Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial> Préparons notre avenir en toute sérénité

Les déstabilisateurs du peuple burundais ne sont pas près de désarmer. Après avoir échoué dans leur tentative de faire organiser au Conseil de sécurité de l’Onu, le 28 mai dernier, une réunion sur le Burundi, certains pays membres de l’Union européenne, essentiellement la Belgique et la France, ont encore sadiquement manœuvré pour obtenir qu’une autre réunion sur le Burundi se tienne ce 14 juin 2019, réunion à l’issue de laquelle une résolution devrait être votée, résolution dont le projet a été minutieusement et malicieusement élaboré par ces mêmes pays outre-Méditerranée, véritables falsificateurs de la réalité burundaise actuelle telle que vécue et voulue par le peuple burundais, fermement résolu à garder sa sérénité face à la provocation belgo-française. Les déstabilisateurs du peuple burundais ne sont pas près de désarmer. Après avoir échoué dans leur tentative de faire organiser au Conseil de sécurité de l’Onu, le 28 mai dernier, une réunion sur le Burundi, certains pays membres de l’Union européenne, essentiellement la Belgique et la France, ont encore sadiquement manœuvré pour obtenir qu’une autre réunion sur le Burundi se tienne ce 14 juin 2019, réunion à l’issue de laquelle une résolution devrait être votée, résolution dont le projet a été minutieusement et malicieusement élaboré par ces mêmes pays outre-Méditerranée, véritables falsificateurs de la réalité burundaise actuelle telle que vécue et voulue par le peuple burundais, fermement résolu à garder sa sérénité face à la provocation belgo-française. Pourquoi les déstabilisateurs du peuple burundais et des institutions démocratiquement élues ne sont-ils pas près de désarmer, de ranger leurs couteaux toujours bien aiguisés ? Nous y avons répondu dans nos colonnes éditoriales antérieures, mais il sied d’y revenir chaque fois que les rats sortent de leurs trous. Extrêmement déçus par les résultats éminemment positifs déjà obtenus par le peuple burundais en matière de paix et de sécurité, fondement d’un développement socio-économique durable, extrêmement déçus par des Burundaises et des Burundais profondément attachés à la sauvegarde de l’intérêt supérieur de la nation, extrêmement déçus par le processus électoral en cours évoluant à la grande satisfaction du peuple burundais et de ses leaders, extrêmement déçus par un pays qui avance, s’apprêtant à célébrer le 57e anniversaire de son indépendance âprement arrachée aux  mains du colonisateur belge, les revanchards des époques coloniales révolues continuent de tout tenter pour déstabiliser notre pays, heureusement sans succès.Face à la provocation outre-Méditerranéenne, le peuple burundais a fait le bon choix, celui de demeurer serein en s’attelant davantage au travail auquel il continue de redonner toute sa vertu, notamment à l’occasion des travaux de développement communautaire régulièrement organisés à travers tout le pays, et dont les résultats sont tangibles. Comme c’est déjà dit en tête de cet éditorial, préparons notre avenir en toute sérénité, en nous mobilisant notamment autour des politiques de développement, en construisant notre démocratie à la faveur du climat de paix et de sécurité régnant dans tout le pays, et au grand dam de nos déstabilisateurs quels qu’ils soient et où qu’ils se trouvent, essentiellement sur le sol de l’Union européenne à partir duquel sont régulièrement menées des campagnes d’intoxication contre le Burundi, son peuple et ses leaders.Les prochaines élections démocratiques pluralistes étant en vue, armons-nous de plus de vigilance et de plus de sérénité face à la férocité de nos déstabilisateurs prêts à tout tenter pour les torpiller, pour faire obstacle à notre démocratie en mouvement. Connaissant bien ses détracteurs et leurs visées machiavéliques, le peuple burundais saura toujours se prémunir contre les dangers qui le guettent, aujourd’hui, demain et après-demain.        

