Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PARLEMENT BURUNDAIS >Treizième édition de « Burundi national Prayer breakfast »

Sous le thème : « Celui qui me sert, le Père l’honorera » (Jean 12, 26)

 

DSC 0309Le mardi 4 décembre 2018, le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a rehaussé de sa présence les cérémonies de la 13è édition de la Journée nationale de la prière, organisée par les deux chambres du Parlement burundais. Il a appelé les participants à veiller à ce qu’ils ne perdent par leur honneur. 

 

Dans son intervention, l’ancien premier ministre Adrien Sibomana, un des initiateurs de cette journée nationale de la prière, a indiqué que cette dernière a commencé en 1998 et qu’on a dû interrompre pendant plusieurs années. Il a remercié le président de la République, d’avoir appelé le Parlement à revenir sur cette bonne pratique. Pour M. Sibomana, suivre Jésus c’est être là où il est, mais qu’on a du mal à identifier où il est. Et d’ajouter que même en situation de mésentente totale, Dieu se manifeste et les gens peuvent se rencontrer car leurs différences sont leurs forces. Il a remercié les parlementaires burundais d’avoir pris la balle et les a exhortés à ne pas la lâcher. 

Nous sommes au service de Dieu

Pour le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda, le thème choisi, « Celui qui me sert, le Père l’honorera » nous indique notre relation avec Dieu. Car servir Dieu, c’est lui rendre un culte qu’il lui faut. Il a souligné qu’autrefois, on priait le seigneur Dieu dans le temple de Jérusalem mais que maintenant, nous le servons et le prions dans nos cœurs comme nous lui offrons nos sacrifices à travers nos prières et nos chants de louange. Il a profité de l’occasion pour rappeler aux responsables qu’ils sont au service de Dieu. « Si nous servons le peuple, nous servons Dieu. A travers nos responsabilités, c’est Dieu qui vient manifester sa gloire. Pour cela, nous avons le devoir de nous rappeler que nous sommes à son service et, à notre tour, œuvrer pour  le bien-être de la société », a-t-il déclaré. 

Kigarama, un mois d’abondance et de bénédictions

Le président de la République, Pierre Nkurunziza, s’est réjoui que cette journée tombe au mois de décembre. Pour lui, Kigarama a une grande signification pour les Burundais. C’était un mois d’abondance, d’allégresse et de joie, un mois où se fêtait l’Umuganuro, un mois des rites de Gutanga umwaka, un mois des bénédictions. Le chef de l’Etat a fait entendre que la prière est une intercession mais aussi une action de grâce, que ne pas le servir c’est trahir. « Souvenez-vous, notre vie se trouve dans les mains de Dieu. Quand nous  faisons  sa volonté nous devenons ses serviteurs. On ne peut pas se détacher de la volonté de Dieu comme on ne dérobe pas l’honneur. C’est Dieu qui le donne. Tenez,  veillez à ne pas le perdre pour qu’il soit l’héritage de votre descendance », a dit le président Nkurunziza. Vous saurez qu’outre les parlementaires et les hautes autorités du pays, la prière a également vu la participation de l’ancien chef d’Etat Sylvestre Ntibantunganya, des ambassadeurs accrédités à Bujumbura et des délégations des assemblées nationales des pays membres de la Communauté est-africaine, qui sont actuellement à Bujumbura dans le cadre des jeux interparlementaires.

Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir