Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Commune Mukaza> Réunion des natifs avec le chef de l’Etat Pierre Nkurunziza

Moralisation des natifs de la commune Mukaza

0ab1Le chef de l’Etat, pierre Nkurunziza, a tenu une réunion avec les natifs de la commune Mukaza en mairie de Bujumbura, le jeudi 23 novembre 2017. C’était une séance de moralisation des natifs de la commune Mukaza et ce fût une occasion de voir ensemble ce que la population est appelée à faire pour bien servir le pays.

Selon le porte-parole du Président, Jean Claude Karerwa la séance de moralisation de la société de ce jeudi 23 novembre 2017 que le chef de l’Etat a animée à l’intention des natifs de la commune Mukaza s’inscrit dans le cadre de  la campagne de moralisation  que Pierre Nkurunziza a lancée au début de cette année. Cette campagne consiste à méditer sur  le Burundi, discerner ce que c’est être un Burundais et le comportement  adéquat que chacun doit adopter pour préparer un meilleur avenir pour les générations futures. 

M. Karerwa dit que cette séance permet au  chef de l’Etat de tenir sa promesse, car il avait promis d’animer au moins trois séances à l’intention de chaque commune de la mairie de Bujumbura. La séance de ce jeudi était la troisième comme promis et elle concluait ce genre de séance en Mairie de Bujumbura pour l’année 2017. M. Karerwa indique qu’à travers le chef de l’Etat, les natifs de la commune Mukaza ont pu revisiter l’histoire du Burundi.  Ils ont appris les tenants et les aboutissants de l’histoire du pays, comment le royaume du Burundi a été fondé du temps de Ntare Rushatsi Cambarantama, fondateur du Royaume du Burundi. Ils ont revisité la lutte pour l’indépendance qu’a menée le Prince Louis Rwagasore et l’introduction de la démocratie au Burundi à travers Melchior Ndadaye. Il a révélé que les natifs de cette commune veulent s’engager sur une nouvelle voie, un nouveau départ pour redorer les blasons du Burundi  et surtout pour préparer un avenir meilleur pour les générations futures. Une séance particulière de prière d’action de grâce a été faite par les différentes confessions religieuses  à la fin de cette séance, pour la mairie de Bujumbura et le pays tout entier montrer le podium pour que ce dernier puisse renouer avec ses valeurs ancestrales. Selon le porte-parole du Président, Jean Claude Karerwa la séance de moralisation de la société de ce jeudi 23 novembre 2017 que le chef de l’Etat a animée à l’intention des natifs de la commune Mukaza s’inscrit dans le cadre de  la campagne de moralisation  que Pierre Nkurunziza a lancée au début de cette année. Cette campagne consiste à méditer sur  le Burundi, discerner ce que c’est être un Burundais et le comportement  adéquat que chacun doit adopter pour préparer un meilleur avenir pour les générations futures.

  M. Karerwa dit que cette séance permet au  chef de l’Etat de tenir sa promesse, car il avait promis d’animer au moins trois séances à l’intention de chaque commune de la mairie de Bujumbura. La séance de ce jeudi était la troisième comme promis et elle concluait ce genre de séance en Mairie de Bujumbura pour l’année 2017. M. Karerwa indique qu’à travers le chef de l’Etat, les natifs de la commune Mukaza ont pu revisiter l’histoire du Burundi.  Ils ont appris les tenants et les aboutissants de l’histoire du pays, comment le royaume du Burundi a été fondé du temps de Ntare Rushatsi Cambarantama, fondateur du Royaume du Burundi. Ils ont revisité la lutte pour l’indépendance qu’a menée le Prince Louis Rwagasore et l’introduction de la démocratie au Burundi à travers Melchior Ndadaye. Il a révélé que les natifs de cette commune veulent s’engager sur une nouvelle voie, un nouveau départ pour redorer les blasons du Burundi  et surtout pour préparer un avenir meilleur pour les générations futures. Une séance particulière de prière d’action de grâce a été faite par les différentes confessions religieuses  à la fin de cette séance, pour la mairie de Bujumbura et le pays tout entier montrer le podium pour que ce dernier puisse renouer avec ses valeurs ancestrales. 

