Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MUTANGA-SUD> Etat défectueux du caniveau de l’avenue Sanzu

Le renforcement  des séances sur la protection de l’environnement s’avère nécessaire

 

L’avenue Sanzu de quartier Mutanga sud, est une voie principale du fait qu’elle relie les populations des quartiers de Mutanga-sud, de Mugoboka I et II et celles de Sororezo ainsi que d’autres localités de Bujumbura. Le quotidien « Le  Renouveau » s’est rendu à Mutanga-sud pour se rendre compte de l’état du caniveau  traversant ladite avenue qui nécessite des réhabilitations. 

 

Cet axe routier permettant la communication  pour les habitants de différents quartiers  va directement jusqu’à la jonction avec le boulevard du 28 Novembre. L’état actuel du caniveau présente des risques énormes du fait que les eaux qui passent dans ce caniveau peuvent occasionner la démolition du petit pont. C’est le constat fait lors de la descente à Mutanga sud. Sachant bien que cette avenue connaît depuis longtemps une  fermeture à un certain niveau de son prolongement dû à l’écroulement provoqué par la rivière Ntahangwa. Plus précisément au petit marché de Mutanga-Sud. Cela empêche aujourd’hui la circulation des véhicules jusqu’à leur destination. Alors si ce canal qui conduit les eaux en provenance des ménages n’est pas bien entretenu, le petit pont peut être détruit par ces eaux. Malheureusement, certaines populations semblent être moins soucieuses des efforts conjugués par le gouvernement pour une étude déjà menée en vie de réhabiliter la partie déjà écroulée. On  trouve quelques déchets ménagers dans le caniveau surtout les restes de la braise qui bloquent les eaux à rejoindre la rivière Ntahangwa.Seul la protection et le respect de l’environnement pourraient  le permettre  changement des mentalités à fin que la population puisse avoir la conscience de veiller à  protéger  leurs localités et réduire des dépenses de l’Etat pour la réhabilitation de ces biens publics, vu que leurs coûts  sont très élevés. Cela revient aux citoyens de prendre des précautions dans le but de limiter les dégâts qui exigent ensuite des sommes colossales. Il est clair que cette avenue est d’une grande importance pour les populations vivant  dans les quartiers de Mutanga sud comme Mugoboka I et II ; elle facilite la communication de ces quartiers.
Alain Ndayisenga/Stagiaire

Ouvrir