Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Projet d’appui au système de santé-Kira> Atelier média

Ce projet prend en compte la promotion d’un programme de gratuité

 

DSC 0035Le ministère de la santé publique et de la lutte contre le sida à travers la direction générale des Services de santé et de la lutte contre le sida a organisé le mardi, 14 novembre 2017 un atelier média sur les enjeux du projet d’appui au système de santé-kira. L’objectif de ce projet est d’accroitre l’utilisation des services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et de l’adolescent, de qualité. 

 

Dans son discours d’ouverture des activités, Alexis Ndereyimana, conseiller à la direction générale du Service de santé et de la lutte contre le Sida a fait savoir que la politique sanitaire 2016-2025 du ministère en charge de la santé est en phase avec les actes, déclarations et engagements internationaux que le Burundi a souscrits en matière de santé. Cette politique jette le pont entre les objectifs du millénaire pour le développement et les objectifs de développement durable dans le cadre du programme mondial de développement durable (2016-2030).M. Ndereyimana a indiqué que le projet Kira est aligné sur la nouvelle vision du secteur de santé au Burundi (politique nationale de santé 2016-2025) qui prend en compte la promotion d’un programme de gratuité, avec financement basé sur la performance seconde génération avec comme focus le financement basé sur les performances communautaires.  Le projet Kira apporte donc une valeur ajoutée, un soutien financier du financement basé sur la performance communautaire.  L’approche retenue est celle de travailler en étroite collaboration avec les agents de santé communautaire réunis en association reconnues sous l’appellation « groupement des agents de santé communautaires ». Les communautés, principales bénéficiaires des interventions du ministère de la Santé publique doivent s’impliquer davantage comme acteurs directs actifs et non passifs.M. Ndereyimana a également rappelé que le projet Kira apporte aussi son appui financier sur la problématique de la cohérence des données sanitaires et l’utilisation des outils de collecte des données, la problématique de la chaine d’approvisionnement en médicaments et autres intrants entrainant des ruptures de stock au niveau des formations sanitaires. Le projet cherche également à aider le Burundi à généraliser la culture du financement basé sur la performance.

Lucie Ngoyagoye

Ouvrir