Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Sénat> Séance plénière

Trois projets de loi dont celui sur le budget de 2015 adoptés à l’unanimité

 

Les sénateurs se sont réunis en séance plénière le lundi 29 décembre 2014. La séance était présidée par Gabriel Ntisezerana président du Sénat. Les sénateurs ont adopté à l’unanimité trois projets de loi.

 

DSC 2406Tour à tour, le Sénat a invité le ministre de la Jeunesse, des sports et de la culture, Adolphe Rukenkanya, pour exposer les motifs du projet de loi portant ratification par la république du Burundi de la Charte de la renaissance culturelle africaine, adoptée à Khartoum en 2006; le ministre de la Sécurité publique, Gabriel Nizigama et le ministre des Finances et de la planification du développement économique, Tabu Abdallah Manirakiza.

Affirmer la dignité de l’homme africain

La Charte de la renaissance culturelle a été inspirée par la Charte culturelle africaine adoptée par les chefs d’Etat et de gouvernement en 1976. Elle a un intérêt capital car elle vient affirmer la dignité de l’homme africain et de la femme africaine ainsi que le fondement populaire de leur culture ; promouvoir la liberté d’expression et la démocratie culturelle qui est indissociable de la démocratie sociale et politique. Elle vient aussi promouvoir un environnement propice permettant aux peuples africains de maintenir et de renforcer le sens et la volonté de progrès et de développement ; combattre et éliminer toutes les formes d’aliénation, d’exclusion et d’oppression partout en Afrique. Elle vient également encourager la coopération culturelle entre les Etats membres en vue du renforcement de l’unité africaine à travers l’usage des langues africaines et la promotion du dialogue entre les cultures ; promouvoir dans chaque pays la vulgarisation de la science et de la technologie, y compris les systèmes traditionnels de savoirs, condition d’une meilleure compréhension et préservation du patrimoine culturel et naturel. La charte vient renforcer le rôle du patrimoine culturel et naturel dans la promotion de la paix et la bonne gouvernance ; développer les valeurs dynamiques du patrimoine culturel africain qui favorise les droits de l’Homme, la cohésion sociale et le développement humain. Selon Adolphe Rukenkanya, la ratification de cette charte par le Burundi présente un grand intérêt pour le développement et l’épanouissement du secteur culturel. En effet, dit-il, outre qu’elle offre un cadre de la mise en œuvre de la politique culturelle nationale, elle favorise la prise en compte de la dimension culturelle dans le processus du développement national, et constitue un tremplin pour l’ouverture et l’intégration du Burundi dans les ensembles régionaux et internationaux.


Compte rendu du budget de 2013

Avant la présentation du rapport sur le projet de loi portant règlement et compte rendu budgétaires pour l’exercice 2013, les sénateurs ont analysé et adopté le projet de loi portant révision de la loi N°1/023 du 31 décembre 2004 portant création, organisation, missions, composition et fonctionnement de la Police nationale du Burundi, seconde lecture.
Ainsi, comme on le trouve dans le rapport, les ressources totales prévues pour un montant de 1 314 041 367 492 FBu ont été réalisées à hauteur de 1 074 489 292 FBu. Les recettes intérieures ont été réalisées à hauteur de 617 531 929 707 FBu sur les prévisions de 565 606 151 054 FBu. L’ensemble des dons prévus étaient de 711 920 016 438 FBu. Ils ont été réalisés à hauteur de 451 741 513 427 FBu. Les dons courants ont atteint 118 849 515 291 FBu sur les prévisions de 140 672 813 062 FBu. Mais, les dons en capital sont faibles. Sur une prévision de 571 247 203 376 FBu, il y a eu 332 891 998 136 FBu.
Au niveau des charges, sur les prévisions de 1 368 916 204 904 FBu, les réalisations ont été de 1 154 098 987 230 FBu. Le déficit budgétaire s’est ainsi élevé à 117 657 190 174 FBu sur une prévision de 54 874 837 442 FBu.
Alfred Nimbona

 

ASSEMBLEE NATIONALE> Séance plénière

Le rapport sur l’exécution du Budget au centre du débat

 

Les députés se sont réunis le mercredi 17 décembre 2014 pour la seconde lecture du projet de loi en rapport avec la Police nationale et l’analyse des documents sur l’exécution du budget qui vont leur servir à l’étude du Budget de l’État pour l’exercice 2015.

