Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CEA > Forum Medias

Se rendre compte des projets déjà réalisés par la Communauté est-africaine

 

DSC08482Le secrétariat général de la Communauté est-africaine a organisé le jeudi 14 juin un forum médias qui s’est tenu à Bujumbura. L’objectif de ce forum est de rassembler les journalistes des pays membres de la CEA pour qu’ils se rendent compte des projets réalisés par cette communauté. Ce forum a vu aussi la participation des cadres du secrétariat général de la CEA, des délégués des associations de la société civile œuvrant au Burundi mais aussi des cadres du ministère burundais en charge des affaires de la CEA. 

 

Dans son mot de circonstance, la déléguée de la ministre en charge des affaires de la CEA, Arlette Inamahoro, a fait savoir que l’implication des professionnels des medias dans l’intégration de la CEA est d’une importance capitale. Car, depuis leur intégration, les médias ont joué un rôle important en informant  les populations des pays membres de la CEA sur les avantages de cette dernière, les projets en cours d’être réalisés par cette communauté mais aussi et surtout ce que chaque pays va tirer de ladite intégration. Elle a saisi l’occasion pour remercier le secrétariat général de la CEA pour avoir organisé le forum médias au Burundi. Cela va aider les cadres de ce secrétariat ainsi que les journalistes étrangers qui ont participé à ce forum de découvrir de leurs propres yeux les réalités du Burundi mais aussi les projets déjà réalisés par la CEA au niveau du Burundi.Dans son allocution, le secrétaire général de la CEA, Libérat Mpfumukeko a fait savoir que le forum médias organisé au Burundi rentre dans le cadre de la succession des autres fora qui sont organisés chaque année dans l’un des pays membre de la CEA. Il a précisé que pour cette année, c’est le tour du Burundi. Il a précisé que ce forum médias donne l’occasion aux journalistes des pays membres de la CEA de se rendre compte des projets déjà réalisés ou qui sont en cours d’exécution par la CEA dans ses pays membres. Il a tenu à signaler qu’au niveau du Burundi, plusieurs projets sont réalisés entre autres, dans le domaine de la santé, de l’éducation et de l’agriculture, mais aussi dans d’autres secteurs de développement du Burundi.Il a, pour ce faire, invité tous les journalistes présents à ce forum médias à sensibiliser les populations des pays membres de la CEA sur les avantages de l’intégration de ces pays dans ladite communauté.
ROSE MPEKERIMANA   

 

PREMIERE VICE-PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE> Partage de l’Iftar avec la délégation de la communauté musulmane

Gaston Sindimwo a offert l’Iftar à la veille du Ramadan

 

IMG 20180615 WA0018Le Premier vice-président de la République du Burundi, Gaston Sindimwo, a accueilli à sa résidence, dans  la soirée du jeudi 14 juin 2018, la délégation de la Communauté musulmane du Burundi. La visite consistait au partage de l’Iftar à la veille de la fin du mois de Ramadan. 

 

La délégation qui a été accueillie par le Premier vice-président de la République était composée de certains responsables des églises musulmanes de Bujumbura, certains membres de la Communauté islamique au Burundi et bien d’autres.Le message du Premier vice-président était centré sur le rôle de l’Islam dans le développement du Burundi.  Pour M. Sindimwo, c’était aussi pour manifester l’attachement du gouvernement du Burundi aux musulmans. Il a poursuivi en précisant que les musulmans ont joué un grand rôle pour obtenir l’indépendance du Burundi. Et de remercier les  musulmans pour la non-participation  dans les insurrections de 2015. Selon lui, la paix s’est observée dans les quartiers majoritairement musulmans. Il leur a recommandé de suivre la voie du développement, de participer dans la vie politique et de rester unis dans leur diversité d’opinions.Aux responsables de la communauté musulmane, il leur a conseillé d’unir les musulmans en particulier, et tous les Burundais en général et de se lever comme un seul homme pour garder l’unité nationale.Le représentant adjoint de la Comibu, Jacques Nahayo a, quant à lui, remercié le Premier vice-président pour son accueil chaleureux dans sa résidence. Il lui a promis que les musulmans continueront à prier pour le pays. Et de préciser qu’ils vont suivre les conseils qu’il leur a prodigués.Le Premier vice-président et la délégation ont enfin partagé l’Iftar, repas du soir pendant le mois de Ramadhan.
Eric Mbazumutima

 

BURUNDI-RUSSIE > Célébration de la journée nationale de la Russie

Commémorer l'histoire glorieuse et les réalisations du peuple russe

 

DSCO8263En fin d’après-midi du mardi 12 juin 2018, l’ambassade de la Fédération de Russie au Burundi a organisé une réception à l’occasion de la Journée nationale de la Russie. L’ambassadeur russe au Burundi, Georgy V. Todua, a fait savoir que le 12 juin, la Russie commémore l'histoire glorieuse et les réalisations du peuple russe, des exemples de sacrifice accomplis en l’honneur de la patrie. Saisissant cette occasion, l’ambassadeur russe a félicité le peuple burundais pour l’organisation du référendum. La Fédération de Russie considère qu’élire est un droit inaliénable de tout peuple, a-t-il dit. 

