Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

GROGNE DE LA POPULATION> Sur l’irrégularité du ramassage des ordures dans les ménages

Le changement répétitif des associations constitue un handicap

 

DSC 6935La gestion des déchets ménagers continue à être un problème difficile à résoudre. Et la population se lamente que le changement répétitif des associations qui ramassent les immondices constitue un handicap dans la gestion de  ces immondices.    

 

Dans les différents quartiers, la population se lamente que le ramassage des immondices dans les ménages reste un problème. Car des irrégularités se remarquent  dans ce travail.  G. K  qui s’est exprimé sur la situation a indiqué que le maire de la ville de Bujumbura avait fixé des tarifs pour le ramassage des immondices selon les quartiers. Mais cette mesure n’a pas duré longtemps car d’après la population, la société chargée de ramasser les ordures dans cette période ne l’a fait qu’une seule fois.  Après, les autres associations se sont introduites pour faire ce travail mais avec des tarifs différents. Et pour G.K, la population n’a pas été  consultée à ce propos. Un employé d’une nouvelle association chargée de ramasser les immondices dans les ménages de la zone Kanyosha a fait savoir que cette association a gagné le marché mais avec des conditions de travail différents de celles  des premières. Il a souligné qu’au paravent, les immondices ramassées dans les ménages étaient jetées dans le dépotoir se trouvant dans la zone Kanyosha. Mais pour le moment, la mairie a exigé à toutes les associations chargée de la gestion des immondices dans tous les quartiers de cheminer les immondices vers le dépotoir qui est dans la zone Buterere.  C’est pourquoi il  se remarque une  différence dans les tarifs.Il faut signaler qu’avec cette association nouvelle, dans la zone Kanyosha, la  population  paie un montant de sept milles francs (7 000 FBu). Avec l’ancienne  association,  c’était un montant de six mille francs (6 000 FBu) tandis qu’avec les mesures du maire,  c’était  un montant de trois milles francs (3 000 FBu). La population ne comprend pas cette variation des  tarifs tout le temps. Le problème évoqué par notre source est que ceux qui transportent des immondices par tête ou à vélos pourraient se manifester encore. Cela pourra causer des problèmes étant donné qu’ils les jettent  dans des lieux inappropriés.
FIDES NDEREYIMANA     

Ouvrir