Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

REGIDESO> Flagrance

Plus de vingt congélateurs saisis pour fraude d’électricité

 

DSCI6415Une visite surprise a été effectuée le matin du 8 août 2018 par les services de la Regideso au poste de la Société nationale d’électricité de la république Démocratique du Congo (Snel) se trouvant en zone Buyenzi tout près du marché de Ruvumera pour se rendre compte de la fraude effectuée par le chef de poste. Vingt- cinq congélateurs sont branchés sur les services auxiliaires de la Regideso.   

 

Sur un des bâtiments occupés par le chef de poste du Snel, Olivier Ndikumana, sont branchés des congélateurs qui servent à congeler surtout de la viande vendue sur le marché de Buyenzi. Plus d’une vingtaine de congélateurs ont été saisis. Pour Charles Kumwami, directeur commercial de la Regideso, vingt-cinq congélateurs sont alimentés à partir de la maison du chef de poste. Là, il y a un compteur fictif puisque le courant consommé par ces congélateurs ne passe pas par ce compteur. La maison est alimentée à partir des auxiliaires Snel, et alimente toute la clientèle qui vend de la viande au marché de Buyenzi. La Snel fournit de l’énergie à la Regideso, et il revient à la Regideso de fournir de l’énergie à sa clientèle. Elle ne peut pas se substituer à la Regideso pour connecter les clients en dehors du poste, ajoute M.Kumwami.Le poste est devenu une activité génératrice de revenu. Ces congélateurs fournissent chacun un revenu de quatre-vingts mille francs (80 000) par mois, précise-t-il. Cette situation existe probablement depuis que la Regideso faisait du délestage électrique.  

Un inventaire est nécessaire

Pour savoir la quantité d’électricité volée, le directeur commercial a fait savoir qu’ils vont faire le travail de tous les jours, c’est-à-dire une inspection comme celle qu’ils ont faite aujourd’hui, pour pouvoir traquer tous les clients qui font de la fraude d’eau et d’électricité. Il a profité de l’occasion pour lancer un appel à la clientèle d’arrêter ce genre de comportement, car, si un client est attrapé en train de faire la fraude, il est premièrement déconnecté du réseau eau et électricité pour une période de six mois. Deuxièmement, il doit payer les frais de rebranchement qui sont de cinq cents mille pour les ménages, deux millions pour ceux qui sont sur le tarif commercial et de cinq millions pour les industriels. En plus de cela, il doit payer la facture de redressement qui calcule tout ce qu’il a subtilisé, et cela, avec des pénalités.
Aline Nshimirimana

Ouvrir