Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CATHOLIC RELIEF SERVICES> Lancement officiel du programme « Amashiga»

Environ 575 738 personnes bénéficieront de ce programme

 

Sous le haut patronage du chef de cabinet-adjoint du Deuxième vice-président de la république du Burundi, Deo Guide Rurema et de madame la représentante de l’ambassadeur des Etats-unis au Burundi et aussi représentante du l’USAID au Burundi, Catholic relief services (CRS) a organisé le mardi 17 mars 2015, le lancement officiel du programme « Amashiga ». Ce dernier a pour but de réduire la malnutrition chronique de 10% en cinq ans.

 

DSC 5590Dans son discours, M. Rurema a indiqué que le progrmme Amashiga a pour but de réduire la malnutrition chronique dans la province de Muyinga et sera éxecuté par Catholic relief services (CRS) en collaboration avec International medical corps (IMC), le programme alimentaire mondial (Pam), l’organisation diocésaine pour l’entraide et le développement intégral de Muyinga (Odedim), le réseau Burundi 2000 plus et Bioversity international jusqu’en 2019. Il a informé que ce programme pluriannuel est financé par USAID/food for peace à hauteur de cinquante millions de dollars américains pour réduire le retard de croissance au sein des enfants de moins de cinq ans et environ 575 738 personnes bénéficieront du programme dont 48 000 couples mère-enfant dans cinq ans.

Améliorer le bien-être économique des ménages

M. Rurema a ajouté que ce programme à base communautaire a trois objectifs principaux, à savoir la réduction de la malnutrition chronique des enfants de moins de cinq ans, l’amélioration du bien-être économique inclusif des ménages et la contribution des principaux intervenants à la mise en œuvre effective et équitable des stratégies nationales de résilience en sécurité alimentaire et nutrition.
«Le renforcement des capacités, la communication pour le changement de comportement (hygiène, nutrition et santé), la distribution des vivres et la promotion des aliments locaux sont des composantes clés de ce programme. En collaboration avec les autorités de la province de Muyinga, les populations les plus affectées vont améliorer leur sécurité alimentaire et état nutritionnel », a signalé M. Rurema.
M. Rurema a profité de l’occasion pour remercier très vivement, au nom du gouvernement, tout les représentants des divers acteurs gouvernementaux aussi bien au niveau central que décentralisé, des partenaires techniques et financiers, acteurs de la société civile Burundaise et membres du consortium Amashiga tous intervenants dans la santé-nutrition et sécurité alimentaire.
Avit Ndayiragije (stagiaire)

 

Commune Kanyosha> Etat défectueux des rues

Il empêche la bonne circulation

 

Dans la commune urbaine de Kanyosha, la route qui vient du douzième avenue du quartier Kinanira II, passant par le pont de la rivière Kanyosha et les autres rues sont dans un état très critique. Pendant la saison pluviale, ces routes deviennent impraticables.

 

DSC01754Des endroits très remarquables et des rues sont jonchés de boue de toutes sortes et les caniveaux sont remplis de mauvaises herbes et des déchet de toute nature. Actuellement, les passants évitent ces rues en se créant des trottoirs.
Le constat est que l’état de ces rues n’est pas désirable. Les routes sont pleines de nids-de-poule, de boue, d’eaux pluviales et les maisons autour menacent de s’écrouler.
Leur état défectueux empêche la bonne circulation dans la commune. Ces situations déplorables se remarquent dans les allées et les avenues menant dans certains quartiers.
A côté des déchets que l’on voit directement sur ces rues, on constate que la plupart des caniveaux sont complètement bouchés par de mauvaises herbes.

Les habitants de la commune se lamentent

Interrogée par le journal« Le Renouveau », une femme habitant cette commune déclare que les nids de-poule boueuses peuvent entraîner des maladies, notamment le paludisme.
« La pluie aggrave la situation, ce qui cause un sérieux problème dans la circulation. Même quand je vais au travail, je préfère passer de l’autre côté sur la route principale, même si c’est très loin, là au moins je suis sûre que la route est praticable », ajoute-t-elle.
Des mécanismes nécessaires sont à adopter. Les habitants de cette commune demandent aux autorités habilitées de trouver une solution à ce problème.
Chanelle Irabaruta(Stagiaire)

 

COMMUNE NGAGARA> Problème d’évacuation des eaux usées

Elle nécessite d’être revue

 

Il y a des moments où l’évacuation des eaux usées dans certains quartiers de la commune urbaine de Ngagara constitue un problème sérieux. A cet effet, la population de cette localité demande aux instances habilitées d’avoir pitié d’elle,en s’acquittant bien de leur mission car sa santé est menacée .

