Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PROVINCE DE NGOZI> Etat d’hygiène des aliments vendus au marché du chef-lieu de la commune Kiremba

Il laisse trop à désirer

 

DSC 3245Les conditions d’hygiènes des aliments vendus au marché du chef-lieu de la commune Kiremba en province de Ngozi ne sont pas satisfaisantes. Si rien n’est fait, la santé de la population de la localité risque d’être négativement affectée. 

 

Lors de son passage au chef-lieu de la commune Kiremba, le quotidien Le Renouveau, a constaté quelque chose d’étrange. Des aliments pouvant êtres immédiatement consommés sont étalés en plein air. Il s’agit notamment, des fruits divers, des beignets et du pain. Non couverts, des mouches s’envolent et se posent constamment sur ces aliments et y déposent des saletés ramassées ici et là, sans considérer les poussières ramassées et pulvérisées par le vent. Curieusement, les vendeurs de fruits ne disposent même pas d’eau pour que leurs clients puissent les laver avant de les consommer.Ce que Le Renouveau a constaté et qui étonne le plus et qui fait peur aussi, c’est que la population : hommes, femmes, enfants et personnes âgées, n’hésitent pas à manger ces aliments. Le pire est que les femmes bercent leurs enfants avec ces mêmes aliments avec tous les risques qu’il y a sur la santé de ces enfants dont l’organisme n’est pas du tout résistant aux microbes. « Il n’y a pas un Burundais qui meurt à cause de la saleté. Il mange même la boue quand je suis dans les champs. Combien de microbes se trouvent là-dedans ? », a répondu H.D., une femme qui donnait à son enfant de l’avocat sale avec des mains aussi sales, quand le Renouveau lui demandait si elle n’a pas peur des microbes que pourraient contenir ces aliments. La réponse donnée par cette maman peut susciter des interrogations et inquiétudes comme notamment : Est-ce que les agents de santé communautaire sont à l’œuvre ou pas ?  La population de la commune Kiremba, serait-elle sensibilisée sur les vices d’une mauvaise hygiène ? De toutes les constatations faites, il y a une défaillance chez l’un ou chez l’autre. Raison pour laquelle, les  autorités administratives et médicales devraient s’investir massivement pour une sensibilisation accrue de la population sans oublier de mettre des fontaines d’eau potable au niveau de ce marché et veiller à ce qu’elle soit utilisée pour la promotion d’une bonne hygiène.
Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir