Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Commune Mukaza> Etat d’hygiène des légumes vendus en plein air

Le risque des maladies est évident

 

IMG 20171227 071926La prolifération des légumières dans les quartiers résidentiels est une bonne chose. Surtout  pour les habitants vivant dans des endroits quelques fois éloignés des grands marchés. Des choux, des poireaux, des carottes, des amarantes  sont disponibles presque sur chaque avenue dans certains quartiers.  

 

Aujourd’hui, ce phénomène est devenu monnaie courante partout dans les  zones de Bwiza, Buyenzi et Nyakabiga de la commune Mukaza comme ailleurs. Certains commerçants  vendent des légumes, notamment des poireaux, des  choux, des carottes, des oignons,  des poivrons, des aubergines, des feuilles de manioc, des amarantes  dans différentes poids de vente dans le but de rapprocher  ces légumes de la population.Lors du passage de votre  quotidien  « Le Renouveau », le constat a été que certaines légumières implantées dans les différents quartiers présentent un état d’hygiène qui n’est pas vraiment commode. Les légumes vendus sur les étalages présentent quelques fois des feuilles jaunissantes, d’autres étant à moitié séchés. A part cet état de ces légumes, certaines places où sont implantées des légumières présentent un danger pour la santé de la population consommatrice des légumes.A certains endroits, on observe des tas de restes de légumes, des feuilles de manioc, des amarantes, des poivrons, des poireaux et des restes de braise qui bouchent les caniveaux. Dans la plupart des cas, ce genre de business est fait soit à l’entrée, soit à la sortie des avenues où  on implante des légumières pour permettre aux populations de s’approvisionner près de leurs domiciles.  On constate aussi que cette  prolifération des légumières dans les quartiers ne répond pas aux normes de l’hygiène des lieux de travail et des légumes dont les consommateurs sont exposés à un risque certain de maladies. Pour  prévenir les dégâts, les administratifs et les agents de santé  au niveau des communes devraient s’enquérir de la situation et rappeler aux habitants les règles d’hygiène afin de permettre à la population de continuer à s’approvisionner et aux vendeurs de légumes à continuer leur commerce dans de bonnes conditions. 
Alain Ndayisenga (Stagiaire)

Ouvrir