Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ASSEMBLEE NATIONALE> Séance plénière

Deux projets de loi, dont celui portant création de la province de Rumonge, adoptés

 

Les députés se sont réunis en séance plénière, le mercredi 25 février 2015. Ils ont analysé et adopté le projet de loi en rapport avec la coopération entre le Burundi et le Maroc et celui portant création de la province de Rumonge et délimitation des provinces de Bururi, Bujumbura et Rumonge.

 

DSC 0009Concernant le projet de loi portant accord cadre de coopération entre le gouvernement de la République du Burundi et le gouvernement du royaume du Maroc, Laurent Kavakure, ministre ayant la coopération dans ses attributions a fait savoir que ce projet a été motivé par le fait que les deux pays nouent de bonnes relations.
Il a fait savoir que la coopération entre le Burundi et le Maroc est dynamique car elle se caractérise par les échanges, notamment scientifiques et culturelles.
M.Kavakure a par la suite rassuré les députés qu’il existe même d’autres faits concrets qui renforcent et solidifient ces relations. En guise d’exemple, il a indiqué que chaque année, le Maroc accorde des bourses d’études aux jeunes Burundais. Depuis environs trois ans, a-t-il ajouté, le Maroc appuie le gouvernement Burundais dans sa politique de la reconstruction du pays à travers les travaux de développement communautaire en lui donnant des tôles, du ciment et des fers à béton. Les deux pays s’appuient aussi au niveau multilatéral quand il y a des questions qui les rassemblent.
Il a également rassuré que cette coopération ne nuira en rien les relations que le Burundi entretient avec d’autres pays comme l’Algérie qui n’est pas en bons termes avec le Maroc. Ledit projet de loi a été adopté à l’unanimité.

Rumonge, dix-huitième province du Burundi

Le second projet de loi portait sur la création de la province de Rumonge et la délimitation des provinces de Bururi, Bujumbura et Rumonge.
Selon Edouard Nduwimana, par la création de la province de Rumonge, le gouvernement a voulu donner une réponse favorable à la demande de la population de cette localité, qui était longtemps attendue, depuis plus d’une vingtaine d’année.
Il a également souligné qu’en plus d’alléger le fardeau de la population de parcourir de longues distances vers le chef-lieu de leur province, la création de cette nouvelle entité provinciale permettra la coordination, le suivi des activités économiques qui s’y déroulent, l’encadrement de la population, mais également, aidera cette dernière à bénéficier pleinement des services offerts par l’État.
A propos des inquiétudes des députés pour qui la création de cette province aurait des liens avec les prochaines élections, il a fait savoir que ledit projet n’a aucune relation avec les élections.
M.Nduwimana aussi révélé que cette nouvelle province aura une population avoisinant 400 000 habitants venant des communes Rumonge, Buyengero, Burambi, Muhuta et Bugarama qui feront partie de cette nouvelle province.
Ce projet de loi a été adopté par 93 députés sur 96 tandis que trois se sont abstenus.
Bénigne Gahimbare

 

 

