Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial> Burundi-RDC : Une volonté partagée de renforcer les relations bilatérales

Accompagné d’une importante délégation de haut niveau, le président de la République démocratique du Congo Antoine Félix Tshisekedi Tshilombo vient d’effectuer une visite de travail et d’amitié dans notre pays, à l’invitation de son homologue burundais Pierre Nkurunziza.Accompagné d’une importante délégation de haut niveau, le président de la République démocratique du Congo Antoine Félix Tshisekedi Tshilombo vient d’effectuer une visite de travail et d’amitié dans notre pays, à l’invitation de son homologue burundais Pierre Nkurunziza.Dès son arrivée sur le sol burundais, le président congolais a été chaleureusement accueilli par le chef de l’Etat burundais avec tous les honneurs dignes de son rang, en présence des membres du parlement, des membres du gouvernement, des hautes autorités militaires, des hauts cadres de l’Etat et d’une importante communauté congolaise présente à l’aéroport international de Bujumbura pour applaudir chaleureusement son président nouvellement élu. La visite de travail et d’amitié du premier responsable congolais s’inscrivait dans le contexte de bonnes relations entre le Burundi et la RDC et d’une volonté partagée par les deux pays de les renforcer dans l’intérêt mutuellement avantageux des deux peuples burundais et congolais.Aussitôt après son arrivée, le président congolais s’est fructueusement entretenu avec son homologue burundais dans un climat de confiance, de fraternité et de solidarité qui prévalent dans les relations unissant les deux pays, ayant en partage beaucoup d’intérêts communs. Le renforcement des relations bilatérales sur les plans politique, sécuritaire, économique et commercial a été fructueusement examiné, d’abord au niveau des deux Chefs d’Etat, puis au niveau élargi entre les délégations burundaises et congolaises. Au centre des échanges figuraient, comme c’est déjà dit ci-haut, toutes les questions touchant les relations bilatérales et les modalités devant être mises en œuvre pour les renforcer, les deux parties burundaises et congolaises devant s’employer à trouver des réponses appropriées à tout ce qui est de nature à faire obstacle à l’approfondissement des relations bilatérales essentiellement basées sur la politique de bon voisinage, la politique de non ingérence dans les affaires intérieures d’un autre Etat souverain, le respect des choix politiques fondamentaux tels que voulus par les peuples respectifs des deux Etats et d’autres Etats membres de la communauté internationale, la coopération et la sécurité mondiales devant caractériser le monde d’aujourd’hui, un monde devant être solidement bâti sur des ensembles sous-régionaux, régionaux, continentaux et mondiaux.Le renforcement des relations entre le Burundi et la République démocratique du Congo ne peut que s’avérer fructueux, les deux pays ne tenant qu’au succès d’une coopération bilatérale se consolidant chaque jour davantage dans divers domaines, entre deux pays jaloux de leur bon voisinage. Le président de la République démocratique du Congo est rentré satisfait des avancées positives déjà obtenues par le peuple burundais en matière de paix, de sécurité et de démocratie ; ce qui permettra à notre pays de coopérer fructueusement avec tous les pays partageant les mêmes idéaux dont notamment la République démocratique du Congo, avec à sa tête les nouvelles institutions démocratiquement élues auxquelles le président Pierre Nkurunziza a souhaité pleins succès.

Louis Kamwenubusa

 

Politique> Elections générales de 2020

La communauté Batwa s’y prépare en conséquence

 

Quelques mois avant le rendez-vous electoral de 2020, où les Burundais vont élire les dirigeants, la rédaction du quotidien « Le Renouveau » a cherché à savoir comment la communauté batwa de la commune urbaine de Ntahangwa, zone Buterere, en mairie de Bujumbura, s’y prépare. Ils affirment qu’ils se sont déjà fait inscrire au rôle des électeurs et demandent à ce que toutes les conditions soient réunies pour que les élections se déroulent dans un climat de paix et de sécurité.  

 

D’après Billy Nduwimana, les élections sont très importantes car elles sont la base de tout. Selon lui, c’est à travers les élections qu’on a les dirigeants des différents organes du pays jusqu’à la colline. « C’est pourquoi nous ici à Buterere on se prépare pour aller nombreux aux élections en 2020 ». Ayant déjà participé à pas mal d’élections, Musa Itangishaka, lui aussi membre de la communauté batwa de Buterere, affirme que les élections sont une bonne opportunité offerte à la population pour élire les dirigeants ou se faire élire aussi. 

