Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

INTERVIEW > Avis du ministre ayant l’environnement dans ses attributions sur la lutte contre les inondations

« Nous allons prendre des mesures d’urgence à mettre en œuvre »

 

DSC 1403Le ministre ayant l’environnement dans ses attributions, lors de la descente effectuée à Gitega le vendredi 27 avril 2018, s’est exprimé sur les stratégies à mettre en œuvre pour faire face aux inondations en Mairie de Bujumbura. Il a promis de consulter les cadres du ministère afin de prendre des mesures d’urgence.  

 

Le ministre de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage, Déo Guide Rurema, a souligné que la protection de l’environnement n’est pas une affaire du ministère seulement. « C’est une affaire de tout un chacun. Il faut d’abord qu’on soit conscient que c’est notre environnement», a-t-il indiqué. Il a souligné que, comme au Burundi nous sommes déjà entrés dans la dynamique d’augmenter la production agricole, on doit augmenter cette production dans des conditions écologiquement saines. « C’est-à-dire que nous devons tenir compte de la protection de l’environnement dans tout ce que nous allons faire, comme nous l’avions fait pour le ministère de l’Agriculture et de l’élevage précédemment. En effet, à un certain temps, nous nous sommes retrouvés en retraite avec les cadres du ministère pour analyser les défis, les opportunités et les forces dont nous disposions. Ce qui nous a permis de maîtriser les facteurs de production,  et la production au niveau nationale est très satisfaisante durant ces dernières années», a-t-il salué.

Bâtir sur les leçons réussies

« En ce qui concerne l’environnement, comme c’est un secteur qui nous a été récemment confié, nous allons faire la même chose, bâtir sur les leçons réussies. Nous allons bientôt nous retrouver en retraite de deux ou trois jours ensemble avec nos cadres. Après ladite retraite, nous allons commencer par nous rendre sur terrain, faire le constat et dresser la situation réelle. Nous allons prendre des mesures d’urgence à mettre en œuvre. Pour le moment, permettez-nous de nous approprier d’abord de la situation dans le secteur. Nous savons déjà que la plupart des inondations et éboulements proviennent du fait que notre environnement n’est pas reboisé. La première chose que nous allons mettre en œuvre est d’essayer de reboiser les sols dénudés», a-t-il indiqué. Il a expliqué que les plantes qui sont en adéquation avec l’agriculture tout en protégeant les sols dénudés seront privilégiées.
GRACE-DIVINE GAHIMBARE

Ouvrir