 

Au cours de ces cérémonies, des hautes autorités burundaises étaient présentes, à commencer par les membres du parlement,  le secrétaire général du parti au pouvoir CNDD-FDD, des hauts cadres de la présidence de la République, les anciens étudiants en Russie, etc.Après l’exécution des hymnes nationaux respectivement de la Russie et du Burundi, l’ambassadeur de la Fédération de Russie au Burundi Georgy V. Todua a prononcé un discours de circonstance. Cette fête est célébrée depuis le 12 juin 1992 et est liée aux événements complexes et parfois dramatiques de la vie de la Russie des années 1990, qui ont ouvert une nouvelle étape dans l'histoire millénaire de ce pays. Les transformations radicales ont touché toutes les branches et niveaux du pouvoir ainsi que les relations économiques et sociales.   « Cette fête reflète le chemin de notre patrie dans les étapes critiques, mais aussi dans les réalisations et les victoires », a-t-il déclaré.

Le sort du monde n’appartient pas à un seul pays

Dans une situation internationale complexe et volatile, l’ambassadeur Todua laisse entendre que la collaboration de tous les pays du monde est plus que jamais nécessaire. La Russie reste toujours ouverte à une telle coopération. L’objectif stratégique étant la formation de l’ordre mondial multipolaire juste et démocratique, car le sort du monde ne peut pas être défini par un seul Etat ou un petit groupe de pays, qui essayent de se proclamer «communauté internationale».« La République du Burundi, comme tous les autres pays, a le droit de choisir sa propre voie de développement et le système d'organisation des pouvoirs publics. Dans cette optique, je voudrais féliciter le peuple burundais pour l’organisation du référendum. La Fédération de Russie considère que c’est un droit inaliénable de tout peuple. Nous croyons que c’est une affaire strictement interne du Burundi et que l'ingérence extérieure dans un tel processus est inacceptable, peu importent les slogans qu’on cherche pour la justifier. Nous appelons toutes les forces politiques à agir dans la stricte conformité avec les normes juridiques en vigueur », renchérit le représentant de la Russie au Burundi.
Une coopération dans les bons et mauvais moments : la Russie au côté du BurundiPour lui, l’assistant du ministre burundais des Affaires étrangères, Bernard Ntahiraja a fait savoir que le Burundi est reconnaissant des actions de la Russie envers le pays. C’est une coopération hautement appréciée par le gouvernement du Burundi, dans les bons et mauvais moments la Russie est restée au côté des Burundais. Et de faire remarquer que le peuple burundais félicite la Russie à l’occasion de cette fête. S’agissant des domaines de coopération avec la Russie, l’ambassadeur Bernard Ntahiraja a laissé entendre qu’ils ne cessent d’augmenter avec des domaines pertinents comme le commerce, l’industrie en plus des bourses d’études qui ont été revues à la hausse. Revenant sur le récent référendum, M. Ntahiraja a souligné que le peuple burundais vient de montrer à la face du monde qu’il peut réaliser son destin sans compter sur qui que ce soit. C’est l’avenir meilleur du Burundi qui vient d’être tracé, a-t-il dit. 
Amedée Habimana

 

Institut Français de Bujumbura> Petit déjeuner de presse

Agenda culturel de juin-juillet 2018

 

DSC 0215La directrice déléguée de l’Institut français de Bujumbura (IFB) Stéphanie Soleansky a présenté le mercredi 13 juin 2018, la programmation culturelle des mois juin-juillet. Il y a eu également présentation du programme de célébration du 40e anniversaire du partenariat entre l’Union européenne (UE) et le Burundi pour 2018. 

 

L’événement du mois de juin est la fête de la musique qui se déroule autour du 21 juin à travers le monde. Au Burundi, l’IFB célébrera cette fête le 23 juin au côté des chanteurs, musiciens choristes, DJ burundais, montrant ainsi la diversité musicale de la capitale. « Cette année, une quanzaine de musiciens ont participé à un workshop durant une semaine avec la chanteuse ougandaise Suzan Kerusen. Ils l’accompagneront pour clôturer cette fête de la musique sous le signe du metissage musical de fusion », a précisé la directrice déléguée de l’IFB. Pendant ce même mois, il est prévu un spectacle d’humour (imitation comique), le café littéraire, le collectif yaga ainsi que du théâtre.      

Cinéma mobile et 40 ans de partenariat entre l’UE et le Burundi

Concernant le mois de juillet,  Stéphanie Soleansky a indiqué qu’il y aura le lancement, en partenariat avec le Festicab, d’un nouveau projet en rapport avec le cinéma en plein air. « Il s’agit des projections des films des réalisateurs burundais et des films internationaux qui se feront dans les quartiers de la capitale Bujumbura ». Ce même cycle circulera en novembre à l’intérieur du pays via les relais de l’IFB. A cet effet, un débat sera organisé avec le public à l’issue de chaque projection. Des activités pour les enfants sont prévues, c’est un programme ludique et éducatif, sans oublier les activités estivales de la médiathèque. Pour ce qui est de la célébration des 40 ans de présence de l’UE au Burundi, l’Ambassadeur de l’UE au Burundi Wolfram Vetter a précisé qu’un partenariat a été initié avec l’IFB afin de proposer différentes activités culturelles et d’échange d’information qui auront lieu  à Bujumbura et à l’intérieur du pays de juin à novembre. Il s’agit des espaces de dialogue à travers l’art, la culture et la connaissance. Il est également prévu une table ronde où sera dressé un état des lieux des progrès réalisés au Burundi dans les différentes composantes du développement rural.                                  Yvette Irambona 

 
Ouvrir