Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SENAT> Séance plénière

Le gouvernement a pris les dispositions nécessaires pour créer la province de Rumonge

 

Le ministre de l’Intérieur, Edouard Nduwimana était le mardi 3 mars 2015 l’invité du Sénat pour exposer les motifs du projet de loi portant création de la province de Rumonge, et de la délimitation de cette dernière et des provinces de Bujumbura et Bururi. Le projet de loi a été adopté à l’unanimité.

 

DSC 4797Gabriel Ntisezerana a présidé la séance plénière du mardi 3 mars 2015. Les sénateurs ont adopté le calendrier de cette semaine avant d’entrer dans l’analyse du projet de loi dont les conclusions étaient tant attendues par la population de Rumonge et les élus de cette circonscription: la création d’une province à part entière. Le ministre Edouard Nduwimana a, dans son exposé des motifs, rappelé que le gouvernement du Burundi a depuis un certain nombre d’années adopté la politique de décentralisation et de la déconcentration de l’administration publique en général et de l’administration territoriale en particulier dans le but d’impliquer davantage la population dans la gestion des affaires publiques et de rendre les services publics plus proches et accessibles à la population bénéficiaire.

Une réponse aux demandes répétitives des natifs et non aux quelconques visées politiciennes

Ceux qui croient que la création de la province de Rumonge sera un instrument de propagande, ou que le découpage électoral aurait motivé cette politique se trompent énormément. En effet, explique M. Nduwimana, cet acte vient répondre aux préoccupations de quatre cent mille habitants des communes Rumonge, Burambi et Buyengero, de la province de Bururi et celles de Muhuta et Bugarama de la province de Bujumbura qui ne cessaient de réclamer qu’on leur facilite l’accès aux services publics. Etant donné que ce projet de loi intervient après le vote du budget général de l’Etat, l’invité du jour a rassuré que la création de cette province a été prise en compte dans l’élaboration du projet de ce budget. Une fois donc créée, elle n’aura pas de problème, que ce soit au niveau des ressources humaines, des moyens financiers ou autres. Si le budget fait défaut, la révision budgétaire pourra permettre de corriger ce qu’il y aura à corriger à ce niveau.

Alfred Nimbona

 

ASSEMBLEE NATIONALE> Séance plénière

Deux projets de loi, dont celui portant création de la province de Rumonge, adoptés

 

Les députés se sont réunis en séance plénière, le mercredi 25 février 2015. Ils ont analysé et adopté le projet de loi en rapport avec la coopération entre le Burundi et le Maroc et celui portant création de la province de Rumonge et délimitation des provinces de Bururi, Bujumbura et Rumonge.

 

DSC 0009Concernant le projet de loi portant accord cadre de coopération entre le gouvernement de la République du Burundi et le gouvernement du royaume du Maroc, Laurent Kavakure, ministre ayant la coopération dans ses attributions a fait savoir que ce projet a été motivé par le fait que les deux pays nouent de bonnes relations.
Il a fait savoir que la coopération entre le Burundi et le Maroc est dynamique car elle se caractérise par les échanges, notamment scientifiques et culturelles.
M.Kavakure a par la suite rassuré les députés qu’il existe même d’autres faits concrets qui renforcent et solidifient ces relations. En guise d’exemple, il a indiqué que chaque année, le Maroc accorde des bourses d’études aux jeunes Burundais. Depuis environs trois ans, a-t-il ajouté, le Maroc appuie le gouvernement Burundais dans sa politique de la reconstruction du pays à travers les travaux de développement communautaire en lui donnant des tôles, du ciment et des fers à béton. Les deux pays s’appuient aussi au niveau multilatéral quand il y a des questions qui les rassemblent.
Il a également rassuré que cette coopération ne nuira en rien les relations que le Burundi entretient avec d’autres pays comme l’Algérie qui n’est pas en bons termes avec le Maroc. Ledit projet de loi a été adopté à l’unanimité.

Rumonge, dix-huitième province du Burundi

Le second projet de loi portait sur la création de la province de Rumonge et la délimitation des provinces de Bururi, Bujumbura et Rumonge.
Selon Edouard Nduwimana, par la création de la province de Rumonge, le gouvernement a voulu donner une réponse favorable à la demande de la population de cette localité, qui était longtemps attendue, depuis plus d’une vingtaine d’année.
Il a également souligné qu’en plus d’alléger le fardeau de la population de parcourir de longues distances vers le chef-lieu de leur province, la création de cette nouvelle entité provinciale permettra la coordination, le suivi des activités économiques qui s’y déroulent, l’encadrement de la population, mais également, aidera cette dernière à bénéficier pleinement des services offerts par l’État.
A propos des inquiétudes des députés pour qui la création de cette province aurait des liens avec les prochaines élections, il a fait savoir que ledit projet n’a aucune relation avec les élections.
M.Nduwimana aussi révélé que cette nouvelle province aura une population avoisinant 400 000 habitants venant des communes Rumonge, Buyengero, Burambi, Muhuta et Bugarama qui feront partie de cette nouvelle province.
Ce projet de loi a été adopté par 93 députés sur 96 tandis que trois se sont abstenus.
Bénigne Gahimbare

