Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Mairie de Bujumbura> Célébration de la Journée internationale de la femme

Les allocutions et animations revenaient sur l’importance de la femmedans le développement du pays

 

DSC 0723Le Forum national des femmes en mairie de Bujumbura a célébré le samedi 31 mars 2018 la Journée internationale de la femme. Les animations agrémentant cette journée étaient centrées sur l’importance de la femme dans le développement du pays. Les cérémonies ont été rehaussées par la présence du Premier vice-président de la République. 

 

Dans son mot de bienvenue, la présidente du Forum national des femmes en mairie de Bujumbura a d’abord remercié le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, d’avoir répondu aux cérémonies de la célébration de la journée internationale de la femme en mairie de Bujumbura. Elle a rappelé que le président de le République, Pierre Nkurunziza, a participé dans la célébration de ladite Journée au niveau national le 8 mars de cette année. Ce qui montre que les autorités du Burundi soutiennent les femmes. Selon Mme Irakoze les femmes burundaises ont fait un pas significatif dans la participation à la vie du pays : « Les femmes se sont récemment démarquées dans les inscriptions au prochain référendum. Les chiffres ont montré que les femmes ont répondu massivement à l’inscription pour participer aux élections qui se tiendront au mois de mai prochain pour le référendum. Maintenant, les femmes adhèrent aux associations, aux partis politiques, mais aussi participent à la vie du pays en occupant les places de prise de décision », a-t-elle mentionné. Elle a ensuite affirmé que le Forum national des femmes en mairie de Bujumbura apprécie d’une manière remarquable les efforts du gouvernement du fait qu’il a mis en place certaines lois qui protègent la femme. Elle a cité, entre autres, la loi qui demande aux couples illégaux de régulariser leurs mariages, la nouvelle loi spécifique qui lutte contre les violences faites aux femmes.  « Cela nous montre que le gouvernement du Burundi ne ménage aucun effort pour l’épanouissement de la femme », a-t-elle ajouté.Mme Irakoze a cependant indiqué que certains défis restent à signaler. Les femmes n’ont pas de places suffisantes dans les instances de prise de décision. Elles ne bénéficient pas decrédits qui leur permettent l’autonomisation. 

La femme a besoin d’être soutenue

La présidente du Forum national des femmes en mairie de Bujumbura demande au gouvernement de respecter les pourcentages accordés aux femmes du sommet jusqu’à la base afin que les femmes soient suffisamment représentées. Elle interpelle afin toutes les femmes et celles de la mairie de Bujumbura en particulier à adhérer dans les associations et dans des partis politiques afin d’échanger les opinions avec les autres sur comment s’auto développer.Les organisations nationales et internationales devraient planifier leurs projets en mettant l’accent sur les priorités des femmes.

Le gouvernement apprécie le pas déjà franchi par les femmes

Dans son mot de circonstance, le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, a d’abord remercié  les femmes en général pour le pas qu’elles ont déjà franchi. Il a rappelé que les femmes participent activement au développement du pays. Se sont elles, a-t-il expliqué, qui sont nombreuses. Par conséquent, elles participent dans presque tous les domaines de la vie du pays.Il a profité de l’occasion pour rappeler que le gouvernement ne ménage aucun effort pour soutenir les femmes en mettant en place les lois qui favorisent le développement de la femme.M. Sindimwo a affirmé que les femmes sont capables autant que les hommes. Pour ce faire, il leur demande d’adhérer dans les associations et partis politiques afin qu’elles aient le droit l’élire et de se faire élire. Il demande également aux membres du Forum national des femmes de planifier des projets clairs qui visent l’autonomisation de la femme. Il les interpelle à aller dans tout le pays afin de sensibiliser les femmes pour qu’elles adhèrent à ces projets. Il a enfin accepté de plaider pour que les femmes soient soutenues dans leurs projets de développement.
Rose Mpekerimana

Ouvrir