Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE> Audience accordée à deux sénateurs américains

Ils avaient un message personnel et d’amitié au président de la République du Burundi

 

DSC 2452Le lundi 9 octobre 2017, le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza, a reçu en audience les sénateurs Jim Inhofe et Mike Enzy, venus des  provinces d’Oklahoma et de Wyoming aux Etats-Unis d’Amérique. Ils avaient un message personnel et d’amitié au président de la République du Burundi. 

 

A la sortie de l’audience, le porte-parole adjoint du président de la République, Alain Diomède Nzeyimana, a rapporté à la presse que les deux visiteurs ont fait remarquer que c’est la neuvième fois qu’ils visitent le Burundi. Ils ont connu le président Nkurunziza avant qu’il ne soit pas élu président de la République. Ces sénateurs ont fait savoir qu’en plus d’être le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza est également leur frère. « Ils ont indiqué qu’ils sont fiers, qu’ils sont très émus par le fait que le Président Nkurunziza met en avant la parole de Dieu en dirigeant le Burundi », a fait entendre M. Nzeyimana. Et d’ajouter que chaque mercredi matin, ils se réunissent  dans leur « prayer breakfast » et qu’ils n’oublient jamais de prier pour le président Nkurunziza et pour le Burundi.

Les investisseurs américains peuvent investir dans le secteur de l’énergie

Les sénateurs américains ont cherché à savoir les secteurs économiques qui peuvent intéresser les Etats-Unis. A ce sujet, le Président Nkurunziza a fait remarquer que pour le moment, « nous sommes à la dernière étape de pouvoir finaliser le processus de vérité et de réconciliation qui a été initié par l’accord d’Arusha, pour la paix et la réconcialiation ». Il leur a indiqué que,  non seulement il est le président de la République, mais aussi il est orphelin comme beaucoup de milliers de Burundais. Pour cela, il a le droit, comme d’autres Burundais, de connaître la vérité sur sa famille et l’histoire du Burundi en général. Le Président Nkurunziza  a aussi fait entendre que les investisseurs américains peuvent investir dans le secteur de l’énergie pour renforcer ce qui a été commencé par quelques businessmen des Etats-Unis. Selon M.Nzeyimana, les visiteurs ont indiqué qu’en politique, il faut chaque fois voir, même trouver quelque chose de commun. Ils ont aussi souligné que c’est la même chose aux Etats-Unis où le nouveau Président Donald Trump est des fois discrédité. Ce qui fait qu’actuellement sa popularité est basse à cause des détracteurs, mais que cela ne peut jamais arrêter le fonctionnement du pays. Les visiteurs ont fait savoir qu’ils vont continuer leur voyage dans d’autres Etats de la Communauté est-africaine, notamment au Rwanda, l’Ouganda et la Tanzanie. 

Jean Bosco Nkunzimana

 