 

 

COOPERATION > Départ du président de l’Assemblée nationale à destination de Nairobi au Kenya

Il est allé participer à la conférence internationale sur la population et le développement

 

DSC 1119Le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda a pris l’avion à destination de Nairobi au Kenya le lundi 11 novembre 2019. Il était à la tête d’une délégation du parlement du Burundi  qui est allé représenter le pays à la Conférence internationale sur la population et le développement prévue du 12 au 14 novembre 2019.  

 

Selon le porte-parole du président de l’Assemblée nation, Alexis Badian Ndayihimbaze, le sommet de Nairobi auquel le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda, est allé participer a l’objectif global d’exiger des engagements clairs pour faire progresser les objectifs de la Conférence internationale sur la population et le développement. «Le sommet réunira les représentants des gouvernements, des organisations de santé, des femmes et des jeunes activistes ainsi que les défenseurs des droits de l’Homme. Ce sommet sera une occasion pour le président de l’Assemblée nationale du Burundi de partager l’expérience de notre pays et de réitérer l’engagement du parlement de la république du Burundi à  sensibiliser et à encourager la population burundaise de pratiquer la méthode de planification familiale», a-t-il dit. Il a expliqué que cet engagement du parlement du Burundi se manifeste à travers les visites sur terrain.

Renouveler l’engagement mondial en matière de la population et du développement 

Le porte-parole du président de l’Assemblée nationale a souligné que, lors de ce sommet le président de l’Assemblée nationale fera le point de la mise en œuvre du programme national de développement 2018-2027 car, il a été constaté que la méthode stratégique de ce programme tend vers la maîtrise de la croissance démographique. «Le sommet devra aboutir à un processus élaboré de consultation pour renouveler l’engagement mondial en faveur de la mise en œuvre intégrale et accélérée du programme de la conférence internationale sur la population et le développement mais aussi les objectifs du développement durable», a précisé M. Ndayihimbaze. Il a ajouté que ce sera une occasion pour le président de l’Assemblée nationale du Burundi de rencontrer d’autres autorités et échanger avec ces dernières sur la coopération et les relations d’amitié.   

GRACE-DIVINE GAHIMBARE 

 

CENI> Réunion de renforcement de la culture démocratique

Le rôle des organisations de la société civile est important

 

DSC07764Le président de la Commission électorale  nationale indépendante (Ceni), Pierre Claver Kazihise a tenu, le mardi 12 novembre 2019, une réunion de renforcement de la culture démocratique à l’intention des responsables des organisations de la société civile et des confessions religieuses. Comme il l’a indiqué, leur rôle est très important. 

 

Cette réunion avait une certaine particularité car seules les organisations de la société civile et les confessions religieuses qui ont demandé de suivre le processus électoral y étaient conviées. Au cours de cette réunion, le président de la Ceni, a demandé aux participants de contribuer à la réussite des prochaines échéances électorales, prévues en 2020. « La population sera apaisée quand elle saura que des conflits peuvent être évités à travers la non-violence », a-t-il lancé.M. Kazihise a également signalé que les préparatifs des élections de 2020 vont bon train et que plusieurs activités ont été déjà réalisées jusqu’aujourd’hui. Il a donné à titre d’exemple, la mise en place de cette commission et ses démembrements provinciaux (Cepi) et communaux (Ceci) ; la liste des électeurs, etc. En plus de ces activités, le président de la Ceni a  signalé qu’elle a déjà, à travers tout le pays, des centres qui abriteront des bureaux de vote.Le président de la Ceni, Pierre Claver Kazihise a promis à ces organisations de la société civile et des confessions religieuses une franche collaboration afin de travailler main dans la main pour la réussite de ces élections.De son côté, Philippe Nzobonariba, un des commissaires a expliqué les caractéristiques des élections apaisées, crédibles et transparentes. Parmi ces dernières figurent le respect mutuel et la tenue des propos rassembleurs. Certains participants ont demandé à la Ceni de résoudre la question en rapport avec les personnes analphabètes qui, au jour de scrutin, nécessitent des personnes qui les aident. Cela cause parfois des mésententes. Le président de la Ceni a promis aussi de suivre de près le rapport selon lequel il y aurait des ONG qui ont débuté la sensibilisation à son insu.                                                           

Moise Nkurunziza

 
Ouvrir