Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SPORT>Entretien avec le promoteur de l’Académie de football « Intwari »

«La Fédération doit prendre en considération l’âge dans le football des jeunes »

 

L’Académie « Intwari » aura cinq ans, au mois d’avril prochain, une opportunité pour Pierre-Claver Rurakamvye alias Abega, promoteur de cette académie, de saluer le travail réalisé, mais aussi de faire un clin d’œil à la fédération de football du Burundi sur le respect de l’âge dans le football des jeunes. Suivez-le dans cet entretien :

 

Le Renouveau : Dites-nous un peu, pourquoi on vous appelle Abega ?

Pierre-Claver Rurakamvye : C’est le prénom du footballeur international camerounais, Théophile Abega Mbida, que j’ai beaucoup aimé dès mon jeune âge. Il jouait au poste de milieu du terrain ; il était vraiment au four et au moulin dans cette équipe camerounaise.

L.R : Faites-nous découvrir votre académie?

P.C.R : Elle a été créée en avril 2010. Après cinq ans, nous comptons faire la première évaluation au mois d’avril prochain. Notre objectif principal est de sortir la première promotion en 2017. Pour y arriver, nous comptons maintenir la formation, mais aussi fournir de meilleurs talents pour les équipes nationales. Nous travaillons de sorte que dans les deux prochaines années, nous ayons, au Burundi, une véritable équipe nationale des moins de 17 ans qui respecte bien l’âge.

L.R : Vous avez quel effectif ?

P.C.R : Il y a deux catégories : celle des jeunes qui jouent pour s’amuser qui sont autour de quatre-vingt. Le deuxième groupe contient trente joueurs. Ils font du football comme un métier. En plus du football, ils poursuivent leurs études. C’est cette deuxième catégorie qui est la plus intéressante ; nous l’encadrons et la supportons au niveau des frais scolaires.

L.R : Bientôt au mois d’avril, vous allez fêter le cinquième anniversaire. On peut connaître entre-temps ce qui a été fait pendant ces cinq années ?

P.C.R : La première chose est que nous avons introduit le système de formation football-étude, un système qui a beaucoup réjoui les parents et les familles. La deuxième chose est que nous avons produit un noyau de quinze joueurs, qui ont actuellement entre 14 et 15 ans, qui sont très appréciés par nos partenaires.

L.R : Quelles sont les dates des festivités ?

P.C.R : Compte tenu des calendriers politiques du pays, nous avons estimé de rapporter cet anniversaire pendant les grandes vacances, c'est-à-dire au mois de juillet.

L.R : Etant un ancien footballeur, quel est le commentaire que vous faites sur le football des jeunes au Burundi ?

P.C.R : Nous sommes tellement déçus, les gens qui assurent la formation des jeunes ne sont pas soutenus. Ces académies de football devraient par contre être une bonne opération pour la fédération, d’être rassurée qu’elle a déjà des pépinières. Le cas du Mali qui a misé sur le football des jeunes vient de remporter la Coupe d’Afrique des nations U17.
Au Burundi, nous observons malheureusement que tous ceux qui jouent dans les équipes nationales des jeunes (U17, U20, U23) dépassent de loin l’âge recommandé. La fédération devrait, en outre, constituer des staffs pour les équipes nationales et ne pas prendre les mêmes entraîneurs pour toutes les équipes nationales.

L.R : La gestion d’une académie demande beaucoup de moyens financiers, comment vous vous en sortez ?

P.C.R : Nous avons un appui des amis sportifs de la diaspora.
L.R : Le dernier mot ?
P.C.R : Je fais un clin d’œil à la fédération de football et aux autorités habilitées de faire un planning pour les préparations des équipes nationales. Quant à nous, nous sommes prêts à donner notre contribution pour que d’ici deux ans nous ayons des équipes de jeunes très compétitives.

Propos recueillis par KAZADI MWILAMBWE

 

Fédération burundaise des luttes associées> Compétition nationale

Sélectionner les lutteurs qui vont représenter le pays dans les compétitions internationales

 

La Fédération burundaise des luttes associées a organisé une compétition nationale le dimanche 22 mars 2015 à Bujumbura. Cette dernière qui a opposé des cadets et des juniors a rassemblé les lutteurs et les lutteuses venus de sept provinces du pays. Elle a permis d’identifier les lutteurs qui représenteront le Burundi dans les compétitions internationales.

