Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ISHAKA 2250> Sensibilisation à la culture des ODD dans les écoles

Après avoir formé des enfants de quelques écoles de la municipalité de Bujumbura sur la culture des Objectifs de Développement durable (ODD), l’association Ishaka 2250 a rassemblé les jeunes  ressortissants de ces écoles pour s’évaluer et compléter la célébration de la Journée internationale de la femme. C’était le dimanche 8 mars 2020, au centre d’information, des Nations unies.

ecole
Selon le représentant légal d’Ishaka 2250, Audry Rusangwa, l’objectif de l’association est d’inculquer aux jeunes la culture des ODD. Les Objectifs de développement durable font penser à l’égalité de génération. La sensibilisation à la culture des ODD a commencé par trois écoles de la municipalité de Bujumbura, à savoir le lycée du St Esprit, le lycée SOS et le lycée du Lac Tanganyika. Les autres écoles de l’intérieur du pays suivront au fur et à mesure que les moyens le permettront. Un autre souhait est de conscientiser les jeunes sur leur apport dans la réalisation des ODD.Selon M.Rusangwa, l’éducation pour le développement durable permet à chacun d’acquérir les connaissances, les compétences et les valeurs pour façonner un avenir durable. « L’école mobilisera les apprenants à donner la priorité au développement durable dans leur style de vie et leur carrière, et c’est aussi un puissant outil de changement et de générateur d’action communautaire », a précisé M. Rusangwa. Il a aussi ajouté  que les écoles doivent se préoccuper des ODD car l’avenir de la planète dépend de la capacité des écoles à créer des leaders responsables. L’école joue également un rôle essentiel dans la sensibilisation aux ODD, et a le pouvoir de changer les attitudes des apprenants pour qu’ils se soucient davantage du développement durable. Ishaka 2250 a voulu profité de la célébration de la Journé internationale de la femme pour montrer aux jeunes que, quand ils seront adultes, cette Journée sera pour eux une victoire parce que ce n’est plus un plaidoyer. Elle se base beaucoup plus sur la prévention que l’intervention. Pour agrémenter la Journée, les jeunes ont présenté des chançons et des slams qui mettaient en avant les valeurs de la femme que plusieurs personnes veulent bafouer.  L’activité a été clôturée par des jeux questions-réponses sur la culture des ODD et la remise des prix aux gagnants.


Aline Nshimirimana

Ouvrir