Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PARTI UPRONA> Visite des membres de la province de Cibitoke

Le parti se porte bien dans toute la province

 

DSC 0054 1Le Premier vice-président de la République du Burundi, Gaston Sindimwo, accompagné des hautes autorités du parti Uprona de la province de Cibitoke, a visité les membres de ce parti en communes Murwi et Rugombo le dimanche 4 novembre 2018. Cette visite était organisée en guise de remerciement aux membres de cette localité qui ne cessent de travailler pour le parti. 

 

Etienne Simbakira, premier secrétaire provincial du parti à Cibitoke, a pris la parole pour accueillir les hautes autorités  et a émis quelques difficultés rencontrées par les Badasigana de la commune Murwi. Entre autres, le fait que la zone où s’est déroulée l’activité est très éloignée du chef-lieu de la commune Murwi. Cela est une entrave pour toute la population en général et pour les Badasigana en particulier. Il a demandé qu’on leur accorde la commune Buhayira pour leur faciliter la tâche dans la recherche des documents administratifs. Il a aussi soulevé le problème de mauvaise cohabitation des partis politiques dans toute la province de Cibitoke en général et dans ces communes en particulier. Les insignes du parti sont détruits sans aucune explication. Quant à Pontien Nahayo, un sage du parti vivant dans la zone Bukirasazi, il a remercié vivement les autorités du parti Uprona car, dit-il, c’était la première fois qu’ils voient une haute autorité arriver sur leur sous -colline pour leur apporter un message de soutien. Cependant, il leur a soumis des doléances, comme le problème de chômage pour leurs enfants, le problème de pont de liaison entre la zone Bukirasazi et la province de Bubanza, ainsi que le problème d’eau potable.  Le Premier vice-président de la République du Burundi Gaston Sindimwo a remercié les habitants de Kinogono à Bukirasazi, pour leur bravour et les a tranquillisés pour leur sécurité. Il leur  a dit que ceux qui perturbent le parti et qui se disent qu’ils appartiennent au parti au pouvoir, que cela n’est pas du tout vrai, car les membres du parti CNDD-FDD et ceux de l’Uprona ainsi que ceux des autres formations politiques vivent en paix les uns avec les autres. M.Sindimwo a déduit que ces saboteurs  sont plutôt contre le parti au pouvoir. On va donc les combattre ensemble a-t-il dit. M.Sindimwo ajoute que le parti Uprona n’est pas un parti à ethnie unique, que, donc tous ceux qui se cachent derrière les ethnies, n’ont d’autres objectifs que de diviser les Badasigana. Concernant les  problèmes qui ont été soulevés par l’un ou l’autre internant  le Premier vice-président de la République a répondu que le développement d’une commune se fait par ses populations, mais que les autorités sont-là pour les appuyer. Il leur a suggéré de faire la paix et pardonner  ceux qui les ont perturbés, car, à l’Uprona, on prêche la paix, le travail et le développement de notre pays. Il a ensuite tranquillisé les habitants de la zone Bukirasazi que le processus de l’octroi de la commune Buhayira est en cours. 

Ouverture de la permanence de la colline Kagazi

Sur la colline Kagazi, le premier secrétaire du parti à Cibitoke a précisé que le parti se porte bien et qu’ils se préparent à gagner les élections de 2020. Il a demandé aux Badasigana d’être vigilants et ne pas céder à la provocation de ceux qui perturbent le parti.Les activités ont été clôturées par l’accueil de nouveaux membres et des remerciements des anciens membres qui sont restés fidèles au parti.
Aline Nshimirimana

 

Présidence de la République > Culte dominical

«Le mois de novembre est le mois de la traversée et de croître dans le salut de Dieu»

 

DSC 0026Le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza, s’est joint aux chrétiens de l’Eglise du Rocher  de la zone Buye en commune Mwumba, province de Ngozi, dans le culte dominical du 4 novembre 2018. Tous les orateurs ont remercié le Bon Dieu pour ce mois de novembre qui vient de commencer. Il a été dénommé le mois de secours et de traversée par la grâce et le salut de Dieu.  

