Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Ministère des sports > Elite-jeunes 2014-2015

Promouvoir les performances de haut niveau

Le ministère de la Jeunesse, des sports et de la culture a octroyé un appui financier «promotion Elite-jeunes 2014-2015» le mercredi 29 octobre 2014. Ce financement est de deux cent mille FBu par athlète burundais destiné à l’amélioration des conditions optimales pour avoir des performances de haut niveau.    

DSC00343Les bénéficiaires de l’appui financier octroyé par le ministère de la Jeunesse, des sports et de la culture sont des jeunes sportifs membres des fédérations d’athlétisme, de judo, de taekwondo, de boxe, de lutte et de beach volleyball. « Cet appui financier est offert trois fois par an. C’est la première tranche que nous avons l’honneur d’offrir à ces jeunes », a fait savoir le ministre ayant le sport dans ses attributions, Adolphe Rukenkanya. Il a souligné que plusieurs disciplines sont concernées par ce financement mais que l’éligibilité est conditionnée par la qualité et la consistance des performances et les jeunes des fédérations susmentionnées ont pu remplir les conditions exigées par la Conférence des ministres de la jeunesse et des sports des pays ayant le français en partage (Confejes). « Ce sont les jeunes les plus méritants par la qualité de leurs performances mais aussi de leurs âges car on vise les athlètes qui sont essentiellement encore jeunes, qui ont une marge de progression évidente », a-t-il dit.

La bourse n’est pas suffisante

Le ministre Rukenkanya a expliqué que cet appui participe à l’amélioration des conditions d’entraînement des jeunes sportifs.  « Les bourses offertes par la Confejes ou par la Solidarité olympique qui sont beaucoup plus consistantes, sont octroyées pour que l’entraîneur et l’athlète bénéficiaires puissent travailler dans de meilleures conditions. Elles contribuent notamment à l’amélioration de la qualité de la nutrition, au suivi médical. Elles permettent au jeune de se doter et d’avoir des équipements sportifs de qualité et l’accès à des compétitions, bref offrir des conditions optimales pour avoir des performances de haut niveau », a souligné Adolphe Rukenkanya. Selon lui, l’objectif à long terme de ces bourses est de relever les jeunes athlètes de la catégorie des espoirs à la catégorie des athlètes de haut niveau confirmés au niveau international.
Le ministre Rukenkanya a précisé que la somme de deux cent mille FBu octroyée à chaque athète n’est pas suffisante. « C’est un appui parmi d’autres et cela ne dispense pas le ministère de son devoir d’assister les sportifs des différentes fédérations. La Solidarité olympique donne aussi des bourses aux meilleurs athlètes. Il faut que toute cette synergie puisse offrir aux jeunes sportifs les meilleures conditions de travail», a-t-il indiqué.
Grâce-Divine Gahimbare

 

FFB> Championnat national de ligue A, 7e journée

Le club Muzinga met fin à l’invincibilité de Vital’0 (1-0)

 

Le club de Vital’0  a concédé, le samedi 18 octobre 2014, sa première défaite du championnat devant la formation de Muzinga (0-1). Une défaite qui a mis fin à une série de six victoires consécutives mais qui n’a rien changé au tableau de classement où les mauves-blancs de Vital’0 sont toujours en tête avec 18 points devant Inter star et Athletico, ex-æquo avec 14 points.

 

C’est un deuxième coup de maître pour ce club des Forces de défense nationale, après celui de la cinquième journée où il s’était imposé devant Lydia Ludic Burundi (2-1). Muzinga a donc défié la formation de Vital’0 FC qui était imbattable jusqu’ici. Le match a été très engagé du début à la fin. Les nombreux supporteurs de Vital’0 qui avaient fait le déplacement du stade sont rentrés déçus par la défaite, mais heureux tout de même de conserver provisoirement la première place.
Cette victoire a poussé l’équipe militaire à la 4e position, avec 13 points. Vital’0, leader provisoire du championnat, bénéficie, au terme de cette journée, de quatre longueurs d’avance sur ses deux dauphins Athletico Olympic et Inter star.
L’entraîneur de Muzinga, Pierre-Claver Ntibutumirwa, se réjouit de la détermination affichée par ses poulains dont l’objectif est de se tailler une place honorable au terme de ce championnat. Les grandes équipes ont toujours tendance à négliger les moyennes formations, a-t-il souligné. Cela est une des raisons qui pousse ses joueurs à se battre.
De son côté, Jean-Gilbert Kenyenkore dit Yaoundé, entraineur de Vital’0, a salué le jeu affiché par les joueurs de Muzinga lors de cette rencontre, qui a été, selon lui, impressionnant.

Le Messager Bujumbura s’impose sur Tchite (4-1)

Pour les autres rencontres, les jeunes du Messager Bujumbura ont corrigé l’Académie Tchite (4-1) alors qu’à la pause les deux équipes étaient à égalité d’un but partout. Sur le stade de Muyinga, Le Messager Ngozi a arraché un résultat nul (1-1) face à Olympic star. Volontaires de Kanyosha ont battu Prince Louis (1-0) et c’est sur le même score que Lydia Ludic Burundi et Inter star se sont respectivement imposés devant Athletico et Rusizi de Cibitoke.
    Flambeau de l’Est, sur son terrain de Ruyigi, a arraché les trois points face à Royal de Muramvya (2-0) et pour le dernier match de cette journée, Bujumbura city et Nyanza united ont fait match nul et vierge.
KAZADI MWILAMBWE

 

FFB > Clôture du stage Fifa-Futuro III

L’arbitrage est un principal pilier du développement du football

 

Cela a été dit par le président de la Fédération de football du Burundi (FFB), Révérien Ndikuriyo, à l’occasion des cérémonies de clôture du stage Futuro III, qui se sont déroulées à Bujumbura, le mardi 21 octobre 2014.

