Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PREMIERE VICE -PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE> Audience du jeudi 15 février 2018

Gaston Sindimwo reçoit le représentant de l’Union africaine au Burundi

 

DSC03150Le Premier vice-président de la république du Burundi, Gaston Sindimwo, a reçu en audience, le jeudi 15 février 2018, le représentant spécial de l’Union africaine au Burundi et dans la région des Grands lacs, Basile Ikouébé. Ce dernier a mentionné que l’Union africaine va accompagner le peuple burundais.

 

A la sortie de l’audience, Basile Ikouébé a indiqué à la presse qu’il était venu pour une visite de courtoisie.Les deux personnalités ont fait le tour d’horizon sur le mandat du représentant spécial de l’UA au Burundi et dans la région des Grands Lacs. M. Ikouébé a mentionné que l’UA va accompagner le peuple burundais dans la mise en œuvre des politiques que les chefs d’Etat africains ont librement apportées en matière de démocratie, des droits de l’Homme, de gouvernance économique et sociale, de paix et de sécurité. « Nous plaçons notre action dans le cadre de la diplomatie préventive. Nous allons travailler en confiance pour que les solutions que l’UA propose soient des solutions crédibles », a-t-il également indiqué.Basile Ikouébé a pris ses fonctions de représentant spécial de l’Union africaine à Bujumbura le 8 novembre 2017

Eric Mbazumutima

 

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI> Audience accordée à la délégation de la Serbie

Renforcer les rapports de coopération entre les deux pays, un des objectifs de la visite

 

DSC 0031Le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a reçu en audience la délégation de la Serbie conduite par le Premier ministre adjoint et ministre des Relations extérieures de la Serbie, Dacic Ivica, le jeudi 15 février 2018 à Bujumbura. Renforcer les rapports de coopération entre les deux pays était l’un des objectifs de la visite. 

 

A la sortie de l’audience, le Premier ministre adjoint Dacic Ivica a indiqué à la presse que la Yougoslavie a soutenu le Burundi lors de son indépendance en 1962. Nous sommes prêts à développer des relations les plus proches, a-t-il dit. M.Ivica a invité le ministre burundais des Relations extérieures et de la coopération à visiter la Serbie. Nous sommes aussi prêts à recevoir le chef de l’Etat burundais en Serbie, a-t-il ajouté.M.Ivica a fait savoir que la Serbie fera un plan d’intensification  de la coopération avec le Burundi dans plusieurs secteurs. En plus de cela, la Serbie a décidé d’annuler le système de visa avec le Burundi, car ce n’est pas nécessaire pour les citoyens burundais d’avoir un visa pour visiter la Serbie.Le porte-parole du chef de l’Etat, Jean Claude Karerwa Ndenzako, a quant-à lui,  fait savoir que la délégation de la Serbie conduite par M.Ivica était venue avant tout avec un message de salutation en provenance du président de la Serbie  qui salue son homologue burundais. Il lui souhaite les meilleurs vœux de bonheur et de  prospérité pour cette année. Les mêmes vœux sont transmis au gouvernement et au peuple burundais.La visite de cette délégation au Burundi consiste aussi à renforcer les rapports de coopération entre le Burundi et la Serbie, a indiqué M.Karerwa. Il y a des accords de coopérations qui datent de 1970 qui étaient surtout basés sur l’économie et la coopération culturelle et scientifique. Le chef de l’Etat burundais a encouragé la Serbie et le Burundi à travers le ministère  des Affaires étrangères et de la coopération à continuer à s’engager dans un dialogue permanent  pour conclure d’autres accords bénéfiques pour les deux pays, a dit M.Karerwa.Le Premier ministre adjoint et ministre des Relations extérieures de la Serbie était  venu également pour demander que le Burundi ne soutienne pas l’indépendance unilatérale de la province du Kossovo. A ce propos, M.Karerwa a indiqué que le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, a souligné que le Burundi s’inscrit en faux contre cette attitude sécessionniste.    
Martin Karabagega

 

PROVINCE DE NGOZI > Le chef de l’Etat dans ses champs et fermes

Le président Nkurunziza a prié pour les semences

 

DSC 2953Le président de la République, Pierre Nkurunziza, a visité, le mercredi 14 février 2018, ses champs et fermes, sur la colline Rutanga, commune Gashikanwa et province de Ngozi.  

