Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Clac Kayanza> Sa fréquentation

Elle est intense pendant la période des vacances

 

DSC 0564Le Centre de lecture et d’animation culturelle (Clac) Kayanza comporte différentes sortes de livres dont les romans, les bandes dessinées, les livres de science, de philosophie, de religion, de littérature, des journaux etc. Sa fréquentation est surtout intense pendant la période des vacances.

 

Le quotidien Le Renouveau s’est rendu à ce centre quelques jours après le début du deuxième trimestre de l’année scolaire 2016-2017. La salle était presque vide parce qu’en général, ce Clac est beaucoup fréquenté pendant la période des vacances. Ainsi, ce sont surtout les jeunes et les enseignants qui vont y faire la lecture.
Pour Crescence Minani, animatrice du Clac Kayanza, ce sont surtout les enfants qui aiment faire la lecture des bandes dessinées. Même les adultes lisent mais pas au même rythme que les jeunes. Pendant la journée, la fréquentation n’est pas très prononcée car, a-t-elle précisé, les lecteurs sont occupés, les uns par leurs études et les autres par le travail. Pour ce dernier cas, les fonctionnaires viennent lire dans l’après–midi.

Les avantages sont nombreux

Des fois, les lecteurs empruntent les livres et les remettent. Pour cela, il peut y avoir une cinquantaine de livres empruntés et une trentaine d’inscriptions par jour. Des jeux sont aussi prévus pour divertir les enfants qui fréquentent ce centre.
L’animatrice du clac Kayanza a également fait savoir que ce centre est d’une grande utilité pour les jeunes et les intellectuels de cette province. Grâce à lui, les élèves améliorent leurs connaissances et la lecture devient une occupation pour eux. Un élève de l’école primaire rencontré sur place a indiqué qu’il venait d’emprunter un livre de bande dessinée. « J’aime lire des bandes dessinées car ce sont des histoires très intéressantes. Cela me permet aussi d’améliorer mon niveau de français en classe », a-t-il souligné.
Le Clac Kayanza a commencé ses activités en 2012, mais des difficultés ne manquent pas. D’après toujours son animatrice, il n’a pas de poste téléviseur, et cela limite les heures de travail car ce Clac fonctionne actuellement jusqu'à 17h30. Ce manque de poste téléviseur fait que les lecteurs n’ont pas de quoi s’informer et se divertir comme il faut. L’animatrice du centre demande au ministère de tutelle de leur fournir ce poste téléviseur.
Yvette Irambona

 

 

IFB> Petit déjeuner de presse

Faire connaître le programme culturel durant les mois de janvier-février 2017

 

DSC 0140L’Institut Français du Burundi a organisé le mercredi 25 Janvier 2017, un petit déjeuner de presse dans le but de faire connaître le programme culturel durant les mois de janvier-février 2017.

 

Stéphanie Soleansky, directrice déléguée de l’IFB a indiqué que samedi 11 février, il y aura un concert de Santos « SMS Vocal » le monde de stars. « Nous sommes heureux d’accueillir de nouveaux Santos sur la scène de l’IFB avec un concert qui s’annonce déjà mémorable ! » a-t-elle ajouté.
« Un jeudi par mois ; venez débattre à l’IFB et confronter vos opinions avec le collectif des bloggeurs Yaga. Chaque session permet d’aborder des thèmes de société, de s’enrichir des points de vue des autres ou des lectures d’articles de revues ou d’ouvrages proposés par l’IFB », a dit Soleansky. Le thème du prochain débat est « relations entre hommes et femmes ». Grâce à l’évolution des mentalités, les femmes ont désormais accès à des fonctions importantes et peuvent recevoir un revenu supérieur à celui des hommes. Ces femmes intimident les hommes dit-on, et se retrouvent souvent seules. Quelle est la réalité de ce constat ? Rendez-vous le jeudi 23 février 2017 à l’IFB.
« Dans une ambiance explosive au son des meilleurs hits du moment, venez assister à la première dance battle de l’année durant laquelle s’affronteront les meilleurs groupes de danse de Bujumbura à travers des chorégraphies préparées ou des improvisations survoltées !, samedi 28 janvier. »
Du 14 au 18 février 2017, DJ Bbrave, un DJ Franco-américain venu du Ghana et dont le travail vise à renforcer les industries de la musique au Ghana et en Afrique, donnera une formation aux DJs burundais avec lesquels il partagera son amour et sa passion pour la musique. Une restitution de cette formation aura lieu le 18 février 2017 dans le pation de l’institut.

