Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ALIMENTATION EQUILIBREE> Témoignage d’une femme allaitante

La pauvreté constitue un obstacle majeur

 

DSC00103Une femme allaitante a  besoin d’une alimentation équilibrée afin d’avoir une production suffisante du lait maternel. Mais la plupart des femmes disent qu’il est difficile d’avoir une alimentation équilibrée car la pauvreté constitue un obstacle majeur. 

 

Une alimentation équilibrée est une adaptation équilibrée entre les différents nutriments, c'est-à-dire les lipides, les glucides et les protides, mais aussi un apport suffisant en vitamines et une répartition harmonieuse de la ration alimentaire au cours de la journée. La  femme allaitante a besoin beaucoup plus d’une alimentation équilibrée et des fruits mais le problème est que la plupart n’ont pas  accès à cette alimentation. Ce sont les propos de Nadine Kamikazi  qui a témoigné sur l’importance d’une alimentation équilibrée. Elle a indiqué qu’une alimentation équilibrée est bénéfique pour la santé de l’enfant et de la mère. Car, lorsqu’une femme allaitante prend une alimentation équilibrée, l’enfant ne tombe pas souvent malade. Ainsi, Mme Kamikazi a fait savoir que, dans plusieurs cultures, les adultes  suggèrent aux nouvelles mères de consommer certains aliments pour augmenter leur production de lait. Il y en a même qui  leur proposent de prendre de la bière pour stimuler le lait maternel. Mais grâce aux agents de santé communautaire qui sont présents partout, toutes les femmes allaitantes savent que l’alcool est plutôt nuisible à la santé de la mère et du bébé. Elle a précisé que les agents de santé communautaire effectuent des seances de sensibilisation sur l’alimentation équilibrée. Elle a indiqué qu’il est nécessaire pour une femme allaitante de consommer aussi les fruits, mais le problème est qu’il est difficile d’accéder à cette alimentation. « Aujourd’hui, il n’y a pas de femme qui ignore les bienfaits d’une alimentation équilibrée, si elle ne la consomme pas c’est  plutôt par manque », a-t-elle ajouté. Mme Kamikazi a révélé que, lorsqu’un individu parvient à avoir la ration, il se contente de la quantité au lieu de la qualité. C’est pourquoi la plupart des mères ont de la carence en lait maternel.  Malheureusement, il y a des femmes allaitantes qui consomment des boissons alcoolisées alors qu’elles connaissent les dangers que cause l’alcool sur la santé de  l’enfant. Elle leur a conseillé de changer les habitudes, car l’enfant peut subir de graves des conséquences à cause de l’alcool pris par sa mère.  

Fidès Ndereyimana

 

ALLAITEMENT MATERNEL EXCLUSIF> Son importance

Il protège l’enfant contre certaines maladies

 

IMG 0001Le lait maternel est le premier aliment le plus important que l’enfant reçoit dès sa  naissance. L’allaitement maternel exclusif signifie que l’enfant prend seulement du lait maternel et aucun autre aliment solide ou liquide ni même de l’eau. Un enfant allaité exclusivement pendant les six premiers mois de la vie a plus de chance de grandir car le lait maternel protège l’enfant contre certaines maladies.  

 

Dans un entretien que le nutritionniste Déogratias Habonimana a accordé dernièrement au quotidien d’information Le Renouveau, il indique qu’un enfant allaité exclusivement au lait pendant les six premiers mois de la vie ne tombe pas souvent malade. « Le lait maternel protège l’enfant contre certaines infections (diarrhée, fièvre, infections respiratoires, etc.), il contribue également à la réduction de la mortalité infantile », a –t-il poursuivi. L’allaitement satisfait aussi les besoins du nourrisson en eau et favorise aussi la création des liens affectifs entre la mère et l’enfant. M. Habonimana a précisé qu’après six mois, il faut continuer l’allaitement jusqu’à deux ans et introduire des aliments de complément. Il a ajouté que pour la mère, l’allaitement maternel constitue une méthode d’espacement des naissances. Quand on accouche, il y a des hormones qui commencent à produire du lait maternel, et ce dernier doit sortir sinon il risque de causer des maladies à la mère comme le  cancer. 

Lutter contre la malnutrition chronique depuis la conception

M. Habonimana a souligné qu’une femme doit allaiter son enfant après l’accouchement. Il a ajouté que le lait jaune est très riche en nutriments et contient beaucoup d’anticorps dont le bébé a besoin à sa naissance. Il a signalé que pour avoir un enfant en bonne santé, une femme enceinte ou allaitante doit être bien nourrie en termes d’une alimentation équilibrée, sinon elle risque d’avoir un enfant malnutri. Il a insisté qu’on doit bien agir pour lutter contre la malnutrition chronique depuis la conception jusqu’à l’âge de deux ans et que les changements de comportement vont nous permettre d’être en bonne santé. 

Emelyne Iradukunda

 

MAIRIE DE BUJUMBURA> Réunion sur la gestion des déchets ménagers.

Quatorze associations et coopératives ont été sélectionnées pour la collecte

 

DSC 2118Quatorze associations et coopératives ont été retenues par la commission de dépouillement pour l’enlèvement des immondices dans les zones de la mairie de Bujumbura. Cela ressort de la réunion du maire de la ville de Bujumbura avec les administratifs à la base et les responsables des associations et coopératives, tenue le vendredi 20 octobre 2017. 