 

A son arrivée, le chef de l’Etat a commencé par la prière au cours de laquelle il a d’abord remercié l’Eternel pour la saison culturale passée où la  récolte a été bonne et suffisante en ce qui concerne le haricot, le maïs, les pommes de terre, la patate douce ainsi que d’autres cultures. Les Burundais ont prié et le Seigneur a entendu leur prière, a-t-il indiqué.Il a prié pour que les semences qui vont  être mises sous la terre, sur la colline de Rutanga et tout le territoire national, donnent  de bonnes et suffisantes récoltes. Que la main de l’Eternel Dieu soit au dessus, a-t-il poursuivi, et qu’à travers la foi, nous attendons de bonnes récoltes sur les quatre coins du pays. Il a imploré Dieu pour que la terre reçoive de la pluie pour les semences, du bon soleil, et que le climat soit favorable pour que le jour de la récolte, tous les Burundais remercient l’Eternel pour ses miracles. Le président de la République, accompagné par son épouse, Denise Nkurunziza, et les membres de sa garde rapprochée ont ainsi planté des pommes de terre, du maïs, du petit pois ainsi que des arbres fruitiers appelés « pommes de France ».Le président Nkurunziza a également visité ses fermes, qui renferment des porcs, des vaches et des chèvres situés sur cette colline de Rutanga.

Kazadi Mwilambwe

 

Enrôlement des électeurs> Falsification des récépissés par certains agents recenseurs

« Il faut que ces gens soient punis conformément à la loi »

 

Depuis quelques jours, les activités d’enrôlement des électeurs  pour le référendum de mai 2018 et les élections générales de 2020 sont en cours dans tous les centres d’inscription de différents coins du pays. Dans certains coins, ces activités sont parfois marquées par des cas de falsifications des récépissés par certains agents recenseurs. Sur ce sujet, la population de la zone urbaine de Kanyosha en mairie de Bujumbura dit que ces gens sont des malfaiteurs qui doivent être punis conformément à la loi.  

 

Parlant du processus électoral au Burundi pour les élections référendaires et les élections générales de 2020, nos interlocuteurs indiquent que c’est satisfaisant que le peuple burundais ait bénéficié d’une opportunité pour mettre en place lui-même ses dirigeants par  voie électorale, ce qui n’était pas le cas dans les années antérieures. En réponse aux gens qui trouvent que la révision de la Constitution vient au moment inopportun ou n’est pas conforme à la loi, nos interlocuteurs rappellent que le Burundi est un pays souverain et que cette révision est intervenue sur demande du peuple burundais lors du dialogue organisé par la Commission nationale de dialogue inter-burundais (CNDI) à l’intérieur du pays. Pour Prosper Ndayiragije, la révision de la Constitution ne devrait pas faire couler beaucoup d’encre et de salive car elle peut être faite à tout moment au Burundi comme ailleurs compte tenu de la situation du moment. A propos du processus de falsification des récépissés qui se sont déjà observés dans certains centres d’inscription du pays, M. Ndayiragije indique que cela est fait  par une mauvaise foi de certains agents recenseurs ou ils ont une mission de perturber les élections. Pour Rémy Nintunze, les agents recenseurs qui font cela sont tout simplement des malfaiteurs qu’il faut punir conformément à la loi. C’est le même avis de Désiré Ndayizeye qui ajoute qu’il faut que les encadreurs des agents recenseurs et la population soient vigilants pour que de tels cas ne s’observent plus.  En définitive, tous nos interlocuteurs font appel à toute personne en âge de voter de se faire enrôler avant la fin de la période prévue pour cette activité. Pour Adrien Nahayo, il faut se faire enrôler pour participer aux élections car ne pas aller voter c’est synonyme de ne pas reconnaître sa citoyenneté. 
Astère Nduwamungu

 
Ouvrir