Louis KAMWENUBUSA

 

MINISTERE EN CHARGE DES DROITS DE LA PERSONNE HUMAINE> Déclaration

A l’occasion de la célébration de la Journée de l’enfant africain

 

Le ministre des Droits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre, Martin Nivyabandi, a sorti une déclaration le vendredi 14 juin 2019 à l’occasion de la célébration de la Journée de l’enfant africain, édition 2019. Elle sera célébrée au Burundi le 18 juin 2019 sous le thème : « L’action humanitaire en Afrique : les droits de l’enfant avant tout ». 

 

Le ministre Nivyabandi a indiqué que la commémoration de la Journée de l’enfant africain en date du 16 juin de chaque année a été décidée par l’Union africaine aux termes de la résolution CM/RES 1290. Elle offre l’occasion de garder en mémoire le massacre des enfants de Soweto en 1976, qui manifestaient simplement pour revendiquer leurs droits à une éducation non basée sur les principes racistes en Afrique du Sud sous le régime d’Apartheid.Selon le ministre Nivyabandi, le thème proposé par le Comité africain d’experts sur la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant et adopté par le Conseil exécutif pour l’année 2019, est intitulé : «  L’action humanitaire en Afrique: les droits de l’enfant avant tout».  Il a ajouté que pour notre pays, la même formulation du thème a été retenue pour souligner l’attention  qui doit être réservée en priorité aux droits de l’enfant en tout lieu et en toute circonstance y compris dans des situations humanitaires. Le ministre des Droits de la personne humaine a fait savoir que la célébration de cette journée intervient au moment où le Burundi déploie beaucoup d’efforts pour assurer le plein respect des droits de l’enfant. Il a cité, entre autres, la mise en œuvre de la stratégie du gouvernement de réinsérer les enfants en situation de rue (ESR) au niveau de leurs familles et de leurs communautés. Depuis la mise œuvre de ladite stratégie à ce jour, plus de 3 500 ESR ont été remis à leurs familles.

Le gouvernement réaffirme sa détermination pour la protection de tous les enfants

Le deuxième exemple  qu’il a cité est la campagne nationale, en cours, de lutte contre la négligence à l’égard des enfants lancée officiellement au mois de novembre 2017.   Pour M. Nivyabandi, cette campagne aura le mérite de relever le défi de la lutte contre la négligence au niveau de l’hygiène, au niveau de l’éducation, de l’alimentation, des soins de santé et bien d’autres aspects. Le ministre Nivyabandi a souligné qu’une sensibilisation pour l’engagement en faveur des droits des enfants  a été menée. Il a salué l’engagement pris par tous les administrateurs communaux de relever la rubrique d’appui destinée aux vulnérables lors des planifications budgétaires.Bien plus, le ministre des Droits de la personne humaine a dit que le gouvernement a institué une journée dédiée à la solidarité locale le dernier samedi du mois de juillet, ce qui va contribuer à une nette amélioration de la situation de l’enfant en général et des enfants vulnérables en particulier. Il a par ailleurs souligné que le Code de protection de l’enfant et la Politique nationale de protection de l’enfant actualisée seront bientôt soumis à l’instance habilitée pour leur adoption.  Selon le ministre Nivyabandi, le gouvernement réaffirme sa détermination pour assurer la pleine protection de tous les enfants et à soutenir les familles vulnérables. Il a dit que, dans notre pays, les festivités se dérouleront en mairie de Bujumbura, dans la zone Buterere  le mardi 18 juin 2019  et a invité les habitants de cette localité et ceux des environs à y répondre nombreux.

Ezéchiel Misigaro

 

COOPERATION> Visite du président de la RD Congo au Burundi

Eradiquer les groupes armés opérant sur le territoire congolais, une des décisions prises

 

DSC 0895Le vendredi 14 juin 2019, le président de la République démocratique du Congo, Antoine Félix Tshisekedi Tshirombo, a effectué une visite de travail au Burundi, où il a été accueilli par son homologue burundais, Pierre Nkurunziza. Après son accueil à l’aéroport international de Bujumbura, les deux chefs d’Etat ont eu un entretien tête-à-tête, après quoi, l’invité a été reçu au banquet. Avant son retour, il y a eu lecture d’un communiqué conjoint à l’occasion de cette visite, par le ministre burundais des Affaires étrangères, Ambassadeur Ezéchiel Nibigira dont nous vous livrons l’intégralité.     