 

lutteUne compétition nationale a été organisée par la Fédération burundaise des luttes associées à Bujumbura. Elle a rassemblé les lutteurs et lutteuses des provinces de Bubanza, Cibitoke, Mairie, Bururi, Muramvya, Gitega et Ruyigi. Plus de trente lutteurs et lutteuses cadets et juniors ont participé à cette compétition. Cependant, selon le secrétaire général de cette fédération, Elie Nibizi, la participation aurait été plus large, mais les moyens n’ont pas permis de faire participer tous les lutteurs qui avaient été sélectionnés par les entraîneurs de l’intérieur du pays. Les entraîneurs venus de l’intérieur du pays ont été obligés de présenter deux lutteurs seulement alors qu’il y avait d’autres athlètes de niveau appréciable, ont-ils révélé.

Préparatif pour les championnats internationaux

Elie Nibizi a indique que cette compétition a été organisée dans le but de sélectionner les lutteurs qui vont représenter le Burundi dans les jeux africains et le championnat d’Afrique qui auront lieu au Congo Brazzaville et en Egypte cette année. Il est confiant cependant que les lutteurs burundais décrocheront sans doute des médailles dans ces compétitions internationales. Déjà, a-t-il révélé, les lutteurs burundais ont décroché des médailles dans les championnats qui ont été organisés à Madagascar et au Tchad. Ainsi, vu le niveau actuel de ces lutteurs, la fédération estime que le Burundi sera honoré. Des prix ont même été donnés aux trois premiers de chaque catégorie. Cependant, M. Nibizi appelle le gouvernement du Burundi à travers le ministère ayant le Sport dans ses attributions à appuyer la Fédération pour pouvoir développer cette discipline qui rassemble beaucoup de personnes et qui se joue même dans les villages. Cela contribuerait dans la consolidation de la paix et la sécurité et dans la réconciliation du peuple. Il souhaite également que les lutteurs soient appuyés pour participer dans les différentes compétitions internationales quand le Burundi est invité. Signalons que le directeur général des sports d’élite était allé suivre le déroulement de cette compétition.

Alfred Nimbona
 

 

FEDERATION DE FOOTBALL DU BURUNDI> Ligue A, 21e journée

Flambeau de l’Est contre Messager Ngozi, l’une des affiches

 

Après une pause de quatre semaines consécutives aux matches des coupes africaines des clubs où le Burundi était représenté par Lydia Ludic Burundi et Messager Ngozi ainsi que le match de l’équipe nationale U23 dans le cadre des Jeux africains, le championnat de Ligue A reprend ce samedi 14 mars 2015, pour le compte de la 21e journée.

 

Il y a des affiches très intéressantes à l’intérieur du pays où Messager Ngozi (5e) sera reçu par Flambeau de l’Est de Ruyigi (6e) et à Muyinga, Olympic star (11e) reçoit Inter star (4e). A Bujumbura, Messager Bujumbura (9e) rencontre l’équipe militaire de Muzinga (10e) et Bujumbura city (8e) joue contre Prince Louis (15e). Académie Tchite (16e) affronte Vital’0 (leader provisoire).
Cette 21e journée nous réserve certainement des surprises car après cette longue pause, il y a des équipes qui ont perdu leur forme par manque de matches et d’autres qui sont restées en compétition. Il faut également s’attendre à la modification du classement car la différence des points entre les équipes est trop serrée.
Après cette journée, le championnat va de nouveau s’arrêter, au moins deux semaines, afin de permettre à l’équipe nationale U23 de préparer son match contre l’Egypte dans le cadre du deuxième et dernier tour des éliminatoires pour les onzièmes Jeux africains, Sénégal 2015.
Par ailleurs, les présidents des clubs ont procédé, le lundi 9 mars 2015, au tirage au sort de la Coupe du président de la République. Pour cette édition, 46 clubs (16 de la première division, 16 de la deuxième division et 14 des associations) se sont fait inscrire. Selon le règlement, tous les clubs vont jouer le premier tour qui va qualifier vingt-trois équipes. Pour le deuxième tour, les neuf meilleurs perdants seront repêchés pour compléter la liste de trente-deux équipes.