Alfred Nimbona

 

SENAT> Audience accordée à l’ambassadeur de Suisse au Burundi

La coopération entre nos deux pays se matérialise par des faits profitables à la population

0aa230La Première vice-présidente du Sénat Spès Caritas Njebarikanuye a reçu en audience l’ambassadeur de Suisse au Burundi avec résidence à Naïrobi au Kenya, le mercredi 22 novembre 2017 à Bujumbura. Ce diplomate affirme qu’il était venu au Burundi pour s’enquérir de la situation au pays. Spès Caritas Njebarikanuye a fait savoir que c’est une joie d’accueillir cet ambassadeur car la Suisse est un pays qui est resté aux côtés du Burundi même au moment où d’autres partenaires traditionnels prenaient des sanctions injustes contre le Burundi.


A la sortie de l’audience Ralf Heckner, ambassadeur de la Suisse au Burundi a indiqué à la presse qu’il est venu au Burundi afin de s’assurer de la situation politique, socioéconomique du moment. Mais aussi, a-t-il ajouté, sa visite s'inscrit dans le cadre de renforcer la coopération déjà bonne avec les institutions burundaises tels que le Parlement, l’institution de l’Ombudsman et d’autres. L’ambassadeur Heckner a laissé entendre que l’objectif de cette coopération est le renforcement de ces institutions par des appuis multiformes dans la réalisation de leur mandat.

Une coopération jugée bonne par le Burundi

D’après la Première vice-présidente du Sénat, c’est une grande joie d’accueillir l’ambassadeur de Suisse, un pays qui est resté aux côtés du Burundi pendant que d’autres pays occidentaux prenaient des sanctions injustes contre notre pays. La coopération suisse a contribué dans le renforcement des capacités des parlementaires, des appuis multiformes dans la politique de la décentralisation notamment en appuyant le Fonic (fonds national d’investissement communal). Les Suisses possèdent également des capitaux dans Kira Hospital, un hôpital qui a contribué énormément dans l’amélioration des soins de santé au Burundi. Spès Caritas Njebarikanuye a, par ailleurs,  a demandé à ce diplomate suisse d’être ambassadeur du Burundi auprès de ces occidentaux qui maintiennent encore des sanctions injustes contre le Burundi pour qu’ils lèvent ces dernières.


AMEDEE HABIMANA

 

COMMUNE COMMUNE NTAHANGWA> Séance de moralisation par le chef de l’Etat

Les natifs ont été invités à comprendre ce que c’est   être un bon citoyen

0a23 Le mercredi 22 novembre 2017, le Président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a rencontré, dans la zone urbaine de Buterere , les natifs, les administratifs et les corps de défense et de sécurité œuvrant dans cette commune Ntahangwa. C’était pour une séance de moralisation de la société. Il a demandé aux natifs de ladite commune de veiller et de bien assoir la paix et la sécurité.

  
Le porte-parole adjoint du chef de l’Etat, Alain Diomède Nzeyimana, a rapporté à la presse qu’au cours de cette séance, le conseiller principal du maire de la ville de Bujumbura a porté à la connaissance du président de la République que la zone Buterere, où a eu lieu la rencontre, est tranquille comme toute la ville, mais qu’elle n’est pas aussi développée que les cinq autres zones de la commune Ntahangwa. D’où il a demandé au chef de l’Etat d’aider pour que cette zone atteigne un niveau de développement comparable à celui des autres zones de la capitale Bujumbura. En ce qui concerne le développement, ajoute M. Nzeyimana, le conseiller du maire a dit qu’ils ont bien reçu les conseils du président de la République qui les invitaient à être unis pour un développement durable. Et de dire que, désormais, toutes les six zones de la commune disposent des associations des natifs qui sont déjà agréées au niveau du ministère de l’Intérieur et de la formation patriotique. Selon M. Nzeyimana, le président Nkurunziza a pour sa part remercié avant tout le Dieu Tout Puissant car la séance a eu lieu au moment où tout le pays, y compris la ville de Bujumbura, est en paix. Et il a demandé aux natifs de la commune Ntahangwa de continuer dans ce sens pour veiller et assoir la paix et la sécurité. 

