautes personnalités.
Dans la messe de requiem en sa mémoire, qui a eu lieu en la paroisse Giheta, Mgr Bonaventure Nahimana, l’évêque du diocèse de Rutana, a indiqué que l’espoir est basé sur la résurrection de Jésus Christ. Il a exhorté le Dieu Tout Puissant à recevoir Baranshakaje dans son royaume éternel. Après la messe, les cérémonies ont continué au Sanctuaire des tambourinaires de Gishora, sur la colline Masasu en commune Giheta de la province de Gitega où il a été inhumé.
Toutes les personnes qui ont pris la parole ont parlé de la vaillance de ce célèbre tambourinaire. Feu Baranshakaje a beaucoup combattu pour le respect de la culture du tambour burundais. Selon Oscar Nshimirimana, qui a prononcé le discours au nom des tambourinaires, M. Baranshakaje avait dit avant sa mort de ne jamais battre le tambour pour les mariages.

Le pays reconnaît toutes les bonnes œuvres qu’il a réalisées.

Dans son discours de circonstance, le ministre en charge des sports et de la culture, Jean Bosco Hitimana qui a représenté le gouvernement burundais, a indiqué que le pays vient de perdre un homme d’une importance capitale. Il a fait savoir que feu Baranshakaje a commencé à battre le tambour à bas âge. Devenu adulte, il s’est consacré aux tambours en les faisant connaître au niveau mondial et à la jeunesse burundaise.
M. Hitimana a fait entendre que feu Baranshakaje a battu le tambour même à l’époque de la monarchie. Il s’est donné corps et âme dans la mise en place du groupe des tambourinaires de Gishora qui est devenu célèbre au Burundi et au niveau international. Il a bien entretenu le Sanctuaire des tambourinaires de Gishora qui illustre la source des tambours burundais, a-t-il dit.
Le gouvernement burundais reconnaît beaucoup les bonnes idées qui l’ont caractérisé et le rôle qu’il a joué lors de l’enregistrement des tambours burundais au patrimoine culturel de l’humanité en date du 26 novembre 2014. Il a également œuvré avec courage dans la mise en place d’un conseil d’administration chargé de la stratégie nationale de la promotion du tambour.
En guise de reconnaissance de toutes ces œuvres qu’il a réalisées, M.Hitimana a fait savoir que le gouvernement burundais a décidé de mettre en place une semaine dédiée aux tambours chaque année. Pour toutes ses œuvres qu’il a pu réaliser, le gouvernement burundais a promis de construire un monument qui lui sera dédié afin d’éviter qu’il tombe dans l’oubli. Il sied de noter que les cérémonies ont été clôturées par le dépôt des gerbes de fleurs par les hautes personnalités sur la tombe de ce célèbre tambourinaire.

Martin Karabagega

Ouvrir