 

Dans son message de salutations aux chrétiens de cette église, le chef de l’Etat s’est réjoui de cette journée et a remercié le Tout Puissant pour leur avoir accordé encore une fois une journée de vivre. S’adressant à ces fidèles, il leur a indiqué que Dieu lui a révélé que le mois de novembre qui vient de commencer est un mois de traversée. Selon lui, qui dit traverser dit se retrouver de l’autre côté de la rivière échappant à la noyade. On parvient à traverser la rivière par le miracle de Dieu et on se retrouve dans un nouveau milieu et dans une nouvelle vie. D’où il a souhaité aux chrétiens de l’Eglise du Rocher  en particulier et à tous les Burundais en général, un merveilleux mois de traversée. Selon le numéro Un burundais le mois de novembre est aussi un mois de miracles et de salut par Dieu Tout Puissant. D’où il a invité les chrétiens à se préparer pour voir ses miracles car  l’Eternel ne sauve pas les siens comme le font les êtres humains mais Il le fait par des miracles.  D’après le chef de l’Etat, le mois de novembre est aussi un mois de croissance dans le salut du Seigneur,  dans le réveil spirituel et dans l’obéissance du Seigneur. 

Consolider le salut

Akineza Francine,  prédicatrice du jour, a enseigné sur l’édification du salut. Se basant sur la parole de Dieu se trouvant dans Mathieu 7, verset 24, elle a démontré comment un chrétien peut mettre en pratique la parole de Dieu pour consolider son salut. Selon elle, celui qui entend et met en pratique la parole de Dieu ressemble à un bâtisseur qui a construit sa maison sur une roche dans la mesure où celle-ci résiste aux intempéries et ne s’écroule pas. Par contre, celui qui ne met pas en pratique la parole de Dieu ressemble à celui qui a bâti sa maison sur le sable, car celle-ci s’écroule pas même à la survenue d’une intempérie.  Mme Akineza a ainsi invité tout un chacun à faire une auto-évaluation et voir s’il met en pratique la parole de Dieu qu’il entend tous les jours. Selon elle, il faut que chaque chrétien édifie et consolide son salut par de bonnes œuvres : l’amour, le don des dîmes et des offrandes, l’aide aux nécessiteux, la paix, la prière, etc. Ainsi, le culte a été clôturé par la prière du chef de l’Etat pour ceux qui avaient senti des imperfections dans leur vie chrétienne et qui souhaitaient avoir des changements dans l’édification de leur salut. 

Deux matchs de football ont été joués

Pour clôturer cette journée, le chef de l’Etat a suivi deux matchs de football. Le premier, comptant pour le championnat national Primus ligue, a opposé le Messager Ngozi et Bumamuru de la province de Cibitoke. Il s’est soldé par la victoire de l’équipe Le Messager de Ngozi sur un score de deux buts à un. Le deuxième match, qui était un match amical, a opposé l’équipe Messager Ngozi B à l’équipe Lumière FC de la commune Mwumba et s’est soldé sur un score de deux buts à zéro en faveur de Messager Ngozi B.

Astère Nduwamungu

 

PROVINCE DE NGOZI > Activités du chef de l’Etat

Il s’agissait notamment des travaux champêtres

 

DSC 0517Au cours de sa tournée dans la province de Ngozi, le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza, a effectué différentes activités, le samedi 3 novembre 2018. Il s’agissait des  travaux  champêtres axées sur la plantation de pastèque et des ignames dans son champ se trouvant sur la colline Rutanga de la commune Gashikanwa, en province de Ngozi. Il a aussi suivi les rencontres des équipes féminines et masculines marquant la fin du tournoi interprovincial en volleyball.  