Rôle du citoyen dans le développement de son pays

M. Nzeyimana a en effet ajouté que, par ce cours de moralisation de la société auquel on est habitué, le chef de l’Etat invite les Burundais à comprendre leur rôle dans le développement du pays, à comprendre ce que c’est la nation et ce qu’est être un bon citoyen. Par là, a ajouté encore M. Nzeyimana, le chef de l’Etat a invité les Burundais à ne pas prêter oreille aux enseignements divisionnistes, comme il s’est remarqué dans le passé. Il a invité les natifs de la commune Ntahangwa en particulier à conserver les acquis de la nation et leur a rappelé que le Burundi est un pays riche en ressources naturelles, d’où il faut le protéger et le développer afin de léguer aux générations futures un beau pays, comme nous l’ont cédé nos arrière-parents.

Jean Bosco Nkunzimana

 

MININTER> Réunion avec les responsables des partis politiquesdaise

Le dialogue fait partie de la culture burundaise

Le ministre de l’Intérieur et de la formation patriotique Pascal Barandagiye a tenu une réunion à l’intention des responsables des partis politiques agréés le mardi 21 novembre 2017 à Bujumbura. Les échanges ont porté sur la situation politico-sécuritaire et socioéconomique actuelle au Burundi.

0aa0Au cours de cette réunion le ministre de l’Intérieur et de la formation patriotique  Pascal Barandagiye a informé que dans tout le pays la paix et la sécurité sont une réalité. Et cela grâce aux comités mixtes de sécurité opérationnels dans tout le pays. Comme cela se doit dans la culture burundaise, le gouvernement du Burundi reste disposé à dialoguer avec ses opposants externes et internes. Pour le dialogue externe, le ministre Barandagiye a fait savoir que le gouvernement est impatient d’avoir ses résultats pour compléter les éléments issus du dialogue interne. Le ministre de l’Intérieur et de la formation patriotique a demandé aux responsables des partis politiques de se rappeler qu’il y a au moins trois résolutions adoptées ensemble pour apaiser la situation politico-sécuritaire au Burundi. Il leur a demandé de garder un même langage lors de la session du  dialogue interburundais à Arusha qui se tiendra du 26 novembre au 08 décembre 2017. M. Barandagiye  a rapellé aux politiciens l’adage selon laquelle « Umugabo yihindukiza mukirago ntiyihindukiza mw’ijambo » c’est-à-dire un homme respectueux se doit d’être honnête et fidèle à la parole donnée.Quant au rapatriement des réfugiés burundais, Pascal Barandagiye a indiqué que les efforts déployés par le gouvernement du Burundi témoignent la bonne volonté de celui-ci. Cela se manifeste par diverses visites dans les camps des réfugiés en Ouganda et en Tanzanie par les autorités burundaises. Et d’ajouter que les résultats sont encourageants puisque plus de  200 000 réfugiés sont déjà rentrés volontairement. A propos  de la conjoncture économique du pays, le ministre a dit que  grâce à la paix et la sécurité, les Burundais vaquent quotidiennement aux travaux de développement, en témoignent les réalisations à travers tout le pays. Il a par là invité les représentants des partis politiques à sensibiliser leurs militants à la contribution financière pour les élections de 2020 comme le gouvernement l’a demandé à tout citoyen patriote, afin de renforcer la démocratie et la souveraineté. 

Une convergence entre tous les responsables des partis politiques : la contribution financière pour les élections de 2020

Tous les responsables des partis politiques  sont unanimes sur  la contribution financière aux élections de 2020. Ils ont laissé entendre dans leur intervention que cette dernière  fera que la préparation et la tenue des élections  de 2020 soient  une réussite, ce qui renforcera la démocratie et la souveraineté nationales Le secrétaire général du parti CNDD-FDD Evariste Ndayishimiye, a indiqué que la contribution  financière de la population est un acte patriotique  qui montre que les Burundais se sont  appropriés le processus électoral, une des voies  indispensables pour une démocratie  qui respecte la souveraineté. Un avis partagé avec le secrétaire général du parti Uprona Olivier Nkurunziza qui a dit que l’Uprona soutient toujours l’indépendance du Burundi, qui se manifeste notamment par le fait de s’autofinancer  pour  la tenue des élections.

 

Danny  Bahizire  Murhula (Stagiaire)

Alain Ndayisenga (Stagiaire)

Amé0aa0dée Habimana

 
Ouvrir