Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

BUREAU DE L’OMBUDSMAN> Cérémonies de félicitations


L’ombudsman burundais décoré par le président français

 

Le président de la République française, François Hollande, à travers son ambassade au Burundi, a remis les insignes de distinction d’officier de la légion d’honneur à l’ombudsman burundais, Mohamed Rukara, lors d’une cérémonie, le vendredi 21 novembre 2014. Les cérémonies de félicitations se sont déroulées le dimanche 23 novembre 2014.

DSC07046Dans son discours l’ombudsman Mohamed Rukara a remercié le président Hollande et son gouvernement ainsi que le peuple de la France. Il a également remercié le président Pierre Nkurunziza qui l’a honoré en l’élevant à ladite distinction ainsi que tous ceux qui lui ont prodigué de bons conseils.
Selon toujours Rukara, le travail déjà réalisé au cours de quatre ans à la direction de l’institution de l’Ombudsman mérite d’être apprécié à sa juste valeur par la population burundaise sans oublier l’encouragement de ses actes posés dans l’accomplissement de ses missions avec l’indépendance, la transparence et en mettant un accent particulier sur les œuvres sociales.
M. Rukara a lancé un appel au peuple burundais à consolider la démocratie, la paix, la sécurité, la tolérance, l’acceptation de l’autre et la stabilité de la patrie. Il a également rappelé au peuple burundais que consolider la paix est un devoir de tout citoyen. Le salut ne repose que sur la construction de la paix, la sécurité, chemin obligé pour aboutir à une prospérité individuelle et collective, a-t-il souligné.
Au nom de l’institution de l’Ombudsman, le chef de cabinet, Marie- Thérèse Gakobwa, a adressé des remerciements et encouragements à tout un chacun qui a contribué aux succès de l’ombudsman. Elle a félicité l’ombudsman Rukara pour d’autres décorations et élévations qui lui ont été déjà descernées. Elle a cité notamment la décoration par le président Pierre Nkurunziza à l’occasion du 51e anniversaire de l’indépendance du Burundi, l’élévation comme vice-président de l’Association des ombudsmans et médiateurs de la Francophonie ; vice-président des ombudsmans et médiateurs africains ; la nomination à la présidence du Conseil international permanent pour la prévention des conflits et la médiation, etc.
Les cérémonies ont été marquées par le rythme du tambour, les danses traditionnelles et modernes, les chansons et bien d’autre exhibitions. Au cours de ces cérémonies, différents cadeaux ont été remis à l’ombudsman Rukara.
Il est le premier au Burundi à recevoir les insignes de distinction d’officier de la Légion d’honneur.

Eric Mbazumutima

 

 

ENFANT BURUNDAIS> Célébration du 25e anniversaire de la Convention des droits de l’enfant


Innover pour la protection des droits de l’enfant

 

Sous le thème « Un monde meilleur pour les enfants », le Burundi a célébré le jeudi 20 novembre 2014 à Bujumbura, le 25e anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant.

 

DSC 1352Les cérémonies de la journée ont été débutées par un sketch et des chansons qui montraient l’exclusion et la stigmatisation qui se font à l’égard des enfants burundais et surtout ceux vivant avec le handicap. L’objectif était de décourager ces mauvaises pratiques afin de faire mieux pour que l’enfant burundais puisse bénéficier de ses propres droits dont le droit à l’éducation pour tous.

D’importants progrès enregistrés

Dans son mot de circonstance, le représentant de l’Unicef au Burundi, Johannes Wedenig a indiqué que l’Assemblée générale des Nations-unies a adopté ladite convention en 1989. Le Burundi, quant à lui, l’a ratifiée en 1990. Depuis lors, souligne M. Wedenig, d’importants progrès pour les enfants burundais ont été enregistrés. Près de 95% des enfants vont à l’école primaire ; plus de quatre enfants sur cinq sont complètement vaccinés ; l’eau potable est accessible à 74% de la population. De plus, des comités de protection de l’enfant existent dans onze provinces du pays et dans les autres, ils sont en cours de création.

Les défis restent de taille

Le représentant de l’Unicef au Burundi a aussi affirmé que les défis restent de taille. Il a fait savoir que le Burundi connaît un des taux de malnutrition chronique les plus élevés du monde avec 58% des enfants de moins de cinq ans. Il a en outre indiqué que les salles de classe sont surpeuplées avec une moyenne de soixante-douze enfants par salle de classe à l’école primaire. Pour cela, M. Wedenig a signalé qu’ils doivent continuer à innover pour disposer davantage de produits, de processus et de partenaires afin de faire face aux problèmes les plus urgents auxquels sont confrontés les enfants burundais.
Après les discours, les prix composés de postes de radio et de mallettes ont été décernés aux trois premiers enfants qui ont pu bien présenter les œuvres artistiques sur le thème ci-haut mentionné. Ces enfants primés provenaient des provinces de Kayanza, Cankuzo et Kirundo. Les cérémonies de cette journée avaient été marquées par la présence de trois enfants qui représentaient chaque province du pays. Ils ont l’âge de 5 à 15 ans.

