Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMUNE GASHIKANWA> Visite des champs expérimentés de la colline Rutanga par le chef de l’Etat burundais (Mardi 15 janvier 2019)

Les activités étaient centrées sur la récolte des pommes de terre

 

DSC07468 1En compagnie de son épouse Denise Nkurunziza, le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a visité le mardi 15 janvier 2019, ses champs expérimentés situés sur la colline Rutanga de la commune Gashikanwa en province de Ngozi. L’objectif de cette visite était de récolter des pommes de terre sur une étendue de quatre hectares. Et le chef de l’Etat  a dit qu’il est très satisfait de la bonne récolte de cette année. 

 

Après la récolte de ces pommes de terre, le chef de l’Etat burundais a prié le Dieu Tout Puissant de la bonne récolte qu’il a donnée à sa famille et à tous les Burundais en général, tout en demandant au Seigneur de donner la paix et la santé à tous ceux qui vont de près ou de loin consommer cette récolte.  Le chef de l’Etat a en plus souligné qu’après trois semaines de son congé, au cours duquel, sa famille a organisé une prière d’action de grâce en vue de remercier le Seigneur qui a pu garder  le Burundi et tous les Burundais dans la  sérénité durant toute l’année 2018,  cette visite des champs  a été organisée dans le but de donner le coup d’envoi de ses activités avec sa famille par la récolte de ses cultures. « En regardant les semences que nous avons semées, nous remercions le Seigneur de cette bonne récolte qu’il nous a donnée parce que nous  constatons qu’elle est multipliée au moins par dix », a précisé  le chef de l’Etat burundais. Le chef de l’Etat burundais a signalé qu’à part ces pommes de terre récoltées, d’autres cultures seront également récoltées. Il  s’agit entre autres du haricot, du maïs, des courges et d’autres.

«Une bonne récolte contribue énormément à l’essor de l’économie nationale »

Au moment où le ministère en charge de l’agriculture  a récemment informé  que la récolte de cette année sera bonne,  le chef de l’Etat burundais  l’a aussi affirmé en indiquant que sa récolte va contribuer énormément à l’économie du pays en général ainsi qu’à la vie des populations en particulier. « Une fois que la récolte est  très satisfaisante, les prix sur le marché vont également chuter  et même ceux qui n’ont pas cultivé  tirent profit de cette réduction. C’est la loi de l’offre et de la demande », a expliqué le chef de l’Etat burundais.

« Insérer la prière dans tous vos projets»

Quant à la question de savoir le secret utilisé pour que la récolte soit bonne, le chef de l’Etat a d’abord mentionné que chaque fois qu’il veut procéder à la semence de n’importe quelle culture, il commence par une prière. « Nous mettons nos semences dans les mains du Seigneur, car en plantant et sarclant, on ne fait que 10% seulement  pour nos cultures. Mais, les 90% qui restent sont réservés  à Dieu, parce que ce dernier donne un bon climat  pour que cette récolte soit telle qu’elle  est », a renchéri le chef de l’Etat tout en demandant à toutes la population burundaise de toujours penser et insérer Dieu dans tous les projets pour une bonne réussite, car, a-t-il poursuivi,  la prière a une importance capitale dans la récolte ainsi que dans la réussite de toutes les activités que nous faisons sur cette terre.

Avit Ndayiragije

 

COOPERATION> Retour du Premier vice-président de la République burundaise du Soudan

«Nous avons échangé sur la coopération entre le Soudan et le Burundi»

 

IMG 7643Le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo est rentré d’un voyage qu’il a effectué au Soudan le lundi 14 janvier 2019. A son arrivée à l’aéroport international de Bujumbura, il a indiqué qu’il venait de participer au Conseil d’administration de l’Université internationale d’Afrique et qu’il a saisi cette opportunité pour faire des activités politiques. 

 

« Nous avons été invité par l’Université internationale d’Afrique pour participer au Conseil d’administration de cette université. L’objectif était de voir comment les autres ont changé les systèmes d’éducation. Comme le président de la République le dit chaque fois, il faut adapter le système éducatif burundais aux réalités nationales, nous l’avons vu au Soudan», a fait savoir le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo. Il a ajouté que d’une pierre deux coups, il a pu faire des activités politiques. « Nous avons été reçu par le président de la république du Soudan, Omar Al-Bachir, les deux vice-présidents ainsi que le responsable des partis politiques dans ce pays. Nous avons échangé sur la coopération  entre le Soudan et le Burundi. Le président de la République y a effectué une visite en 2007, il y a eu certainement des accords. Il faut voir comment mettre en applications ces accords. Nous avons eu beaucoup de promesses et nous attendons leur réalisation», a-t-il dit.  En ce qui concerne l’Université internationale d’Afrique, elle a promis soixante bourses. « C’est un atout pour nous et nous nous sommes entendu avec l’université qu’il faut une succursale de cette université au Burundi. C’est au ministère en charge de l’éducation de prendre les choses en mains», a indiqué le Premier vice-président de la république. Réagissant au climat actuel au sein du parti Uprona, Gaston Sindimwo a indiqué que c’est une situation tout à fait normale dans une famille. « Ce n’est pas une crise, c’est une tendance. Nous sommes là  pour ramener les uns et les autres. Dans l’histoire du pays, on a chaque fois passé par l’Uprona pour déstabiliser le pays. Nous ne pouvons pas l’accepter, nous avons résisté depuis 2010. Les Badasigana sont sur le terrain et nous allons trouver comment arrondir les angles», a-t-il souligné.