 

Le calendrier de la 21e journée

 

Samedi 14 mars 2015
- Vital’0 – Tchite (Bujumbura, 14h)
- Messager Bujumbura – Muzinga (Bujumbura, 16h)
- Volontaire – Athletico (Kanyosha, 15h)
- Flambeau de l’Est – Messager Ngozi (Ruyigi, 15h)
- Royal – Nyanza united (Muramvya, 15h)
- Olympic star – Inter star (Muyinga, 15h)

Dimanche 15 mars 2015
- Bujumbura city – Prince Louis (Bujumbura, 15h)
- Rusizi – Lydia Ludic Burundi (Cibitoke, 15h)
Kazadi MWILAMBWE

 

 

FOOTBALL> XIe Jeux africains - Sénégal 2015, préliminaire retour

Les Hirondelles du Burundi éliminent les Léopards de la RD Congo (1-0 ; 1-1)

 

Les deux équipes ont fait un résultat nul (1-1) lors du match retour qui s’est joué le dimanche 8 mars 2015 au Stade Prince Louis Rwagasore de Bujumbura. Les Congolais ont ouvert le score à la 28e minute de jeu par Katalay Badra et le but égalisateur du côté burundais a été inscrit à la 39e minute par Fiston Abdul Razak. Au match aller à Kinshasa, le Burundi avait gagné sur la marque d’un but à zéro. Sur l’ensemble des deux matches, le Burundi gagne par 2 buts à 1 et se qualifie pour le deuxième tour.

 

DSC 0449Le match était rehaussé par la présence du président du Sénat, Gabriel Ntisezerana, et de plusieurs membres du gouvernement. Le stade Prince Louis Rwagasore était plein à craquer, la fédération a été obligée de fermer les portes aux environs de 14h30, alors que dehors plus de cinq mille personnes attendaient sur les rangées.
Le public a salué le geste du président de la République, Pierre Nkurunziza, qui a payé la moitié des tickets d’entrée sur les pourtours. Les Congolais résidant au Burundi et ceux de l’Est de la RD Congo (Uvira, Bukavu, Goma) sont également descendus nombreux pour encourager leur équipe. Une dizaine de journalistes sportifs congolais étaient présents pour la couverture. Il y avait une grande ambiance créée par des groupes d’animation burundais et congolais.
Au sein du staff technique des Léopards, nous avons remarqué la présence de Florent Ibenge, le sélectionneur des Léopards séniors qui ont pris récemment la troisième place lors de la 30e édition de la Coupe d’Afrique des nations, Guinée Equatoriale 2015. Il était venu certainement renforcer le staff congolais.

Déroulement du match

Bon début du match pour les Burundais qui obtiennent deux corners dans moins d’une minute, ceux-ci n’ayant néanmoins rien donné. A la sixième minute, les Congolais répondent par une belle combinaison offensive mais la frappe passe à l’extérieur. Deux minutes après, le retourné de l’attaquant congolais, Bonganga Vinny, passe à quelques centimètres du montant gardé par Innocent Mbonihankuye, le portier burundais.
A la 23e minute, le défenseur burundais, Kiza Fataki se fait subtiliser le ballon dans la surface mais Musingu Joël n’en profite pas. Les Congolais maîtrisent le jeu et sont mieux organisés en milieu du terrain que les Burundais. A la 28e minute, ils obtiennent un corner, le ballon traîne dans la surface de réparation et Katalayi Badra ne se fait pas supplier pour ouvrir la marque à l’avantage des visiteurs.
Il a fallu attendre la 39e minute, pour que Fiston Abdul Razak égalise pour le Burundi, sur une jolie passe de Laudit Mavugo. C’est sur ce score de parité (1-1) que les deux équipes ont regagné les vestiaires. Une première période légèrement dominée par les congolais mais le résultat était à l’avantage du Burundi grâce au but marqué à l’extérieur.
En deuxième période, le rythme s’est abaissé mais il y a eu tout de même de belles occasions de but à l’image du retourné du n° 9 congolais, Ricky Tulenge, à la 78e minute, qui a frappé sur le montant de Madede. Le score final a été d’un but partout.
Pour le deuxième et dernier tour des éliminatoires, le Burundi rencontrera l’Egypte avec match aller à Bujumbura.

Réactions après match

Le staff technique ainsi que les joueurs burundais ont reconnu que le match était plus difficile mais le plus important, ont-ils laissé entendre, c’est la qualification. Pour l’entraîneur congolais, Lusadisu : « Nous avions bien joué mais nous avons manqué de chance de concrétiser les multiples occasions que nous nous sommes créées».

Kazadi MWILAMBWE

 
Ouvrir