Editorial> De bons résultats grâce à la paix et à la sécurité 

Se conformant  à la Constitution  de la république  du Burundi, le Premier vice-président  de la République  Gaston Sindimwo  et  le Deuxième  vice-président Joseph Butore, ont  présenté dernièrement à l’Assemblée nationale, les réalisations des ministères relevant de leur compétence pour le 1er semestre 2017. Les  deux hautes personnalités ont exprimé leur satisfaction  quant aux résultats obtenus dans les différents secteurs ministériels de leur ressort, en dépit de quelques  défis surmontables à relever. C’est,  ont-elles souligné, grâce à la paix et à la sécurité observées à travers tout le pays, que  le peuple burundais est au travail et qu’il est heureux d’engranger ici et là de bons résultats.Se conformant  à la Constitution  de la république  du Burundi, le Premier vice-président  de la République  Gaston Sindimwo  et  le Deuxième  vice-président Joseph Butore, ont  présenté dernièrement à l’Assemblée nationale, les réalisations des ministères relevant de leur compétence pour le 1er semestre 2017. Les  deux hautes personnalités ont exprimé leur satisfaction  quant aux résultats obtenus dans les différents secteurs ministériels de leur ressort, en dépit de quelques  défis surmontables à relever. C’est,  ont-elles souligné, grâce à la paix et à la sécurité observées à travers tout le pays, que  le peuple burundais est au travail et qu’il est heureux d’engranger ici et là de bons résultats.En s’adressant au Parlement, le Premier vice-président et le Deuxième vice-président de la République n’ont fait que  leur devoir, rien que leur devoir, celui de se conformer à la Constitution de la république du Burundi, en répondant à la mission de contrôle assignée au Parlement par la loi fondamentale ; le gouvernement étant responsable devant les élus du peuple avec un programme d’action répondant aux aspirations de la population. La  vie politique au Burundi est arrivée à un stade où la démocratie n’est possible sans la mission de contrôle régulièrement  menée  par les parlementaires pour répondre aux exigences  de la population qui les a souverainement élus. Les réalisations  qui, semestre après semestre, sont régulièrement adressées aux élus du peuple, sont issues de l’exécution d’un programme gouvernemental présenté au Parlement, contenant  des stratégies et un canevas de travail, à charge pour les parlementaires de l’enrichir par leurs propres connaissances du terrain, et des préoccupations des populations et  par leur sensibilité d’élus. Enrichi et amélioré, le programme gouvernemental se rediscute avant le vote. C’est cela finalement le vrai consensus, celui né de la  saine confrontation des idées et qui bat en brèche les intérêts de groupe, en mettant en avant  les préoccupations de la collectivité nationale, l’intérêt de la nation ne pouvant se confondre dans la  satisfaction des avantages particuliers.Cela  dit, revenons sur ce qui a été souligné par les deux hautes personnalités, à savoir que c’est grâce à la paix et à la sécurité observées à travers tout le pays que le peuple burundais est au  travail et que  le taux des réalisations s’est élevé. C’est pour cette raison,  essentiellement, que les Burundaises et les Burundais, à tous les échelons, n’ont pas baissé  les  bras en s’attelant  sereinement  au travail, et que de son  côté, le gouvernement a fait de son mieux pour répondre aux exigences de rationalité et de rentabilité. Nous ne pouvons que nous féliciter de la bonne et fructueuse collaboration entre le gouvernement, les forces de l’ordre, la justice et la population qui  a permis la restauration et la consolidation d’un climat de paix favorable à un redressement socio-économique durable. Nous sommes tous appelés, aujourd’hui, à nous mobiliser davantage, à renforcer nos capacités pour décourager toute déviation du processus  de consolidation  de la paix et de la sécurité,  pouvant  venir des  aventuriers  sans foi, des réfractaires à la loi et à la morale, des propagateurs de fausses informations ne  visant que la déstabilisation de la société burundaise.Face à tous ses détracteurs, le peuple burundais fera toujours preuve de sa maturité politique, comme il l’a fait lorsqu’il s’est agi de lutter pour  l’indépendance de notre pays. Que les revanchards d’une  époque qui ne peut se renouveler le sachent aussi !

Louis Kamwenubusa

 

Commune Gihanga > Visite de l’épouse du Premier vice-président de la République

Distribution d’une aide alimentaire aux malvoyants de l’Ecofo Kanura

 

DSC 0790L’épouse du Premier vice-président de la république du Burundi a procédé à la distribution, le vendredi 6 octobre 2017,  d’une aide alimentaire aux élèves malvoyants de l’Ecofo Kanura de Gihanga. Le but de la distribution de cette aide alimentaire était de soutenir les bonnes actions des initiateurs de cette école. 

 

Comme l’a indiqué Ernest Nindagiye, directeur de cette école, l’Ecofo Kanura de Gihanga compte actuellement 130 élèves dont 66 malvoyants et 64 normaux. Cette école a été la première dans le pays à accueillir des enfants malvoyants. De la 1ère à la 6ème année, les classes sont composées seulement par des malvoyants alors que de la 7ème à la 9ème, les élèves subissent une éducation inclusive. Des malvoyants et des normaux partagent la même classe, a dit M. Nindagiye.Le directeur de cette école a interpellé toute personne qui est capable  de leur octroyer du matériel scolaire spécifique pour les malvoyants sans oublier celui des dortoirs.L’aide alimentaire distribuée par Béatrice Harerimana, épouse du Premier vice-président de la république du Burundi, Gaston Sindimwo était composée d’une tonne et demi de riz, des Fantas et des beignets. Mme Harerimana a promis aux élèves malvoyants et aux responsables de cette école de revenir.Elle a demandé à ces enfants d’étudier jalousement et d’être exemplaires. Aider les vulnérables est une vocation, a telle dit. Elle a saisi cette opportunité pour remercier vivement  les responsables de cette école pour la tâche louable qu’ils exécutent. Faire du bien à ces enfants malvoyants et aux autres personnes vulnérables, a fait savoir Mme Harerimana, apporte la bénédiction à celui qui le fait en particulier et à tout le pays en général. Elle n’a pas manqué d’exhorter Dieu Tout Puissant à bénir les initiateurs de cette école.     