EDITORIAL> Les visites se suivent dans un Burundi en paix

La nouvelle année 2019 a, à peine commencé, que le Burundi a déjà accueilli sur son sol, deux personnalités de haut rang à savoir Madame Xu Jinghu, Envoyée spéciale du gouvernement chinois en Afrique dont la visite, couronnée de succès, s’est déjà achevée, et Mohammed Bin Abdoul Karim Issa, Secrétaire général de la Ligue islamique mondiale dont le siège est établi à la Mecque, une ville de renom mondial d’Arabie Saoudite. C’est sur  l’invitation de l’Ombudsman de la république du Burundi Edouard Nduwimana que le Secrétaire général de la Ligue islamique mondiale séjourne encore dans notre pays qu’il aime bien, et où il s’est adonné à plusieurs activités caritatives, en faveur des populations vulnérables qui en garderont toujours un excellent souvenir. Les journalistes sur  terrain ont déjà porté loin le message de ces activités humanitaires dont seules des personnalités comme Mohamed Bin Abdoul Karim Issa peuvent être porteuses.La nouvelle année 2019 a, à peine commencé, que le Burundi a déjà accueilli sur son sol, deux personnalités de haut rang à savoir Madame Xu Jinghu, Envoyée spéciale du gouvernement chinois en Afrique dont la visite, couronnée de succès, s’est déjà achevée, et Mohammed Bin Abdoul Karim Issa, Secrétaire général de la Ligue islamique mondiale dont le siège est établi à la Mecque, une ville de renom mondial d’Arabie Saoudite. C’est sur  l’invitation de l’Ombudsman de la république du Burundi Edouard Nduwimana que le Secrétaire général de la Ligue islamique mondiale séjourne encore dans notre pays qu’il aime bien, et où il s’est adonné à plusieurs activités caritatives, en faveur des populations vulnérables qui en garderont toujours un excellent souvenir. Les journalistes sur  terrain ont déjà porté loin le message de ces activités humanitaires dont seules des personnalités comme Mohamed Bin Abdoul Karim Issa peuvent être porteuses.Quel enseignement pouvons-nous tirer de ces deux  visites, si ce n’est qu’elles confirment ce que le président de la République Pierre Nkurunziza a déclaré dans son message à la Nation à l’occasion de l’An 2019 ? Il a déclaré que « Nous avons sauvegardé la paix et la sécurité sur tout le territoire national, les Burundais et les étrangers résidant dans ce pays ont vécu en toute sérénité ; tandis que nos frères et sœurs qui s’étaient réfugiés à l’extérieur du pays sont retournés nombreux au pays natal ». Et de poursuivre : « Que cette année 2019 soit une année de rapatriement ; la paix et la sécurité n’étant plus à démontrer ! ». Et au Père de la Nation de conseiller aux citoyens burundais de demeurer sereins et de vaquer à leurs activités quotidiennes. C’est, en effet, ce qui s’observe chaque jour dans les bureaux administratifs, dans les entreprises privées, dans les champs, dans les casernes militaires, dans les écoles, partout où toute activité humaine nous appelle, grâce à la paix et à la sécurité aujourd’hui appelant le concours de tous, pour toujours les consolider au seul et grand profit de la population burundaise en premier lieu.C’est, essentiellement pour cette raison, que notre pays est devenu fréquentable, des visites de personnalités de haut niveau se succédant les unes aux autres sur le sol burundais, sol de la consolidation de la paix, de la sécurité, de l’unité et de la démocratie. Quel pays aimant le Burundi s’empêcherait de le visiter pour observer, sans mauvaise foi, ce qui s’y passe réellement en matière de renforcement des acquis démocratiques ? Qui au Burundi et au-delà, sans mauvaise conscience affichée, pourrait nier cette vérité évidente qui est celle de la paix et de la sécurité régnant sur tout  le territoire burundais ?Le premier réflexe de la population burundaise, après un passé douloureux de son Histoire, est de s’accompagner aujourd’hui d’un nouvel état d’esprit face à quelques voix et à quelques plumes qui, faisant chorus avec les détracteurs du peuple burundais, se sont soudain découvert des vocations de porte-parole du mensonge en falsifiant la réalité burundaise, dans l’objectif malsain de nuire, rien que nuire. Les délégations étrangères qui se succèdent les unes aux autres dans notre pays  ne peuvent que regretter la mauvaise compréhension de la situation sociopolitique de notre pays en raison de la diabolisation. Les deux visites citées dans cet éditorial ne pourront que constituer un antidote fort contre les laboratoires de la nuisance.

Louis Kamwenubusa

 

PROVINCE NGOZI> Réunion du chef de l’Etat burundais avec les gouverneurs de provinces

La consolidation de la paix et la sécurité au niveau de tout le pays, au centre des échanges

 

DSC07482Le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a tenu le mercredi 16 janvier 2019, au chef lieu de la province de Ngozi, une réunion extraordinaire à l’intention de tous les gouverneurs de provinces du pays. Et selon le porte-parole du chef de l’Etat, les échanges au cours de cette importante rencontre ont porté principalement sur la consolidation de la paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire national. 

 

A la sortie de cette réunion qui s’est tenue à huis clos, Jean Claude Karerwa, porte-parole du chef de l’Etat burundais, a indiqué que comme c’’était une première réunion au cours de cette année, il était question d’échanger sur les réalisations de l’année dernière, mais de les interpeller à redoubler d’efforts dans l’accomplissement des missions qui leur sont assignées. En plus, M. Karerwa a informé que le chef de l’Etat a également profité de l’occasion pour donner des instructions aux gouverneurs de provinces qui vont dans le sens de servir de feuille de route pour l’année 2019,  en vue de la bonne mise en œuvre des politiques et programmes du pays. Il a aussi signalé que le chef de l’Etat n’a pas oublié de remercier très vivement les gouverneurs pour le travail abattu en matière de renforcement et de maintien de la paix et de la sécurité mais aussi en matière  de développement de leurs provinces respectives sans oublier de leur souhaiter les meilleurs vœux de bonheur et de prosperité.  « Le chef de l’Etat burundais a affirmé  que c’est grâce à ces gouverneurs que la  paix et la sécurité règnent sur toute l’étendue du territoire. Et C’est grâce à cette paix et sécurité que les populations burundaises ainsi que les étrangers qui vivent au Burundi vaquent convenablement à leurs activités quotidiennes », a dit M. Karerwa. 