Les Batwa sont déjà sensibilisés sur la sauvegarde de la paix

D’après M. Nduwimana, la communauté batwa de Buterere est déjà sensibilisée  sur la sauvegarde de la paix afin que les élections se déroulent dans la paix et la tranquillité.  « Nous nous sommes déjà engagés à ne pas prêter oreille attentive à quiconque viendrait nous donner de faux enseignements ou qui viendrait perturber la sécurité  dans notre localité. Pour le moment, on se prépare à élire celui qui viendra nous présenter les bons projets de société, surtout les projets qui permettront à la communauté batwa de se développer davantage. Personne ne peut désormais venir  nous perturber ou  nous tromper ». Musa Itangisahaka indique, lui aussi, qu’en ce qui concerne les préparatifs aux élections, ils sont prêts. « On attend seulement l’appel du chef de l’Etat pour aller aux élections et que le jour du scrutin arrive ». Mme Dorine Nahimana abonde dans le même sens en indiquant que, dans la localité de Buterere, la communauté batwa se prépare bien à l’échéance électorale de 2020.  

Il y en a qui ont déjà perdu les récépissés 

Au cours de notre entetien, M. Nduwimana a indiqué qu’ils se sont fait inscrire au rôle des électeurs. Mais il a déploré le fait qu’il y a, parmi eux, ceux qui n’ont plus de récépissés à cause des inondations. « Nous nous sommes fait inscrire à la fois pour les élections référendaires et les élections de 2020. Mais malheureusement il y a ceux qui ont déjà perdu les récépissés à cause des inondations ». Pour assurer le bon déroulement des élections, M. Nduwimana demande à la population burundaise en général et aux membres de différentes formations politiques en particulier, d’éviter des violences politiques et de renforcer la cohésion sociale et la sécurité. C’est le même souhait de M. Itangishaka qui indique qu’il faut que tout soit mis en œuvre pour la sauvegarde de la paix et de la sécurité en cette période pré-électorale jusque même le jour des élections. A ce sujet, M. Itangishaka invite les leaders des partis politiques à sensibiliser leurs membres sur le renforcement de la paix et la sécurité ainsi que sur la bonne cohabitation entre les membres des formations politiques car, le Burundi est pour tout le peuple burundais sans exception aucune. «Il ne faut pas qu’on soit divisé par les partis politiques. Il faut plutôt qu’on soit unis malgré notre diversité politique ». Mme Nahimana est de cet avis. Pour elle, il faut que les leaders politiques s’entendent pour donner un bon exemple aux membres de leurs formations politiques. « Il faut qu’ils s’entendent toujours dans tout pour le bon déroulement des prochaines élections », précise-t-elle. 

Il faut veiller à la sécurité

Pour M. Itangishaka, les membres de la communauté batwa de Buterere sont déjà engagés à vivre en parfaite harmonie avec les autres. Il a invité ainsi toute la communauté batwa de tout le pays à cohabiter pacifiquement avec leurs voisins sans division ethnique ou politique. « Il ne faut pas non plus qu’ils prêtent oreille attentive à quiconque viendrait leur donner des enseignements divisionnistes ou leur dire que les élections n’auront pas lieu. Ils doivent aller aux élections car c’est le seul chemin de nous choisir les dirigeants ». Pour Dorine Nahimana, au niveau de la population, il n’y a actuellement aucun problème car les gens vivent en parfaite harmonie. « Il faut alors qu’on renforce cette cohabitation et cette harmonie jusqu’au jour des élections, voire après. Il faut aussi veiller à la sécurité en vue du bon déroulement du processus électoral ».

Astère Nduwamungu

 

Commune Ntahangwa> Travaux de développement communautaire du Deuxième vice-président de la République

Joseph Butore s’est joint à la population de la zone Gihosha

 

En compagnie du maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, et des administrateurs des communes de la mairie de Bujumbura, le Deuxième vice-président de la république du Burundi, Joseph Butore, s’est joint, le samedi 15 juin 2019, à la population de la zone Gihosha en commune urbaine de Ntahangwa, dans les travaux de développement communautaire pour l’entretien de la route reliant la zone urbaine de Gihosha et le petit  marché de Gasenyi. 

