Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Grogne de la population> Répartition du courant électrique

Un partage équitable du courant électrique disponible est nécessaire

 

groDans certains quartiers, la population se lamente qu’elle peut passer toute une journée sans avoir l’électricité. Elle affirme par conséquent que les métiers générateurs de revenu sont presque paralysés. Elle demande la Régideso de faire un partage équitable de l’électricité.

 

« On dirait que nous sommes des enfants mal aimés de la Régideso. Cela parce que, au moment où certains quartiers n’ont pas le souci de la coupure répétitive du courant électrique, d’autres peuvent passer 24 heures sans avoir ce courant », ont affirmé les gens rencontrés dans la zone urbaine de Ngagara.
Ceux-ci précisent que dans cette zone, les gens s’organisent pour créer de petits métiers générateurs de revenu. Notamment la vente du lait au détail ou par abonnement, les ateliers de menuiserie ou de soudure, les salons de coiffure mais aussi la vente des boissons dans les bistrots.
Ces gens disent qu’ils peuvent passer toute une journée sans avoir l’électricité : « Imaginez ce qui se passe chez un vendeur de lait qui a des bidons pleins qu’il devrait servir à ses clients. Ou quand on a un salon de coiffure, on doit payer le loyer où ce salon est établi. Tu ne peux pas refuser de payer ce loyer sous prétexte que tu n’as pas travaillé à cause du manque du courant électrique », ont-ils précisé.
Ces gens ajoutent qu’avant, lorsqu’ils passaient toute une journée sans courant électrique, ils avaient espoir que pendant la soirée, ils allaient l’avoir. Mais, ils peuvent attendre jusqu’à ce qu’ils aillent dormir.
« Cela arrive dans ces quartiers au moment où dans d’autresil n’y a jamais ce problème de coupure électrique. Ils continuent à exercer leurs métiers sans problèmes », ont-ils mentionné.
Nos sources se sont questionnées s’il s’agit du délestage ou pas. « Si c’est le cas de délestage, pourquoi alors la Régideso ne l’applique pas d’une façon équitable ? », ont-ils demandé.
Nos interlocuteurs ont enfin suggéré à la Régideso de faire un partage équitable du courant électrique afin que toute la population de la municipalité de Bujumbura ait la même chance de vaquer à ses activités génératrices de revenus qui demandent l’utilisation du courant éléctrique.
Rose Mpekerimana

Ouvrir