 

DSC 1424Les députés ont d’abord procédé à l’analyse en seconde lecture du projet de loi portant révision de la loi n°1/023 du 31 décembre 2004 portant création, organisation, missions, composition et fonctionnement de la Police nationale.
Après amendement, ce projet de loi a été adopté par 77 députés sur 81 et 4 députés l’ont refusé.
Les députés ont ensuite procédé à l’analyse des documents qui vont les aider à l’étude du budget pour l’exercice 2015. Ces derniers ont été élaborés par le ministère des Finances et commenté par la Cour des comptes qui les transmet par la suite au Parlement.
Le premier document concernait la présentation du projet de loi de règlement et compte-rendu budgétaires de la République du Burundi pour l’exercice 2013.
Ainsi, Elysée Ndaye, président de la Cour des comptes, a fait savoir que ce projet de loi soumis au Parlement pour approbation se réfère à l’article 56 de la loi n°1/35 du 4 décembre 2008 relative aux finances publiques. Celui-ci stipule que le projet de loi de règlement et de compte-rendu budgétaire est soumis au Parlement dans les huit mois de la clôture de l’exercice. Il a en outre précisé que le budget révisé de l’exercice 2013 a été exécuté tant en recettes qu’en dépenses conformément aux prescrits de la loi n°1/13 du 30 juillet 2013. Il a révélé que les ressources nationales et les dons prévus par cette loi totalisent un montant de 1 314 041 367 492 FBu.
Les députés ont par la suite émis leurs inquiétudes comme quoi le rapport des finances n’est pas identique à celui de l’OBR (Office burundais des recetttes) et ont demandé que ce rapport soit remis tôt aux députés pour qu’ils puissent y apporter des amendements et donner des conseils.
Concernant la non-conformité des rapports, M. Ndaye a répondu que la Cour des comptes ne se fie qu’au rapport lui remis par le ministère des Finances. Il a aussi reconnu le retard enregistré dans la transmission du rapport.
Les députés ont également analysé les commentaires sur le document d’orientation budgétaire 2015-2017 et sur le projet de budget général de l’État, exercice 2015. Après analyse des constatations et recommandations, ils ont émis leurs inquiétudes et ont demandé des éclaircissements au président de la Cour des comptes.
C’est notamment que le document d’orientation budgétaire n’envisage pas le recours au financement de la BRB, mais privilégie le recours aux prêts projets. M. Ndaye a répondu que c’est le choix du ministère des Finances qui a voulu aligner ce document au CSLP II.
BENIGNE GAHIMBARE

 

Championnat interministériel, édition 2014> Entretien avec le directeur des Sports de masse

Les phases des demi-finales commencent ce mardi 9 décembre 2014

 

L’information a été communiquée par le directeur des Sports de masse et de l’éducation physique, Laurent Nzeyimana, dans un entretien qu’il nous a accordé le vendredi 5 décembre 2014. Il a par ailleurs indiqué que les finales pour toutes les trois disciplines auront bel et bien lieu le même jour, le mardi 23 décembre 2014.

 

