Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SECURITE> L’éducation des enfants à la lutte contre les armes légères et de petit calibre

Une sensibilisation qui devrait s’étendredans les écoles

 

DSC05087Actuellement, les enfants grandissent dans un climat de sécurité comparé aux générations qui les ont précédés. Mais comme les séquelles de la guerre peuvent surgir même plusieurs années après, de même que des restes des armes se font déterrer dans les champs, se font entendre dans les feux de brousse par des explosions, etc. il est donc important qu’il y ait une éducation dans ce sens.  Le commissaire de police Laurent Kabura dit que cela devrait être un autre angle important à aborder quand il s’agit de sensibiliser. Les écoles devraient figurer dans cette catégorie pour que les enfants ne jouent pas avec les armes trouvées ou détenues par leurs parents. Un entretien avec CP Kabura nous en parle plus. 

 

Certains enfants grandissent connaissant à peine les dangers qui les guettent face aux armes illégalement détenues. Ne serait-il pas sage que les sensibilisations s’étendent même dans les écoles via les cours dispensés par leurs enseignants ? Le commissaire de police Kabura indique que cela est une bonne idée et qu’il serait important que la sensibilisation s’étende sur toutes les couches de la population. Les directeurs d’écoles  et les enseignants devraient être les plus visées pour que cela se réalise. C’est un clin d’œil fait au ministère de la Sécurité publique et de gestion des catastrophes d’autant plus que  certains jouets utilisés par les enfants ressemblent à ces armes. Cela demande ainsi une éducation poussée afin qu’au cours de  leurs promenades ou dans leurs jeux, les enfants sachent reconnaître ce qu’est une arme et les dangers qui les guettent face à cette dernière. En effet, certaines armes à feu explosent et ont des formes qui ne font pas peur aux enfants. C’est le cas des grenades. Quant aux balles utilisées pour tirer, elles étaient parfois trouvées dans des brousses et explosaient dans les feux quand les habitants brûlaient les mauvaises herbes. Cela a été le cas de certains quartiers de la capitale. Sans oublier que des  enfants se faisaient exploser par des grenades car ne sachant pas avec quoi ils jouaient. Cette éducation  devrait s’étendre même dans les ménages des policiers et des militaires. A cela CP Kabura indique que les policiers et les militaires devraient être sur leur garde quand ils rentrent avec des armes à la maison ou quand ils doivent les conserver à domicile. «  Normalement c’est une sorte de mégarde quand un enfant se tire dessus »,  indique CP Kabura. Selon notre source, il y a des tactiques à adopter pour conserver une arme à la maison et les détenteurs les connaissent très bien car cela fait partie de leur travail de tous les jours. C’est un outil de travail certes, mais que les parents sachent que les enfants ne savent pas souvent le danger qui les guette en touchant une arme. CP Kabura recommande que cela fasse partie de l’éducation donnée à la maison.

Blandine Niyongere

Ouvrir