 

Communiqué conjoint à l’occasion de la visite Communiqué conjoint à l’occasion de la visite de S.E. Monsieur Antoine Félix Tshisekedi Tshirombo, président de la République démocratique du Congo au Burundi, le vendredi 14 juin 2019

A l’invitation de S.E. Monsieur Pierre Nkurunziza, président de la république du Burundi, S. E. M. Antoine Félix Tshisekedi Tshirombo, président de la République démocratique du Congo, a effectué une visite de travail en république du Burundi, en date du 14 juin 2019. A son arrivée à l’aéroport international de Bujumbura, en compagnie d’une forte délégation de haut niveau, S. E. M. Antoine Félix Tshisekedi Tshirombo, président de la République démocratique du Congo, a été accueilli par son homologue, S.E. Monsieur Pierre Nkurunziza, président de la république du Burundi, accompagné de plusieurs hautes personnalités burundaises.  Au cours de cette visite qui s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations d’amitié et de coopération existantes entre la république du Burundi et la République démocratique du Congo, les deux chefs d’Etat ont eu de fluctueux entretiens, en tête, sur des questions d’intérêt commun, au niveau bilatéral, régional et international, suivis d’entretiens élargis au cours desquels des voies et moyens d’approfondir et de diversifier les liens de coopération entre les deux pays ont été explorés. Ayant procédé à l’évaluation de la coopération entre les deux pays et relevé le faible niveau de mise en œuvre des accords existants, les deux chefs d’Etat on recadré la stratégie de redynamisation de cette coopération par la redéfinition d’un nouveau programme de travail sous-tendu, par des actions concrètes.  Les deux chefs d’Etat ont en outre réitéré leur ferme volonté de maintenir un contact étroit et permanent entre les deux pays.   S. E. M. Antoine Félix Tshisekedi Tshirombo a salué l’œuvre de développement économique et de consolidation de la démocratie, engagé avec détermination et conviction, par S.E. M. Pierre Nkurunziza, président de la république du Burundi, grâce à laquelle, de nombreuses réalisations ont vu le jour. Il a noté avec satisfaction les démarches politiques en cours, conduisant à la tenue des élections libres et apaisées, prévues en 2020, et a encouragé le peuple burundais à poursuivre dans cette voie. Le président Antoine Félix Tshisekedi Tshirombo a salué la participation du Burundi dans différentes missions de maintien de la paix en Somalie, au Darfour au Soudan, en Côte d’Ivoire, en Haïti, au Mali et en République centrafricaine. A son tour, S.E. M. Pierre Nkurunziza, a de nouveau félicité S. E. Antoine Félix Tshisekedi Tshirombo, pour sa brillante élection au cours du scrutin présidentiel de décembre 2018, et lui a souhaité plein succès dans sa noble mission. Il a salué sa détermination et son engagement à rassembler les différentes composantes de la nation congolaise, en vue de raffermir la cohésion sociale et le développement économique de la République démocratique du Congo. Les deux chefs d’Etat ont souligné la nécessité de renforcer les organisations d’intégration régionale et sous-régionale, dans la promotion de la consolidation de la paix, la sécurité, la stabilité et le développement durable. A cet égard, les deux chefs d’Etat ont décidé d’activer avec détermination, les mécanismes conjoints visant à éradiquer les groupes armés opérant sur le territoire congolais et de suivre de très près, toutes les questions relatives à la sécurité des deux Etats voisins. Au terme de sa visite au Burundi, S. E. M. Antoine Félix Tshisekedi Tshirombo, a exprimé ses vifs remerciements à son frère, S.E. M. Pierre Nkurunziza, au gouvernement et au peuple burundais, pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité qui lui ont été réservés, ainsi qu’à sa délégation. 