 

Avant d’entamer ces activités, le chef de l’Etat a imploré la bénédiction divine sur les semences semées dans son champ en particulier et dans tout le pays  en général. Sur une superficie de plus d’un hectare, le chef de l’Etat a semé des variétés de pastèque dont  les semences proviennent de la Tanzanie. Il a été indiqué que la pastèque est un fruit réputé pour ses nombreuses vertus sur la santé humaine grâce à sa richesse en eau. Il a été également souligné que cette plante donne sa récolte six mois après le semis. Sur la même colline de Rutanga, le président Nkurunziza a également planté, d’une façon moderne, des ignames. C’était dans une atmosphère de brouillards, qualifiée par le chef de l’Etat de signe de bénédiction divine. Il a été indiqué que l’igname est une plante tuberculeuse qui donne sa récolte une année après la plantation. Elle résiste à la sécheresse et une seule plante peut donner plus de cent kilogrammes  de récolte. Elle résiste aussi aux maladies et peut être cultivée n’importe où. L’igname aide dans la lutte contre la faim car ses tubercules peuvent être conservés sur une longue période et peuvent être transformés en farine pour être consommée sous forme d’une patte. Dans l’après-midi de cette journée, le chef de l’Etat a assisté aux matchs de volley-ball marquant la fin du tournoi interprovincial. Côté féminin, l’équipe de Bururi a battu celle de Gitega et, côté masculin, l’équipe de Gitega a gagné le match contre celle de la mairie de Bujumbura. Ainsi, des prix constitués de coupes, de ballons et d’une somme d’argent ont été décernés aux équipes gagnantes.  Celles qui ont occupé la deuxième, la troisième et la quatrième place ont eu des ballons et une somme d’argent. Des prix ont été également décernés aux meilleurs joueurs, meilleurs attaquants, meilleurs passeurs, etc. Le chef de l’Etat a eu la coupe du meilleur organisateur. 

Astère Nduwamungu

 

SECURITE> Octroi d’un don par le HCR au commissariat général des Migrations

Un don de plus de 186 millions de FBu

 

DSC04631Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a remis au commissariat général  de la Police des migrations un don d’une valeur de 186 670 592 Fbu sans les TVA. Ce don est composé de matériels de bureau avec 7 motos qui serviront de coordination transfrontalière entre les 4 zones frontalières dont Busoni, Gisuru, Kayogoro et Giteranyi.  

 

Le commissaire général chargé de la Police des migrations, OPC1 Jimmy Hatungimana, a indiqué que la police qu’il représente remercie le HCR pour les efforts qu’il ne cesse de montrer en ce qui concerne l’accueil, l’installation et la réintégration des rapatriés, dans l’appui logistique des services étatiques chargés de ce service dont le commissariat général des Migrations en particulier. Pour OPC1 Hatungimana, le don vient appuyer les postes frontaliers qui sont souvent confrontés à des défis. Ces  derniers sont, entre autres, l’accueil des rapatriés qui rentrent en grand nombre avec le manque de logistique. « Que cette aide puisse s’étendre sur les autres postes frontaliers car le Burundi désire accueillir tous les filles et fils burundais qui rentrent au bercail », dit OPC1 Jimmy Hatungimana. Pour cela, le commissaire général demande que le personnel travaillant sur ces postes soit formé et que les informations dans ce domaine arrivent en temps réel. Que ces postes frontaliers soient bénéficiaires en source d’énergie comme les plaques solaires. Il faut juste qu’il y ait des partenaires pour renforcer le staff de ce commissariat. Quant à Gogo Hukportie, représentante du HCR au Burundi, cet appui s’inscrit dans le cadre des projets de consolidation de la paix couvrant la période de janvier 2018 à juin 2019. Il permettra aussi de renforcer le monitoring et la protection dans les zones frontalières. Ce matériel est composé de matériels informatiques et leurs accessoires, des imprimantes et d’autres matériels de bureau ainsi que les matériels roulants composés de sept motos. Le tout étant d’une valeur de 186 670 592 FBu. Les deux partenaires se sont enfin remis les clés pour les motos et tout le matériel.     « Cela vient appuyer le commissariat général des Migrations et faciliter le contrôle des mouvements des rapatriés entre les zones frontalières  avec d’autres pays frontaliers et au niveau de différents points d’entrée officiels», a conclu Mme Hukportie.

Blandine Niyongere

 
Ouvrir