Atelier de chant a cappella

Vous êtes chanteur dans une chorale ou chef de chœur ? Vous êtes passionnés et souhaitez améliorer votre technique vocale a cappella ? L’IFB vous invite à participer à un atelier de formation que donnera Christian du 20 au 25 février 2017. Christian Pariot est un docteur en musique de l’Université de Toulouse, chef de chœur et ethnomusicologue. Un concert restitution de cet atelier aura lieu le 25 février 2017 à l’IFB ».
La réunion a été une occasion de présenter Elsa Butet, qui sera chargé d’actions culturelles et de communication à l’IFB.

Emélyne Iradukunda

 

FEDERATION DE FOOTBALL DU BURUNDI> Championnat national de Ligue A, 18e journée

Messager Bujumbura s’impose devant Musongati à Gitega (1-0)

 

L’unique but de la rencontre a été inscrit par Yves Bahita à la troisième minute de jeu. Athletico, le leader provisoire du championnat, après une série des victoires, a été tenu en échec par Ngozi city (0-0) alors que ses poursuivants, Vital’0, Lydia Ludic Burundi et Aigle Noir ont tous gagné leurs matches.

La surprise de cette journée a été créée par la formation de Messager Bujumbura qui est allée battre Musongati sur son stade de Gitega par un score d’un but à zéro. Tous les pronostics étaient en faveur de Musongati, une équipe qui remonte en force et qui n’a surtout pas perdu un seul match à domicile. Les uns disaient 2 buts à zéro, les autres 3 buts et d’autres encore pronostiquaient un 5-0 en faveur de Musongati.
La réalité sur le terrain est que les joueurs de Messager Bujumbura ont montré un grand football du début à la fin. Ils ont marqué le but en tout début de la rencontre par Yves Bahita reprenant de la tête un corner tiré par Ramadhani Jumaine. Jusque- là, le public de Gitega croyait au renversement de score mais à la pause l’inquiétude s’est installée.
A la reprise, Vivier Bahati, entraîneur de Musongati, éjecte trois joueurs à option offensive mais le bloc construit par les joueurs de Messager Bujumbura est resté solide jusqu’au coup de sifflet final. Tout de même, les joueurs de Musongati se sont créés de belles occasions de marquer mais qu’ils ont parfois joué par précipitation.

Athletico tenu en échec par Ngozi city

La série des victoires réalisées par le club Athletico a été stoppée par Ngozi city (0-0). Le match s’est joué sur le stade Agasaka de Ngozi où le public avait répondu nombreux. Vital’0 a gagné par 2 buts à zéro face à Magara star, une victoire qui lance les poulains de Benjamin Bikorimana, président de Vital’0, à la deuxième place à six longueurs du leader.
Lydia Ludic Burundi s’est imposé par 2 buts à 1 face à Bujumbura city. Aigle Noir et Messager Ngozi, qui font partie des cinq premiers, ont également gagné leurs matches respectivement devant Inter star (forfait, 2-0) et Les Lierres (4-1). Le forfait, selon les informations recueillies sur place à Makamba, est dû au fait que les deux équipes avaient porté les mêmes couleurs de maillot qu’Inter star devait changer de couleur.
Pour les deux dernières rencontres, Rusizi a battu Olympic star par un but à zéro et alors que Flambeau recevait Muzinga. Les deux équipes se sont séparées sur un résultat nul et vierge (0-0).
Pour le classement provisoire, Athletico conserve la tête du tableau avec 43 points, il est suivi par Vital’0 (37 points). Suivent respectivement Lydia Ludic Burundi (36 points), Aigle Noir (35 pts) et Messager Ngozi (32 pts)