 

DSC 0536Rappelons-le, ce cours régional a réuni vingt-cinq instructeurs d’arbitres francophones d’Afrique en provenance de dix pays. Il s’agit du Bénin(1), Sénégal(2), R Congo(3), Madagascar(3), Cameroun(3), Djibouti(2), Côte d’Ivoire(3), Togo(3), Rwanda(2) et Burundi(3). Le Burundi était représenté par Jean Claude Niyongabo, Désiré Gahungu et Bénigne Nduwimana.
Dans son discours, le président de la Fédération de football du Burundi a d’abord remercié la Fifa d’avoir choisi le Burundi pour abriter ce stage régional regroupant les pays francophones d’Afrique. Selon lui, ce stage va apporter de grandes améliorations car les règles régissant ce sport roi sont en perpétuel changement.  C’est un impératif, a-t-il souligné, que les arbitres puissent prendre connaissance de ces nouvelles modifications afin de rendre encore plus agréable ce sport qui est suivi par des millions de  gens à travers le monde.
M. Ndikuriyo a interpellé les instructeurs formés dans ce Futuro III, tenu à Bujumbura, à fournir plus d’efforts pour être à jour. C’est ainsi, a-t-il dit, qu’ils pourront bien encadrer les arbitres de leurs pays pour être toujours meilleurs techniquement et physiquement.

Pérenniser les acquis de Futuro III

S’adressant tout particulièrement aux trois instructeurs burundais qui ont participé à ce cours, le président de la FFB leur a demandé un effort particulier pour qu’au sortir de ce stage, les recyclages des arbitres se fassent sans tarder et que le public sportif constate que Futuro III organisé au Burundi aura été très bénéfique, particulièrement pour notre pays.
Il a indiqué que la grande réforme des compétitions dans laquelle la FFB est lancée, pour développer dans toutes les communes le football, ne pourra réussir sans le développement de l’arbitrage qui devra passer par le travail des instructeurs.
Révérien Ndikuriyo a enfin demandé la compréhension de tous les stagiaires sur tous les points qui n’auraient pas rencontré leur satisfaction et a promis de les corriger pour les autres formations à venir. Les stagiaires, pour leur part, ont promis de passer rapidement au travail.

KAZADI MWILAMBWE

 

Tourisme>Etat des lieux du secteur au Burundi

Des infrastructures devraient être érigées pour accroître le nombre de touristes

 

Par sa situation géographique, le tourisme au Burundi dispose d’un potentiel extrêmement appréciable  avec des aires protégées, des réserves naturelles, des sites historiques, avec de nombreux lacs. Ces sites touristiques enregistrent un manque d’infrastructures pour accueillir les touristes dans de bonnes conditions. Ce secteur devrait être privilégié car il est un des secteurs clé qui pourrait contribuer au développement de l’économie

 

DSC09477Au cours de notre visite dans la province de Rutana, plus précisément dans les communes Musongati et Mpinga  Kayove où se trouvent les failles de Nyakazu et les chutes de Mwishanga, nous nous sommes persuadé que le pays dispose d’importantes ressources de revenus. Pour assurer l’accroissement du nombre des touristes et l’accumulation de revenus significatifs, le gouvernement a adopté une Stratégie nationale de développement durable  du tourisme. Cette stratégie offre une opportunité unique pour démarrer une phase nouvelle de mise en  valeur des sites qui sont reconnus parmi les patrimoines culturels mondiaux. Cependant, il existe plusieurs sites qui pourraient favoriser le tourisme, mais par manque d’infrastructures hôtelières sur  ces sites, le nombre de touristes a connu une évolution lente.

Le Burundi possède des sites touristiques très importants

Pour  bien éclairer les hommes d’affaires qui pourraient investir dans le domaine du tourisme, le quotidien Le Renouveau a préféré vous  citer  certains sites jugés très importants. Il s’agit,  entre autres,  des réserves naturelles, des aires protégées et des lacs et rivières, comme le lac Tanganyika qui abrite des espèces rares comme le Ndagala.  Il y a aussi la source du Nil, les musées, les espèces rares et les autres traits caractéristiques  du Burundi ancien, dont les domaines royaux. En dépit du manque d’infrastructures nécessaires pour accueillir les touristes qui viennent visiter l’intérieur du pays où se trouvent les sites ci-haut cités, le pays dispose actuellement d’une centaine d’hôtels qui répondent aux normes internationales. Cela s’est expliqué par la prépondérance des conférences nationales et internationales qui sont organisées dans certaines de ces infrastructures. Un autre élément qui mérite d’être noté est que le tourisme constitue  l’un des facteurs  qui ont des effets positifs. Ces derniers ont été ressentis lors des présentations touristiques du Burundi aux foires internationales du tourisme, organisées à Berlin, en Allemagne et à Moscou en Russie où le pays a décroché le prix du meilleur exposant au niveau mondial.
Appolinaire Nimubona

 
Ouvrir