Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Zone Maramvya> Problèmes d’évacuation des ordures ménagères

Certains habitants les jettent dans les fosses creusées au sein de leurs parcelles

 

DSCO 6162Dans le nouveau quartier viablisé de la  zone Maramvya en commune Mutimbuzi, certains ménages éprouvent des difficultés liées à la nom évacuation des ordures ménagères. Les associations qui se chargent d’évacuer ces immondices dans différents quartiers de la mairie de Bujumbura ne sont pas présentes à Maramvya. 

 

Dans ce quartier, beaucoup de ménages sont nouvellement installés. Ce quartier semble être en dehors de la ville. Il est mixte, c'est-à-dire qu’il est peuplée par les personnes intellectuelles ainsi que celles qui sont illettrées. Ces gens qui n’ont pas été à l’école vivent de l’agriculture. Ceux-là n’ont pas de problème avec les ordures ménagères. Celles-ci leur sont plutôt bénéfiques puisqu’ils les utilisent comme fumier dans leurs plantations.Dans d’autres ménages, il y a des difficultés d’évacuer les ordures. Dans les parcelles où il y a de l’espace, les gens creusent des fosses pour y jeter certaines des ordures ménagères comme les épluchures ou d’autres déchets biodégradables. Dans ces fosses, il y a des gens qui plantent des bananiers ou d’autres cultures. D’autres déchets sont stockés dans des sacs mais n’ont pas d’autres destinations.Cependant, il y a d’autres gens qui ne veulent pas être responsables de cette situation. Ils jettent ces déchets n’importe où surtout dans des parcelles qui ne sont pas construites. Cela peut-être dangereux pour la population car elle peut attraper les maladies liées aux mains sales.  Dans un petit entretien avec un habitant de ledit quartier, il a fait savoir qu’il est nécessaire de confier l’enlèvement  de ces ordures ménagères à des associations. Il est essentiel de sensibiliser les gens pour qu’ils comprennent l’importance de ces associations.  Notre interlocuteur s’inquiète du fait que ce quartier de la zone Muramvya n’a pas encore beaucoup d’occupants. Il s’inquiète que même si ces associations existaient, elles ne pourraient pas avoir suffisamment d’abonnés.
Lucie Ngoyagoye      

Ouvrir