 

DSC 5402C’est dans la partie communément dite « Arusha » en commune urbaine de Ngagara où s’observe des débordements d’eaux usées. Ces eaux d’une odeur très nauséabonde contiennent des déchets liquides et solides. Elles proviennent d’un égout public situé dans un espace vert se trouvant derrière les blocs construits dans le quartier VI de cette commune urbaine. Elles débordent jusqu’à la l’intérieur de ce quartier en passant par les pavés donnant accès sur la route principale passant devant le palais des congrès de Kigobe en provenance de la gare du Nord. Même ceux qui empruntent cette route, la traversent les mains au nez à cause de ces odeurs.

La population craint les maladies des mains sales

Les habitants de cette localité ont déclaré qu’ils ne savent pas quoi faire parce que cette situation invivable est en train de durer un peu trop longtemps sans que les services habilités fassent quelque chose.
Cette population craint les conséquences néfastes qu’elle peut subir comme les maladies pouvant être entraînées par ces odeurs nauséabondes. Elle a également mentionné qu’elle est la cible privilégiée des maladies des mains sales comme le choléra, la dysenterie, etc.
Signalons que cette situation est fréquente dans cette commune, car, les habitants du quartier III ont déclaré qu’ils ont toujours ce problème de débordement d’eaux usées en provenance des égouts publics.
Ils ont par la suite révélé que quand ce problème survient, ils sont obligés de le résoudre eux-mêmes avec leurs propres moyens alors qu’il y a des services en charge de cela.
Toutefois, ces habitants demandent que ces services habilités s’acquittent correctement de leur travail pour le bien du peuple burundais et pour l’intérêt du pays.

Bénigne Gahimbare

 

LIONS CLUB BUJUMBURA DOYEN> Campagne de collecte de sang

Le sang donné égale vie sauvée

 

L’association internationale des Lions clubs district 409 a organisé le samedi 14 mars 2015, une campagne de collecte de sang. Le Lions club Bujumbura doyen a pour objectif de créer et de promouvoir un esprit de compréhension et de solidarité entre les peuples du monde. Il est constamment à l’écoute des besoins humanitaires, offre des services bénévoles dont la communauté a besoin.

 

DSC08049Dans le cadre de sauver les vies humaines, Lions club Bujumbura doyen, en collaboration avec le Centre de transfusion sanguine (CNTS), a organisé une campagne de collecte de sang. Albert Ndereyimana, président du Lions club Bujumbura doyen a indiqué que ce club a aujourd’hui voulu financer cette campagne de collecte de sang en commençant d’abord par les membres du club ainsi que leurs familles. «Les objectifs du Lions club est de servir la communauté, de s’occuper de servir d’autres communautés de ce pays qui ont besoin de nous », a signalé M. Nderyimana.
« Quand nous avons appris à travers les médias qu’il y a un problème de la disponibilité du sang au niveau du CNTS, nous avons pris une priorité la collecte du sang. C’est la raison pour laquelle nous avons réuni tous les moyens nécessaires et sensibiliser les gens en commençant par nos familles pour que nous puissions donner du sang. C’est donc une activité que nous allons poursuivre chaque année en disponibilisant des moyens à donner au CNTS pour collecter du sang et pouvoir donner du sang aux différents hôpitaux qui en ont besoin », a ajouté M. Ndereyimana.
Le club a déjà réuni les moyens pour que le CNTS puisse parcourir tous les différents coins de notre pays afin de collecter du sang. Il est engagé chaque année pour faciliter l’accomplissement de cette activité.

Un début d’une série d’autres activités

M. Ndereyimana a signalé également que cette campagne de collecte de sang, marque le début d’une série d’autres activités que le club va accomplir au cours des deux prochains mois. Il a informé qu’il est prévu d’ici deux semaines, de secourir les orphelins de Jabe. A la fin du mois en cours, le club organise aussi une campagne d’opération des personnes qui souffrent de la cataracte au niveau de son centre ophtalmologique d’Ijenda. Il invite alors tous les Burundais qui souffrent de la cataracte très avancée de pouvoir venir pour qu’on puisse les faire soigner. Ce sera gratuit parce que le Lions club Bujumbura doyen a déjà collecté tous les moyens nécessaires pour financer ces activités.
A la fin M. Ndereyimana a demandé à tous les Burundais ainsi qu’aux étrangers qui vivent dans ce pays, de lui emboiter le pas afin de donner du sang. Comme on ne cesse de le dire : « donner du sang, c’est donner la vie ».

Avit Ndayiragije (stagiaire)

 
Ouvrir