DSC07739Pour le football, les équipes qui ont atteint les demi-finales, sont l’Intérieur, l’Enseignement de Base, la Justice et la Sécurité publique. En basketball, il y a le ministère de la Justice, de la Télécommunication, des Finances et celui de l’Agriculture. Pour la troisième discipline, le volleyball, il y a la Défense nationale, la Sécurité publique, l’Enseignement de Base et les Finances. Selon le règlement de championnat, les matches seront joués en éliminatoires directes.
Laurent Nzeyimana a par ailleurs souligné qu’une assemblée générale extraordinaire des points focaux a siégé, le jeudi 4 décembre, pour statuer sur la plainte déposée par le ministère de l’Intérieur contre celui de l’Agriculture. Sur le terrain, le ministère de l’Agriculture avait gagné aux tirs au but (1-1, 6 tirs contre 5). La plainte indique que le ministère de l’Agriculture aurait fait jouer des joueurs qui n’étaient pas autorisés à prendre part à ce championnat. L’assemblée a décidé de sanctionner par forfait le ministère de l’Agriculture, le disqualifiant de la suite de la compétition.
Malgré cet incident, le directeur des Sports de masse et de l’éducation physique s’est réjoui du bon déroulement des matches jusqu’à ce niveau et il espère que le reste se poursuivra avec le même état d’esprit.
Pour ce qui est de la sortie des équipes championnes de l’édition précédente, il a dit que les démarches se poursuivent.


Voici le calendrier des rencontres pour les demi-finales :

FOOTBALL
-Intérieur–Enseignement de Base (mardi le 9/12/2014 au stade Prince Louis Rwagasore)
-Justice–Sécurité Publique (jeudi le 11/12/2014 au stade Prince Louis Rwagasore)

BASKETBALL
-Justice – Télécommunications (mardi le 9/12/2014 au terrain du Parquet)
-Finances–Minagrie (vendredi le 12/12/2014 au terrain du Parquet)

VOLLEYBALL
-Défense nationale – Sécurité publique (mardi le 9/12/2014 au terrain du Parquet)
-Enseignement de Base–Finances (jeudi le 11/12/2014 au terrain du Parquet)
KAZADI MWILAMBWE

 

FESTIVAL SIKA>Trophée remporté par une musicienne burundaise


Un honneur à la fois pour le Burundi et l’artiste

 

L’artiste musicienne burundaise,  Natacha Ngendabanka a été primée pour avoir présenté une œuvre artistique connotant la culture du Burundi. C’était au Bénin dans un festival qui s’organise annuellement au mois de novembre.

DSC 1580Dans un entretien accordé à la rédaction du journal Le Renouveau du Burundi, l’artiste Ngendabanka a indiqué qu’elle a été primée lors d’un festival qui s’organise au Bénin au mois de novembre de chaque année. Mme Ngendabanka a informé qu’elle a obtenu le trophée dénommée « Meilleure musique moderne d’inspiration traditionnelle ». Ce festival concerne surtout les artistes de différents pays africains. L’artiste musicienne a souligné que le festival de cette année avait regroupé les artistes de onze pays, à savoir le Burundi, le Nigeria, le Ghana, le Guinée, le Congo-Brazzaville, le Bénin, le Gabon, etc. Elle a précisé que ce festival est donc l’occasion pour ces artistes de présenter leurs œuvres qui démontrent leurs cultures. Pour le cas du Burundi, l’artiste Ngendabanka a affirmé qu’elle a présenté la chanson « Burundi Bwacu, qui littérairement se traduit notre cher pays, le Burundi. « Cette œuvre artistique a été beaucoup appréciée par les membres du jury. C’est pour cette raison que j’ai eu le prix ci-haut mentionné », s’est-elle réjouie. Elle a dit qu’elle a été enchantée d’avoir obtenu le prix jugé « meilleur » parmi les quatre qui ont été octroyés aux autres artistes.

Le pays gagne une bonne réputation
Mme Ngendabanka a révélé que le prix lui octroyé est un honneur à la fois pour le Burundi et l’artiste. Pour elle, le pays gagne une bonne réputation à l’étranger. « Il en est de même pour l’artiste », a indiqué l’artiste Ngendabanka. Elle a profité de l’occasion pour interpeller d’autres artistes, de produire de bonnes œuvres. Pour y arriver, il faut être courageux, travailler avec assiduité et collaborer avec les autres.
Natacha Ngendabanka a également remercié ceux qui ont fourni des efforts afin qu’elle puisse participer dans le festival organisé. C’est notamment le ministère de la Jeunesse, des sports et de la culture ainsi que l’Amicale des musiciens du Burundi.

ESPERANCE NDAYIKENGURUTSE

 
Ouvrir