« Soyons l’œil et l’oreille  pour défendre et représenter les intérêts de la nation »

Quant aux conseils que le chef de l’Etat burundais a prodigués aux gouverneurs de provinces, M. Karerwa a mentionné que le président de la République a signalé qu’il n’est pas capable de passer partout  dans les coins du pays pour voir et écouter et être témoin de ce qui se dit ici et là. A  cela, M. Karerwa a dit que le chef de l’Etat leur a demandé  d’être toujours l’œil et l’oreille  pour défendre et représenter les intérêts supérieurs  de la nation. Au cours de cette même réunion, le chef de l’Etat  a beaucoup insisté sur la communication où il a demandé aux gouverneurs de chaque fois porter à la connaissance du public de tout ce qui se passe dans leurs provinces respectives plutôt qu’il soit communiqué par d’autres personnes.

« Veiller à la paix et la sécurité en protégeant notre pays pendant cette période»

M. Karerwa a précisé que le chef de l’Etat a aussi rappelé aux gouverneurs que  le Burundi entre dans une période cruciale, où pendant la période préélectorale, les différents comportements s’affichent à l’endroit de certaines gens de notre société,  mais aussi des attitudes antisociales qui émanent de certaines Eglises et Organisations de la société civile. Le chef de l’Etat a profité de cette occasion pour faire un clin d’œil aux gouverneurs  de redoubler la vigilance dans leurs provinces respectives ainsi que  sur les différentes frontières qu’a le Burundi avec les autres pays afin de ne pas retomber  dans les mêmes problèmes que ceux qui se sont observés dans le passé.En plus, le chef de l’Etat a demandé aux gouverneurs de sensibiliser leurs populations à bien gérer la récolte, en créant des unités de transformation et de conservation sans oublier de penser à sa commercialisation que sur les débouchés tant nationaux qu’internationaux. Après la réunion, les gouverneurs de provinces ont souhaité les meilleurs vœux au chef de l’Etat  en lui donnant un cadeau composé de trois vaches ainsi que des vivres de différentes sortes. Et le chef de l’Etat a réciproqué en leur donnant un cadeau  de vivres qui proviennent de ses travaux champêtres, et, leur a demandé de continuer cette bonne pratique.

Avit Ndayiragije

 

PALAIS PRESIDENTIEL DE NGOZI> Audience accordée au secrétaire général de la Ligue islamique mondiale

Les deux personnalités ont échangé sur le renforcemment de la coopération

 

DSC07535Le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a reçu en audience, le mercredi 16 janvier 2019, au palais présidentiel de Ngozi, Muhamed Bin Abdoul Karim Al Issa, Secrétaire général  de la Ligue islamique mondiale. Et les échanges entre ces deux personnalités ont porté essentiellement sur la manière dont le peuple burundais  cohabite pacifiquement dans sa diversité tant ethnique que religieuse  ainsi que le renforcement de la coopération entre sur le Burundi et la Ligue islamique mondiale.

 

A la sortie de l’audience, le Secrétaire général  de la Ligue islamique mondiale,  à travers son interprète, a d’abord remercié très vivement le chef de l’Etat burundais du travail qu’il a effectué surtout en matière de la gestion  du peuple ainsi que l’amélioration de la cohabitation pacifique de tout le peuple burundais selon ses diversité que soit religieuse ou ethnique. M. Ben a ajouté que le but de cette visite au Burundi est de venir échanger les expériences avec les autorités burundaises en matière de la gestion de certains conflits, parce que le Burundi est parmi peu de pays au niveau mondial où les populations de différentes religions et ethnies vivent pacifiquement sans toutes sortes de discriminations sociales. « Et le comportement qu’affichent vos populations dans leurs diversités va nous servir d’exemple dans notre pays », a précisé M. Ben.

« Combattre ensemble tous les défis liés au développement »
 

M. Ben, en tant que  Secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, a promis qu’il va aider à la prospérité du pays et contribuer également à relever tous les défis tout en combattant ensemble les obstacles qui peuvent freiner ce développement durable et profond.  « Nous vous rassurons que nous ferons tout notre possible pour que cette collaboration soit durable sans oublier d’amener certains points qui pourront contribuer effectivement au développement du Burundi mais aussi des autres pays, a promis M. Ben. Il a terminé en remerciant le chef de l’Etat burundais et aux peuples burundais pour un accueil chaleureux qu’ils lui ont réservé dès son arrivée au Burundi et en demandant à tous les Burundais de continuer à vivre dans la  sérénité malgré leurs diversités religieuses.

Avit Ndayiragije

 
Ouvrir