Grâce-Divine Gahimbare

 

TRAVAUX DE DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE> Sur la colline Gishingano

La population déterminée aujourd’hui plus que jamais à développer leur localité

 

P163La rédaction du journal Le Renouveau s’est rendue, le samedi 12 janvier 2019, sur la colline Gishingano de la zone Nyambuye où se déroulaient les travaux de développement communautaire. La population de cette colline est déterminée aujourd’hui plus que jamais à s’atteler aux travaux de développement de cette colline. 

 

Dans ces activités, la population issue de six sous-collines qui sont Nyambeho, Rugera, Remba, Gihinda, Karama et Kavunabiti était nombreuse. Etaient présents aussi les membres de différentes associations, certains fonctionnaires de l’Etat et les chefs locaux de cette colline. Tous ont conjugué les efforts dans le traçage de la route qui relie Gataka et Gishiha où, d’ici quelques jours, sera reconstruite d’une façon moderne, l’Ecole fondamentale de Gishiha.Dans son allocution de clôture des activités de ce jour, le chef de colline, Paul Bazompora, a adressé ses sincères remerciements à la population pour sa participation massive. Il lui a demandé, en effet, de préserver la paix et la sécurité qui règnent dans cette localité.M. Bazompora a aussi remercié la population qu’il dirige sur la façon dont elle a versé ses contributions aux élections de 2020. «  Vous avez honoré notre colline. Elle a été classée première au niveau communal », a-t-il dit. Il a fait savoir aussi que la Commune Isare occupe la première place au niveau de la province. Il a profité de cette occasion pour encourager cette population et lui demander de multiplier les efforts et d’aller de l’avant en donnant les contributions aux élections.Quant au président de l’Association pour le développement de Gishingano (ADCGI), le prénommé Claude, il a d’abord remercié la population du courage qui la caractérise. Il  lui a par la suite transmis les salutations les plus sincères et  lui a souhaité les meilleurs vœux de l’an 2019 présentés par le ministre de Relations extérieures, Ambassadeur Ezéchiel Nibigira, natif de cette colline, qui était dignement empêché. Il a demandé à la population de consentir davantage d’efforts dans les travaux de développement qui, selon lui, sont comparables à une compétition.

Moïse Nkurunziza (Stagiaire)

 

EGLISE DU ROCHER DE BUYE> Le couple présidentiel a participé à la prière dominicale

Dieu fait du Burundi une Terre de repos pour les nations

 

DSC08175Le dimanche 12 janvier 2019, le couple présidentiel s’est joint, dans la prière dominicale, aux fidèles de l’Eglise du Rocher de Buye. Pour le président de la République, Pierre Nkurunziza, Dieu fait du Burundi une terre de repos pour les nations car, comme le disent les Saintes écritures, la pierre rejetée par les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. 

 

Après avoir souhaité meilleurs vœux aux fidèles de l’Eglise du Rocher qui participaient à l’office, le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a indiqué qu’il est heureux d’être parmi eux, ce deuxième dimanche du premier mois de la troisième année de la prière. Le chef de l’Etat a remercié les fidèles de l’Eglise du Rocher de Buye d’avoir beaucoup aidé dans la prière que la famille présidentielle a organisée sur le Mont Carmel (Buye) pour clôturer la deuxième année de prière. « Quand nous nous sommes rassemblés dans la prière de clôture de la deuxième année, dit le président Nkurunziza, Dieu nous a révélé que les mois de décembre 2018 et janvier 2019, sont des mois pendant lesquels Dieu va rendre justice au Burundais, des mois de joie et d’allégresse, des mois de réception de tous les dons de Dieu ». Et de leur dire que la prière d’action de grâce dernièrement organisée a été la première car Dieu a donné d’autres promesses au Burundi.

Dieu a donné quatre nouvelles promessesau Burundi

Pour le président de la République, dans la clôture de la prière d’action de grâce, organisée en décembre 2018, Dieu a donné au Burundi et aux Burundais quatre nouvelles promesses. « Dieu va montrer aux Burundais que ce qu’ils croyaient impossible va se réaliser au Burundi. Il va changer de procédure pour protéger le Burundi et son peuple. Pour cela, il aura sa demeure au milieu des Burundais pour les protéger contre leurs ennemis. Dieu change le statut du Burundi et témoigne que le Burundi a une tente de rencontre avec Dieu, où il reçoit ses bénédictions et ses faveurs. Cette troisième année est un nouveau départ qui nous mène aux promesses qui nous ont été faites par Dieu, lesquelles se réaliseront cette année 2019. Ainsi, Dieu nous a révélé qu’il fait désormais du Burundi une Terre de repos pour les nations et affirme par là, que la pierre rejetée par les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire », a déclaré le président Nkurunziza. Il a alors demandé aux fidèles de l’Eglise du Rocher de Buye de continuer à servir Dieu car l’avenir est meilleur.

Jean Bosco Nkunzimana

 
Ouvrir