Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ASSEMBLEE NATIONALE> Séance plénière du mardi 19 juin 2018

Pour l’adaptation de son règlement intérieur à la Constitution nouvellement promulguée

 

DSC 0485Dans sa séance plénière du mardi 19 juin 2018, l’Assemblée nationale du Burundi a analysé les amendements proposés par la Commission de la défense et de la sécurité, pour adapter son règlement intérieur à la Constitution burundaise, nouvellement promulguée. Au prix d’un riche débat, ce règlement a été adopté à l’unanimité. 

 

Le mardi 19 juin 2018, l’Assemblée nationale s’est réunie en séance plénière, pour analyser et adopter son règlement intérieur adapté à la nouvelle Constitution du Burundi. Le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda, a d’abord invité le département législatif à vérifier si le quorum était  atteint afin de se conformer à l’article 180 de la Constitution ainsi libellé : « L’Assemblée nationale ne peut délibérer valablement que si les deux tiers des députés sont présents. Les lois sont votées à la majorité absolue des députés présents ou représentés. Les lois organiques sont votées à la majorité des trois cinquième des députés présents ou représentés, sans que cette majorité puisse être inférieure à la majorité absolue des membres composant l’Assemblée nationale. La majorité des trois cinquième des députés présents ou représentés est également requise pour le vote des résolutions, des décisions et des recommandations importantes ».Dans la présentation du rapport de la Commission permanente au sein de l’Assemblée nationale, chargée de la défense et de la sécurité, le président de cette commission, Zénon Ndaruvukanye, a précisé que ce n’est pas un nouveau règlement mais des amendements que la commission à  proposés pour l’adapter à la Constitution actuelle afin de permettre à l’Assemblée nationale de travailler dans la légalité.Dans ce règlement, il est bien souligné que le président de l’Assemblée nationale doit jouir uniquement de la nationalité burundaise d’origine. Le bureau de l’Assemblée nationale reste quant à lui composé d’un président et de deux vice-présidents. Cela dans le strict respect de l’article 176 de la Constitution du Burundi. Après s’être entendus sur trente-deux (32) amendements de forme et cinquante-six (56) amendements de fond, les députés ont voté à l’unanimité ce projet de règlement intérieur qui régira l’Assemblée nationale jusqu’en 2020. Celui-ci va remplacer celui adopté le 30 juillet 2015.
Jean Bosco Nkunzimana

 

HCR>Conférence de presse à l’occasion de la Journée mondiale du réfugié

Les communautés doivent recevoir un soutien plus systématique et durable

 

DSCO5328Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) conjointement avec l’Office national pour la protection des réfugiés et apatrides a organisé le mardi 19 juin 2018 une conférence de presse à l’occasion de la Journée mondiale du réfugié célébrée le 20 juin de chaque année. 

 

Dans son mot liminaire, Gogo Hukportie, représentante du HCR au Burundi, a fait savoir que cette année, la Journée mondiale du réfugié a pour thème « Solidarité avec les réfugiés ». Cette célébration s’inscrit dans la continuité de la campagne en cours depuis l’année 2016 pour susciter plus de solidarité avec les réfugiés et les communautés qui les accueillent.Mme Hukportie a indiqué que les pays et les communautés doivent recevoir un soutien plus systématique et durable lorsqu’ils assument la tâche de venir en aide aux familles déracinées. Les réfugiés eux-mêmes doivent être inclus dans leurs nouvelles communautés et se voir offrir la chance de réaliser leur potentiel.Mme Hukportie a indiqué qu’en 2016, le HCR a lancé la campagne et la pétition avec les réfugiés pour permettre au public de témoigner son empathie et sa solidarité avec ceux qui ont été contraints de fuir leurs pays. La pétition appelle les gouvernements à garantir une éducation à chaque enfant réfugié, un endroit sûr pour vivre à chaque famille réfugiée et la possibilité pour ces réfugiés de travailler ou d’acquérir des nouvelles compétences afin de soutenir leurs familles. Cette année, les dirigeants de la Planète se réunissent sous les hospices des Nations unies pour se convenir sur les nouvelles modalités de gestion de la crise mondiale des réfugiés. Aider les réfugiés à reconstruire leur existence engage chacun d’entre nous. Notre action conjuguée permettra aux réfugiés de réaliser ce que la plupart d’entre nous tiennent pour acquis, à savoir l’éducation, l’endroit pour vivre en sécurité, l’appartenance à une communauté, etc.
Lucie Ngoyagoye

 

ROTARACT> Conférence internationale sur la paix en Afrique

Sous le thème :« Jeunesse, paix et développement »

 

DSC 00Première VpLe Rotaract club Bujumbura Tanganyika est un programme du Rotary International. Il  a organisé une conférence internationaele sur la paix en Afrique sous le thème, « Jeunesse, Paix et développement ». Les cérémonies ont été ouvertes  par le Premier Vice-président de la République du Burundi. Cette conférence a vu la participation des jeunes du Burundi, du Kenya, du Burkina Faso, de la RDC, etc. L’objectif de cette conférence est de promouvoir la culture, la paix et le développement durable chez les jeunes. 