 

Après les travaux, le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, a d’abord remercié le Deuxième vice-président de la République pour avoir accepté de se joindre à la population de la maire de Bujumbura dans les travaux de développement communautaire. Il a affirmé que cela témoigne de l’amour que pas mal des autorités du pays accordent à la population burundaise en général et celle de la maire de Bujumbura en particulier. M. Mbonimpa a enfin interpellé la population de la zone Gihosha à continuer les travaux du genre pour entretenir cette route dont l’état actuel, constitue un handicap majeur à la circulation dans cette zone.Quant à Joseph Butore, Deuxième vice-président de la République, il a, dans son discours de circonstance, remercié la population de Gihosha pour cette bonne initiative d’entretenir cette route tout en leur promettant  que l’Etat va les appuyer dans ces travaux.

« Le regroupement en associations, une des stratégies d’assurer l’autofinancement»

Concernant l’auto développement des populations locales, M. Butore a  encouragé les membres des différentes associations et coopératives qui étaient venues participer dans ces travaux, tout en demandant aux autres populations de cette localité  de songer à se regrouper dans des coopératives à le but de s’auto financer afin de lutter contre la pauvreté et la famine. Il a ensuite assuré que le cadre légal régissant la création des coopératives et associations a été dernièrement promulgué par le chef de l’Etat burundais afin de permettre à la population de travailler conformément à la loi.« Et lesdites coopératives et associations faciliteront les demandes de crédits auprès des banques et microfinances pour l’exécution de leurs projets »,  a précisé M. Butore. Ce dernier  a terminé son discours de circonstance en demandant à la population de la mairie de Bujumbura en général et celle de Gihosha en particulier de ne pas prêter oreille attentive à ceux qui viendront les désorienter dans leurs projets de développement.

Avit Ndayiragije

 

SENAT DU BURUNDi> Départ de son président pour l’Egypte

Visiter la Chambre des Représentants et assister aux cérémonies d’ouverture de la Can 2019

 

DSC02563Le président du Sénat du Burundi et président de la Fédération de football du Burundi (FFB), Révérien Ndikuriyo, a pris l’avion, le samedi 15 juin 2019 en fin d’après-midi, à destination de l’Egypte. Il répond à l’invitation du président de la Chambre des Représentants de la République arabe d’’Egypte, Dr Ali Abdel Aal. Il va aussi assister aux cérémonies d’ouverture de la Coupe d’Afrique des nations (Can), Egypte 2019. 

 

Selon le porte-parole du président du Sénat du Burundi, Gabby Bugaga, cette visite rentre dans les conclusions récentes liées à l’engagement de deux institutions, à poursuivre les échanges en vue de réaliser d’autres projets spécifiques communs d’une part, mais aussi amorcer d’autres secteurs dont la haute Chambre du Parlement du Burundi requiert l’accompagnement de la Chambre des Représentants de la République arabe d’Egypte, de l’autre.Cette visite, a poursuivi le porte-parole du président du Sénat, intervient trois mois après la visite au Burundi du Dr Ali Abdel Aal, président de la Chambre des Représentants de la République arabe d’Egypte. Cette visite traduit le renforcement des relations entre les deux pays dans l’intérêt de leurs peuples respectifsM. Gabby Bugaga a souligné que depuis la signature de l’accord de coopération économique et technique du 22 mars 1986 ratifié le 6 juillet 1987 et qui porte sur les domaines de la santé, l’éducation, le commerce, le transport, l’agriculture, l’élevage ainsi que la sécurité, plusieurs réalisations dans ces domaines ont été accomplies.En marge de cette activité, le président du Sénat du Burundi, en même temps président de la Fédération de football du Burundi, assistera aux cérémonies d’ouverture de la Coupe d’Afrique des nations et également au premier match qui opposera les Hirondelles du Burundi aux Supers Eagles du Nigéria. Avant d’arriver au Caire, le président de la FFB passera par Tunis pour se rendre compte de l’état des lieux des préparatifs de l’équipe nationale.

Kazadi Mwilambwe

 
Ouvrir