Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ZONE KINAMA> Menace de coupure du boulevard de l’Unité

Une intervention rapide est nécessaire avant que la situation ne s’empire

 

DSC03800En zone Kinama de la commune urbaine  Ntahangwa de la municipalité de Bujumbura, le boulevard de l’Unité menace d’être coupé par un ravin qui s’est créé à la suite des eaux de ruissellement. Les usagers de cette route et les habitants environnants demandent une intervention rapide avant que la situation ne s’empire.   

 

Le boulevard de l’Unité se bifurque  sur le boulevard du 3 Septembre, route macadamisée qui mène vers la province de Bubanza au niveau de la zone Kinama. Elle continue en passant près du marché de Kinama, passe par la zone Kamenge jusqu’à la Gare du nord. Mais cette route est en train de connaître un problème sérieux  à la hauteur des quartiers Bururi à la 9e avenue. Le menace se trouve à deux endroits.En quittant le boulevard du 3 Septembre vers le marché de Kinama, il y a un caniveau sur le côté droit. Les pierres utilisées lors de la construction des murs de soutènement de ce caniveau ont été arrachées par les eaux de ruissellement. Ces  eaux ont perforé la route créant ainsi des ravins qui continuent de s’élargir. Si rien n’est fait dans les plus brefs délais, la situation risque de s’empirer.Ces deux ravins constituent actuellement un danger pour les passants surtout les piétons qui empruntent cette localité à la tombée de la nuit. Ceux qui ne sont pas avertis  de l’état des lieux de cette localité peuvent tomber dedans quand il fait nuit car le ravin a déjà dépassé l’endroit réservé aux piétons. L’Ecole dénommée Groupe scolaire saint Jacques de Kinama est aussi menacée par l’agrandissement de ce ravin. Les usagers de cette route et les habitants rencontrés sur le lieu le jeudi 04 janvier 2018 demandent avec insistance à qui de droit d’intervenir le plus tôt possible pour réparer l’endroit menacé. Au fur et à mesure que les jours avancent, l’endroit endommagé deviendra de plus en plus large, ce qui demandera aussi des moyens costauds pour le réhabiliter, ont-ils dit.
Martin Karabagega

Ouvrir