Martin  Karabagega

 

Présidence de la république > Audience accordée à l’envoyé spécial du président du Congo Brazzaville

Il était porteur d’un message du président congolais à son homologue burundais

 

DSC 2292Le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a reçu en audience, vendredi 6 octobre 2017, le ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des congolais de l’étranger, Jean Claude Gakosso. Il était venu comme envoyé spécial du président du Congo Brazaville et était porteur d’un message à son homologue burundais. Ils ont également échangé sur la situation qui prévaut au Burundi actuellement. 

 

A la sortie de cette audience, le ministre Gakosso a indiqué à la presse qu’il était porteur d’un message du président Denis Sassou Nguesso adressé à son homologue burundais. Le message consistait à inviter le président et le gouvernement burundais à participer dans un double sommet qui va se tenir à Brazzaville au cours de ce mois d’Octobre. Ce visiteur s’est également réjoui des relation existant entre le Burundi et son pays. “Ces relations ont toujours été bonnes». Et d’indiquer que lui et son homologue burundais ont reçu une mission de leurs chefs d’Etat de travailler pour pérenniser ces relations.   Les peuples africains sont majeursCependant, le ministre Gakosso a indiqué que le président Nkurunziza lui a fait un briefing quasi complet de la situation qui prévaut actuellement au Burundi. Une situation, selon lui, qu’il a eu le privilège de constater car il a traversé le Burundi de Bujumbura à Ngozi. « J’ai vu que le peuple vivait en paix, que les gens vaquaient à leurs occupations, les commerçants faisaient le commerce, les agriculteurs faisaient l’agriculture, etc ». Selon lui, il a eu l’occasion de le dire à Ngozi et il l’a répété au chef de l’Etat que l’on doit laisser aux africains le soin de gérer eux mêmes leur destin et que les africains n’ont  pas à recevoir des leçons de l’ extérieurs. « Les peuples africains sont majeurs et ils doivent prendre en main leur propre destin et non pas subir des leçons de quelques puissances que ce soient ». Il a ainsi indiqué que c’est une question de souveraineté et de dignité pour l’Afrique. « Ce n’est pas pour rien que les gens comme Mandela se sont battus. Ils ont sacrifié leurs vies pour la liberté et pour que les Africains soient respectés ». 

Les questions sécuritaires seront prioritaires

Parlant du sommet que va abriter Brazzaville le 19 Octobre 2017, il a indiqué que c’est un double sommet de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et du mécanisme de suivi de l’Accord cadre d’Addis-Abeba sur la République démocratique du Congo et la région. « Au cours de ce double sommet, on va passer en revue les questions sécuritaires principalement parce qu’il n’y a pas de développement quand il n’y a pas de sécurité. Nous devons travailler pour l’apaisement des situations qui prévalent dans notre sous -région ». Selon le porte-parole du chef de l’Etat, Jean Claude Karerwa, le président de la République a promis à ce visiteur que lors de ce sommet, le Burundi sera représenté. Il lui a également indiqué qu’il souhaite que la paix et la sécurité qui prévaut au Burundi soit pérenne, mais que cela sera possible quand certains défis auxquels fait face le Burundi seront levés. C’est entre autres le climat qui prévaut entre le Burundi et le Rwanda. Il a ainsi demandé qu’au cours de ce sommet, les pays membres de la CIRGL puissent statuer sur cette question afin de prendre des mesures qui vont permettre le renforcement de la paix et de la sécurité dans la sous-région.

Astère Nduwamungu

 

 
Ouvrir