Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Zone Gatumba> Sécurité routière

Des lamentations de la population liées au manque des dos d’ânes sur la RN 4

 

MAM 0001Les lamentations des habitants de la zone Gatumba deviennent de plus en plus nombreuses eu égard à l’absence des dos d’ânes sur le tronçon allant du rond point Chanic à la frontière de Gatumba. La population de cette contrée souhaite, à cet effet, la présence des dos d’ânes sur cette Chaussée d’Uvira pour épargner des paisibles citoyens des cas d’accidents.    

 

La population de la zone Gatumba se lamente. Et pour cause, la route nationale no 4 communément appelée « Chaussée d’ Uvira» est dépourvue des dos d’ânes. Voilà ce que le quotidien « Le Renouveau » a récemment recueilli,  auprès de cetains habitants de cette partie de la commune Mutimbuzi. D’après Jacques Kabdaga, le manque des dos d’ânes sur la Chaussée d’Uvira a déjà provoqué des situations malencontreuses pour  certaines familles de la zone Gatumba.  Et d’ajouter qu’il n’est pas rare de voir des personnes percutées par des véhicules. Il a fait remarquer que les véhicules des agences de voyage roulent à une vitesse excessive particulièrement à 17 heures pour permettre à leurs clients de traverser la frontière de Gatumba à temps. Notre interlocuteur a précisé qu’un écolier a failli dernièrement être percuté. Il a été sauvé de justesse par un homme qui l’avait soulevé. Pendant ce temps, le véhicule d’agence de voyage a freiné brusquement au point de déraper. Pour Jean Ndayishimiye, il fallait que l’entreprise qui avait construit cette chaussée place des dos d’ânes à la hauteur des endroits où l’on trouve des encombrements. Il a cité les arrêts-bus  comme « La Maison verte », « Ruzizi » et au terminus des bus de Gatumba. Cet intervenant a évoqué le cas d’un accident intervenu au niveau du poteau 35. C’est ainsi qu’un homme avait été grièvement blessé. Les autres intervenants estiment qu’il serait urgent de penser à la mise en place des dos d’ânes en vue de contraindre les conducteurs des véhicules de rouler à une vitesse régulière conformément aux indications figurant sur les panneaux de signalisation. Ils ont noté que la plupart des conducteurs ne respectent pas les signaux routiers. Selon eux,  il revient à la police de roulage de rappeler régulièrement aux conducteurs des véhicules qu’il faut respecter les indications marquées sur les panneaux de signalisation en attendant   que les dos d’ânes ne soient implantés   sur ce tronçon. 

Masta Shabani

Ouvrir