Fait a Bujumbura, le 14 juin 2019
Pour la république du Burundi, Ambassadeur Ezechiel Nibigira, ministre des affaires etrangeres ; 
Pour la Republique democratique du Congo, M. Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi Nkingi, directeur de Cabinet du president de la Republique democratique du Congo.

 

Présidence de la République> Lancement solennelle de la deuxième édition du salon industriel au Burundi

« Le Burundi regorge d’énormes opportunités d’investissement dans plusieurs secteurs »

 

DSC 0748Le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza, a procédé, le jeudi 13 juin 2019, à l’ouverture solennelle de la deuxième édition du salon industriel du Burundi. Il a été organisé par l’Association des industriels du Burundi (AIB) avec l’appui financier de  « Trade Mark east africa ». Il est organisé pour une durée de trois jours sous le thème : « L’innovation, déterminant de la compétitivité industrielle ».  

 

Dans son discours de circonstance, le chef de l’Etat s’est réjoui du fait que ces assises se tiennent au moment où le Burundi vient de se doter de son propre plan national de développement. Parlant du thème retenu, il a indiqué qu’il servira sans doute d’inspiration et de matière de réflexion.  Quant à la politique burundaise en matière d’industrie, le chef de l’Etat a fait savoir que l’intention est d’établir une plateforme industrielle favorable à l’emploi, à la jeunesse et au savoir faire industriel. Il a ainsi recommandé du ministère ayant l’industrie dans ses attributions de soumettre, le plus tôt possible,  au conseil des ministres, la politique nationale en matière d’industrialisation sur base du plan national du développement 2018-2027, sans omettre les considérations sous-régionales en la matière. 

« L’avenir de la jeunesse burundaise est au Burundi et pas ailleurs »

Selon M. Nkurunziza, les Burundais ont besoin d’une industrie respectueuse des exigences environnementales internationales, d’une part, et qui apporte une valeur ajoutée à l’emploi et à la croissance économique, d’autre part. « A cette fin, nous ne resterons jamais les bras croisés. Nous veillerons constamment à la réalisation de ces aspirations politiques ». Concernant les potentiels économiques, le chef de l’Etat a indiqué que le Burundi a l’un des meilleurs du monde. Il a ainsi souligné que le Burundi est un terrain pratiquement vierge regorgeant d’énormes opportunités d’investissement dans plusieurs secteurs, tels que l’agriculture, les infrastructures, l’énergie, le commerce, l’import-export, la pisciculture, l’apiculture, le textile, le sport, l’industrie pharmaceutique tant moderne que traditionnel, etc. Il a terminé en s’adressant à la  jeunesse pour lui dire combien on lui fera confiance, combien on croit en elle et combien elle est importante. « Ce pays est le nôtre, nous essayons le plus possible de le préserver pour vous le léguer plus beau que nous l’avons reçu. Je vous le dis avec force et conviction, votre avenir est au Burundi et pas ailleurs ». 

« Cette deuxième édition est d’une grande importance »

Selon le président de l’Association des industriels du Burundi, Olivier Suguru, cette deuxième édition vise à promouvoir et à consolider l’intégration économique au moyen des échanges intracommunautaires. Elle offre un cadre approprié aux entreprises, de partager leurs expériences et d’établir des partenariats mutuellement avantageux. Elle servira aussi de lieu de rencontre entre les professionnels du secteur de la sous-région et du reste du monde afin d’échanger leurs expériences et se forger des partenariats gagnant-gagnant.  Selon lui, une occasion sera aussi donnée à un maximum de petites et moyennes entreprises locales en vue de créer et nouer des relations durables et fiables avec les opérateurs économiques de la sous-région. « Ce rendez-vous revêt une importance particulière car il témoigne non seulement du dynamisme  de nos entreprises et des emplois qui les font vivre, mais aussi de la richesse des initiatives locales ». 

Astère Nduwamungu

 
Ouvrir