ESPERANCE NDAYIKENGURUTSE

 

PROVINCE DE MAKAMBA> Situation socio-économique


Des progrès remarquables sont en cours de réalisation

 

En province de Makamba, la sécurité est totalement bonne étant donné qu’elle a été choisie comme province pilote dans les comités mixtes de sécurité. C’est ce qui a été dit par Gilbert Nduwayo, gouverneur de la province de Makamba, dans un entretien avec le journal Le Renouveau , le mercredi 19 novembre 2014. Il a en outre apprécié la population de ladite province du fait qu’elle suit convenablement leur leader.

DSC 0845A propos des rumeurs qui circulent dans certaines communes des provinces concernant les jeunes gens armés et en vestes longues, M. Nduwayo a fait savoir qu’en province de Makamba on ne les a pas encore entendus, sauf la fausse rumeur qui a été diffusée comme quoi on distribuait des armes aux jeunes démobilisés de ladite province. A cet effet, a précisé le gouverneur Nduwayo, la population de Makamba est déjà conscientisée sur cette situation.

Des écoles en cours de construction
Gilbert Nduwayo a indiqué que les écoles primaires, fondamentales et secondaires sont en cours de construction. Dans les œuvres qui ont été présentées pour l’année 2014, trois centres de santé sont en train d’être finalisés en vue de procéder très prochainement à leur ouverture. Il s’agit, selon le gouverneur Nduwayo, du centre de santé Kanyinya en commune Mabanda ; le centre de santé Nyarubanga de la commune Kibago ainsi que celui de Ruvumera en commune Nyanza-Lac. M. Nduwayo a en plus indiqué que les villages de Gasaka-Gisenyi dans la commune Makamba, le village de Mivo en commune Mabanda, celui de Mushara ainsi que le village de Gikurazo-Gahororo qui est en stade de finition, sont en construction.
Toutefois, des efforts sont en train d’être menés pour ce qui est de la politique de la protection de l’environnement car, a signalé Gilbert Nduwayo, il y a des forêts naturelles qui nécessitent d’être protégées. De plus, les montagnes sont déjà identifiées où seront plantés des arbres, pour l’année sylvicole qui va venir. La population est déjà sensibilisée là-dessus, a ajouté le gouverneur de Makamba.
Gilbert Nduwayo a précisé que certaines pistes de la province de Makamba nécessitent d’être réhabilitées. Il s’agit notamment de la piste Mabanda-Kibago ; la piste Mabanda-Vugizo ; de la route Makamba-Murenge-Munini-Bururi. Aussi, la route de la Communauté est- africaine est en cours de construction. C’est le tronçon Mugina-Mabanda et Nyanza-Lac. Celui-ci joindra alors la route qui mène vers Kigoma jusqu’à Dar- es-Salam, a conclu M. Nduwayo.

Rosine MUGISHA

 

PATRIMOINE CULTUREL> Le tambour burundais


En passe de devenir un patrimoine immatériel de l’Unesco

 

Une délégation burundaise de trente personnes participe du 24 au 28 novembre 2014, à Paris en France, à l`inscription du tambour burundais dans le patrimoine culturel immatériel de l`Organisation des Nations-unies pour l`éducation, la science et la culture(Unesco). La salutation du départ de ladite délégation a eu lieu le jeudi 20 novembre 2014.

 

DSC06293A l’occasion du départ de la délégation, des cérémonies ont été organisées et ont été rehaussées par la présence du ministre de la Jeunesse, des sports et de la culture, Adolphe Rukenkanya.
Dans son discours, le ministre Rukenkanya a souligné que le tambour burundais est un extrait extrêmement solide. L`inscription du tambour, a-t-il également indiqué, est une réussite collective de plusieurs personnes qui ont travaillé sur le dossier. Il a notamment cité les experts du ministère de la Jeunesse, des sports et de la culture ; les professeurs à l`Université du Burundi particulièrement le professeur Emile Mworoha et bien d`autres.
M. Rukenkanya a adressé ses remerciements à ceux qui ont appuyé la mission notamment le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, le gouvernement du Burundi pour son appui extrêmement engagé, l`ambassade de France pour l’appui apporté aux dimensions de la culture au sein du ministère, l`ambassade de Chine et la Wallonie Bruxelles. Il a aussi salué le travail des artistes.
Antime Baranshakaje, le sage tambourinaire mythique 1935 et protecteur du sanctuaire de Gishora dans la province de Gitega fait partie de la délégation. Il a exprimé ses sentiments de satisfaction pour la réussite de cette noble mission réalisée depuis longtemps. « Ce que j’attends de cette inscription est la revalorisation du tambour sacré.», a ait M. Baranshakaje. Il demande au peuple burundais de revisiter les valeurs de la tradition burundaise en ce qui concerne l’utilisation du tambour.
Les cérémonies ont été clôturées par la remise du drapeau national à la délégation par le ministre Rukenkanya.
La délégation qui participe à l’inscription du tambour est composée de 14 tambourinaires, de 7 filles qui font la danse traditionnelle et de 9 officiels. La délégation est conduite par le ministre Rukenkanya.
ERIC MBAZUMUTIMA

 

 
Ouvrir