Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Commune mutimbuzi> Inondation à certains endroits de la 15e transversale de la zone Maramvya

Le manque de canalisation des eaux de pluie en est la cause

0aac1Les récentes pluies ont occasionné des inondations à certains endroits de la 15e  transversale de la zone Maramvya en commune Mutimbuzi dans la province de Bujumbura. Le manque de canalisation des eaux de pluie en est la cause. Les murs de  certaines parcelles et maisons sont détruits suite aux mares qui s’y trouvent. Ces derniers sont un vecteur de maladies pour les enfants qui y nagent.


La  rédaction  du  journal « Le Renouveau » était dernièrement de passage à la 15e transversale de la zone Maramvya en commune Mutimbuzi dans la province de Bujumbura, pour constater l’inondation  à certains endroits. Le manque de canalisation des eaux de pluie en est la cause. Les parties les plus touchées se situent à la RN 5 et en bas de Kwisamariro.Lorsqu’on emprunte la 15e transversale à partir de  la route nationale Bujumbura-Cibitoke (RN5), les bâtiments sont implantés sur presque tout le long de la route sauf sur les domaines de l’Etat où la population de la localité pratique la riziculture. Plus on monte, plus on voit les maisons endommagées par l’infiltration des eaux de pluie.Tout le long de la route, il n’y a pas de canalisation d’eau. Lorsque la pluie tombe, les eaux stagnent dans les  parcelles formant des mares qui, en plus de détruire les champs et les maisons, peuvent être à l’origine des maladies des mains sales.

A certains endroits, les enfants de la localité nagent dans ces mares sans aucun souci. En bas de l’église Emmaus glory church et dans d’autres endroits de la transversale 15, des pans des murs de clôtures, des murs de maisons sont tombés par terre. Dans certaines  parcelles, les mares ont envahi les maisons jusque devant les portes. Pour de tels cas, les habitants ont des difficultés de quitter les maisons et aménagent un sentier de pierres pour accéder à la route.Il y a une plus grande probabilité d’attraper le paludisme car ces mares constituent des nids des moustiques. Même si les gens utilisent des moustiquaires dans leurs ménages, cela ne suffit pas pour prévenir cette maladie car on n’en utilise que lorsqu’on est au lit. Dans de tels endroits, les vers  intestinaux ne peuvent pas  épargner les  gens surtout les enfants. Sur les parcelles non encore bâties occupées par des cultures, le haricot, le maïs et le manioc sont noyées. 
EzechielMisigaro

Ouvrir