 

Dans son mot d’accueil, le  maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, a souhaité la bienvenue à tous, spécialement au Premier vice-président de la République du Burundi pour l’intérêt qu’il a apporté  à l’organisation de cette conférence d’une part et d’autre part, pour sa présence effective. Cela montre la volonté du gouvernement du Burundi d’encourager le dialogue, la communication et la prévention des conflits au Burundi, en Afrique et dans le monde. Les représentants de Rotary international et celui du Rotaract dans leurs discours sont revenus sur le thème du jour. Brondon Niguel, président du Rotaract Club Bujumbura Tanganyika a souligné que le thème de la paix est d’une grande importance dans la réalisation des Objectifs   du développement durable (ODD), car les sociétés pacifiques et l’absence de violence sont à la fois un objectif et un moyen de développement durable. Il n’y a aucune possibilité de réaliser des progrès durables dans un contexte marqué par la violence, les conflits et la menace de violence. Le niveau élevé de violence armée et d’insécurité a un impact destructeur sur le développement d’un pays. Dans le discours de circonstance, le Premier vice-président de la République du Burundi, Gaston Sindimwo, a dit que nul n’ignore qu’aucun développement n’est possible sans la paix. Assurer une paix durable conduit à la stabilité politique, sociale et économique d’un pays d’une part et d’autre part, elle offre une fondation solide à la promotion du développement durable. C’est une occasion de sensibiliser les jeunes à la culture de la paix, à la communication non-violente et  au  développement durable, et leur offrir un cadre de réflexion sur leur rôle dans la consolidation de la paix, la promotion de la cohésion sociale et le développement durable. Il a ensuite exhorté les jeunes à suivre attentivement les exposés et à participer activement lors des débats et discussions en plénière. 
ALINE NSHIMIRIMANA

 

Province de Bubanza> Inauguration de Tujane microfinance par le président de l’Assemblée nationale

Permettre à la population locale de réaliser ses projets de développement

 

DSC 0329Le président de l’Assemblée nationale Pascal Nyabenda a inauguré, le vendredi 15 juin 2018 au chef-lieu la province de Bubanza, Tujane microfinance, une microfinance dont les actionnaires sont les natifs de cette province. Elle permettra à la population locale de préparer son avenir via ses projets de développement. 

 

Dans son discours de circonstance, le président de l’Assemblée nationale Pascal Nyabenda a indiqué que, «par la dénomination Tujane, nous voulons que nous nous acheminions tous vers le développement sans aucune distinction.Nous souhaitons que chaque personne puisse se développer et préparer son avenir ». M.Nyabenda a ajouté que pour contracter des crédits, les gens doivent adhérer dans des associations afin d’avoir des avaliseurs sans difficultés.Pascal Nyabenda a également fait savoir que les portes sont ouvertes à toute personne qui a des projets, et de les présenter à cette microfinance. C’est ainsi qu’il invite le personnel de Tujane microfinance de réserver un accueil chaleureux à ses clients sans regarder leur tenue ou leur couche sociale. Le souhait est  d’avoir l’année prochaine l’ouverture des agences de cette microfinance dans toutes les communes de la province de Bubanza, a-t-il poursuivi.  Quant à la présidente du Conseil d’administration de Tujane microfinance, Immaculée Ndabaneze, elle a précisé que l’idée de créer cette microfinance date de 2016. « Nous venons de franchir un pas pour l’objectif que nous nous étions fixé.  C’est un signe que nous pouvons réaliser des projets de développement. ». Cette microfinance a débuté avec un capital de cinq cents millions de francs burundais (500 000 000 FBu) et 270 actionnaires. Ces derniers sont des commerçants, des fonctionnaires de l’Etat, des agriculteurs, des éleveurs et bien d’autres. Mme Ndabaneze a également précisé que Tujane microfinance a eu l’autorisation de la BRB le 12 juin 2018. Cette microfinance travaille dans ses propres locaux avec dix employés.Différentes autorités du pays (députés, sénateurs, membres du gouvernement) ainsi que les natifs de cette province ont pris part à ces cérémonies d’inauguration.                                                       

Yvette Irambona

 
Ouvrir