 

L’objectif de la réunion était de présenter les sociétés et coopératives aux administratifs à la base et faire le point sur la nouvelle stratégie de collecte des immondices et des ordures ménagers.Le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, a d’abord présenté les associations et coopératives ainsi que leurs zones d’affectation. Quatre associations ont été affectées dans les zones de la commune Muha, tandis que neuf sont affectées dans les zones de la commune Ntahangwa et une seule association dans les zones de la commune Mukaza.Selon M. Mbonimpa, les sociétés devront d’abord signer un contrat avec les ménages et se munir d’un cahier où chaque ménage devra poser sa signature après chaque collecte. Il a précisé que les sociétés doivent avoir des véhicules de collecte en bon état et seront validés par la mairie. Elles devront également déclarer et assurer leur personnel qui sera recruté dans les zones d’affectation. Toutes les sociétés et coopératives retenues sont appelées à signer des conventions d’exploitation avec les Services techniques municipaux (Setemu) qui est responsable du dépotoir officiel de Mubone où toutes les immondices seront déposées. M. Mbonimpa a également fait savoir que 30 % de la somme reçue par les associations sera versée au compte de la mairie. Ainsi, le prix par ménage sera fixé et communiqué dans les brefs délais. Les ordures et déchets ménagers seront dans l’avenir transformés en énergie et en engrais chimiques, a-t-il précisé.Freddy Mbonimpa a, en outre, recommandé aux administratifs à la base de  s’impliquer vivement dans la nouvelle stratégie et être l’œil de la mairie pour son bon déroulement. Le maire de la ville de Bujumbura a souligné que cette nouvelle stratégie a été prise en vue rendre la ville propre.
Eric Mbazumutima

 

Ministère en charge de la Santé publique> Présentation des réalisations du troisième trimestre

«Elles sont à grande majorité satisfaisantes »

 

DSC 0911La ministre de la Santé publique et de la lutte contre le sida Josiane Nijimbere a présenté le vendredi 20 octobre 2017 les réalisations du troisième trimestre. Les activités réalisées s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre des objectifs fixés dans la politique nationale de santé et le plan national de développement sanitaire 2011-2015 étendu à 2018. Et, elles sont satisfaisantes. 

 

Dans son mot liminaire, la ministre de la Santé publique et de la lutte contre le sida, Josiane Nijimbere a fait savoir que pendant le troisième trimestre, son ministère a réalisé différentes activités en référence aux neuf axes du Programme national de développement sanitaire. Elle a indiqué que dans le cadre du renforcement des prestations de soins et de services de santé de qualité à tous les niveaux du système de santé, les activités phares réalisées au cours du troisième trimestre sont entre autres la campagne de distribution des moustiquaires dans tout le pays avec comme résultat, une couverture de 94% des ménages. Dans le cadre du renforcement de la gestion des ressources humaines disponibles, le ministère a réalisé deux activités. Il s’agit de la mise à jour de la base des données du personnel de tout le ministère ainsi que l’opérationnalisation des référentiels pour la filière laboratoire. Concernant l’axe disponibilité et accessibilité de la population aux médicaments et autres produits de qualité, Dr Nijimbere a signalé que le ministère a poursuivi le travail de contrôle de qualité des médicaments entrant au pays. C’est pour cette raison que vingt  lots de différentes molécules ont été analysés au cours du troisième trimestre.Au chapitre de l’assurance de la pérennité du Financement basé sur les performances couplé à la gratuité, elle a mentionné que le ministère a poursuivi les activités de vérification et de payement des factures pour assurer la gratuité pour les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans. Dans les perspectives pour le quatrième trimestre 2017, le ministère en charge de la santé publique va organiser la semaine santé mère-enfant et il va ouvrir 161 nouveaux services thérapeutiques ambulatoires et 11 nouveaux services de stabilisation thérapeutique.Il n y a pas de torchon qui brûle entre le Burundi et le Fonds mondial pour la lutte contre le sida et la tuberculoseLes journalistes ont profité de l’occasion pour demander à la ministre en charge de la santé pourquoi ce ministère n’a pas épuisé les Fonds qui ont été donnés au Gouvernement burundais et qui a poussé le Fonds mondial pour la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme de changer le gestionnaire principal. Elle a tenu de signaler qu’il faut donner de vraies informations à la population burundaise, qu’il n y a pas de torchon qui brûle entre le gouvernement burundais et le Fonds mondial. Elle a signalé que l’argent promis par ce dernier va continuer à être utiliser par le gouvernement. Elle a tenu de signaler que cet argent va toujours passer par la Banque de la République du Burundi (BRB). Et, les burundais vont toujours continuer à bénéficier de cet argent. «  Je profite alors de l’occasion pour tranquilliser la population burundaise que le Fonds mondial n’a pas interrompu son aide donné au Burundi. Seulement, il a changé de gestionnaire principal en désignant le Pnud (Programme des Nations Unies pour le développement). Cela n’arrive pas au Burundi seulement. Il est déjà arrivé dans d’autres pays », a-t-elle précisé.
Rose Mpekerimana

 
Ouvrir