Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Parle-moi docteur > Les malformations du cœur chez les enfants

Parmi les signes, le défaut dans la respiration et la non-prise de poids

 

IMG 4807Les cardiopathies congénitales sont des maladies touchant le cœur et qui apparaissent chez le bébé au cours de sa formation dans le ventre de sa mère. Les cardiopathies congénitales sont relativement nombreuses et concernent jusqu'à 14 enfants sur 1000. Parmi les signes de ces malformations, on cite, entre autres, la respiration qui n’est pas normale ainsi que la non-prise de poids. 

 

Dans un entretien qu’il a accordé au quotidien Le Renouveau, le cardiologue Marc Nimburanira a fait savoir que les cardiopathies congénitales sont très souvent des communications inter-ventriculaires et inter-auriculaires (malformation qui permet le passage anormal du sang d'une partie du cœur vers l'autre, indépendamment du battement cardiaque). Il a indiqué que l'absence de fermeture du canal artériel après la naissance fait aussi partie de ces malformations. Dr Nimburanira a affirmé que ces cas de pathologies sont constatés ici au Burundi. Il a précisé que les enfants qui souffrent de ces maladies sont amenés par leurs parents dans une consultation. « Cela parce qu’ils ont vu certains signes anormaux chez l’enfant. Rappelons qu’ils voient par exemple que l’enfant ne respire pas bien, qu’il change de colloration : quand l’enfant pleure, il change de couleur, il devient bleu. L’enfant ne prend pas aussi du poids, sa mère peut lui donner tout mais son poids ne s’améliore pas, il tousse souvent.  En général, l’enfant a un statuo pondéral qui n’est pas normal. Par conséquent, ses parents sont obligés de l’amener plusieurs fois en hospitalisation », a-t-il mentionné.

Comment reconnaître que le cœur de l’enfant est normal ou pas

Le cardiologue a profité de l’occasion pour rappeler qu’en enfant qui est normal naît à peu près avec 3 kg. A 5 mois, il doit doubler de kg et a entre 5 et 6 kg. A une année, il doit avoir le triple, donc à peu près 10 kg ou plus. A 2 ans, il doit avoir 12 Kg, etc. Il a signalé que si les parents constatent que l’enfant n’est pas dans cet ordre, ils devraient l’amener dans les meilleurs delais en consultation.  Quant au diagnostic, Dr Nimburanira a indiqué que pour confirmer qu’un enfant a une malformation du cœur, on fait recours à un examen clinique. Ce dernier commence par l’inspection. Et avec celle-ci, le médecin peut constater que l’enfant n’est pas normal. Il a laissé entendre que certaines cardiopathies sont associées à des anomalies comme les trisomies 21.

Traitements des cardiopathies congénitales

Le cardiologue Nimburanira a précisé que le traitement efficace des cardiopathies congénitales est la chirurgie du cœur. Mais avant de décider cette opération, il faut faire une échographie cardiaque. Celle-ci permet d’enregistrer les mouvements du sang (ou flux) à l'intérieur des cavités cardiaques et des vaisseaux : l'analyse physique de ces flux permet de mesurer des grandeurs très utiles au diagnostic, telles que les débits ou les pressions. Il a ajouté que l’opération chirurgicale peut être palliative ou curative. « La plupart des malformations, lorsque cela est possible, sont opérées avant l'âge de 4 ou 5 ans. Il  a cependant déploré que cette chirurgie ne soit pas encore possible ici au Burundi. Les enfants qui nécessitent l’opération du cœur sont transférés dans les pays étrangers. Mais, il est quand même satisfait du fait que certaines associations contribuent dans le transfert de ces enfants. Mais, a-t-il expliqué, la famille de l’enfant doit donner sa part de contribution. Il a légalement déploré le fait que peu d’enfants bénéficient de cette opération chirurgicale, faute de moyens.  Il a indiqué que les enfants qui n’arrivent pas à aller à l’étranger pour se faire opérer peuvent bénéficier des traitements contre les maladies associées à la malformation du cœur. Mais, ces enfants ont moins de chances de survivre longtemps. Suite aux dangers que causent ces malformations du cœur chez les enfants, le cardiologue Nimburanira a interpellé les intervenants en matière de santé de collaborer avec le gouvernement afin de disponibiliser le matériel et les médecins spécialistes qui pourront faire la chirurgie du cœur chez les enfants qui naissent avec les malformations du cœur.Il demande aux parents d’amener leurs enfants dans une consultation une fois qu’ils voient les signes ci-haut cités de la malformation du cœur chez l’enfant pour bénéficier des médicaments pouvant atténuer les douleurs liés à cette malformation.         

Rose Mpekerimana

Ouvrir