La 19e journée

Le championnat se poursuit ces mardi 24 et mercredi 25 janvier pour la 19e journée avec deux rencontres au sommet, Lydia Ludic contre Aigle Noir et Athletico contre Musongati. La finale de la Coupe de l’Unité, entre Vital’0 et Messager Ngozi, reste programmée le samedi 28 janvier au stade de Gitega. Voici le calendrier de la 19e journée :
Mardi 24/01 : Inter star vs Magara star (P.L.R; 14h)
Messager Bujumbura vs Flambeau (P.L.R; 16h)

Mercredi 25/01 : Muzinga vs Les Lierres (CTN, 15h)
Lydia Ludic vs Aigle Noir (P.L.R; 14h)
Athletico vs Musongati (P.L.R; 16h)
Messager Ngozi vs Bujumbura city (Kayanza, 15h)
Olympic star vs Magara star (Agasaka, 15h)
Vital’0 vs Rusizi (Ivyizigiro, 15h).

KAZADI MWILAMBWE

 

Artistes et artisans de l’intérieur du pays> Les problèmes rencontrés

Entre autres, le manque de marché d’écoulement

 

Dans l’exercice de leur métier, les artistes et artisans de l’intérieur du pays font face à de nombreux problèmes. Parmi eux figurent le manque de marché d’écoulement de leurs produits ou la vente de leurs produits à un prix insignifiant. Ce qui fait qu’ils ne parviennent pas à vivre de leur métier et cela constitue un obstacle à l’auto-développement.

 

A l’intérieur du pays, il y a beaucoup d’artistes et d’artisans qui font des métiers diversifiés mais ils ne sont pas tous connus. Cette ignorance de leurs produits constitue un obstacle, de manière qu’ils ne peuvent pas vivre de leur métier. Cette ignorance constitue également un frein pour l’auto-développement. Dans un entretien que Marie Rose Ndayishimiye, vice-présidente de la chambre sectorielle d’art et d’artisanat (Chasaa), Antenne de Gitega, a accordé à la rédaction du quotidien d’informations Le Renouveau, elle indique que le plus grand problème rencontré dans leur métier est le manque de marché d’écoulement de leurs produits artisanaux. « Si nos produits ne trouvent pas de marchés, cela fait que l’artiste ne parvient pas à vivre de son métier et cela constitue également un obstacle de s’auto-développer », a expliqué Mme Ndayishimiye. Elle a également précisé que même s’ils trouvent des clients, ils sont obligés de vendre leurs produits à un prix dérisoire alors que, le plus souvent, la matière utilisée leur a coûté cher.
Mais elle espère que les antennes qui sont en train d’être établies à l’intérieur du pays par Chaasa, sera une occasion pour tous les artistes et les artisans de se mettre ensemble pour voir comment écouler leurs produits afin de s’auto développer et développer le secteur artisanal.

Les habits traditionnels sont portés en ville par ceux qui veulent valoriser la culture burundaise

Marc Manirakiza de Mwaro qui confectionne les habits traditionnels en ficus, a fait savoir au quotidien d’information qu’à l’intérieur du pays, ces habits ne sont pas beaucoup écoulés. Il a précisé qu’ils sont beaucoup portés en ville par ceux qui veulent valoriser la culture Burundaise. Il a précisé qu’à l’intérieur du pays, il fabrique plus les mortiers et les auges en bois qui sont beaucoup utilisés par la population.

Emelyne Iradukunda

 
Ouvrir