Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMUNE GASORWE > Le manque d’hygiène corporelle et vestimentaire

Un signe de la négligence envers les enfants en commune Gasorwe

 

DSC 3317L’hygiène est un problème sérieux particulièrement pour les enfants dans les communautés et les ménages pauvres. La majorité de ces enfants portent des vêtements très sales et ne se lavent que rarement  malgré les efforts fournis par l’administration pour la disponibilité de l’eau potable. Ce qui fait qu’il sont nombreux à être touchés par des maladies de la peau et des parasites.  

 

Dernièrement, la rédaction du quotidien burundais d’informations «Le Renouveau» s’est rendue sur la colline Buringa, zone et commune Gasorwe de la province de Muyinga pour se rendre compte de l’état des lieux de l’hygiène tant corporelle que vestimentaire des enfants. Le constant est que la plupart des enfants rencontrés sur cette colline portent des habits en lambeaux, très sales, qui visiblement n’ont pas été lavés depuis longtemps. «Le Renouveau» s’est entretenu avec certains enfants rencontrés à une source d’eau. Curieusement, ces enfants ne se lavent pas alors qu’ils viennent souvent puiser de l’eau. 

Les conséquences d’une mauvaise hygiène sont multiples 

Beaucoup d’enfants affirment qu’ils se lavent une fois le jour et lavent leurs vêtements une fois le mois ou la semaine. Mais ils soulignent  le manque criant de savons à  cette fin. Même s’ils ne se lavent pas souvent, ces enfants reconnaissent qu’à l’école on leur enseigne de faire l’hygiène corporelle et vestimentaire en se lavant tous les jours et en faisant la lessive régulièrement chaque fois que leurs habits sont sales.  Les enfants rencontrés à Buringa savent que la mauvaise hygiène a des conséquences: maladies corporelles, les maladies des mains sales et autres.Certains parents interrogés se sont exprimés en disant que cet état des lieux est essentiellement dû à la pauvreté.  C’est aussi dû à l’ingratitude de certains enfants qui n’écoutent pas les conseils des parents. Pour d’autres, il y a des parents qui n’achètent pas d’habits à leurs enfants au profit de la bière. « Ceux-là qui s’adonnent aux boissons alcoolisées, je vous jure qu’ils se soucient peu de leurs enfants jusqu’à les envoyer à l’école avec des habits sales ou déchirés », a dit Melchior Bamvune. Quant à Evelyne Niyokindi, c’est la négligence de certains parents qui s’occupent peu de leurs enfants car, dit-elle, « beaucoup de maris préfèrent se procurer de boissons alcoolisées plutôt que de s’acheter du savon à 100 F mais dont ce goût est consideré comme cher». Elle les appelle à changer de comportement et leur rappelle qu’une bonne hygiène prévient les maladies de la peau et celles des mains sales.

Le manque d’eau potable explique en partie cet état des lieux

Pour l’administrateur de la commune Gasorwe, Jean Claude Barutwanayo, le manque d’eau potable dont les conséquences sont énormes, explique en partie la mauvaise hygiène qui s’observe chez certaines gens de la colline Buringa. Celui-ci n’a pas manqué de dire que l’administration sensibilise souvent la population à être propre. « La pauvreté n’est qu’un prétexte. Il faudrait seulement qu’ils changent de mentalité », a souligné M. Barutwanayo.L’administrateur de la commune Gasorwe n’a pas manqué de rapporter qu’une fois que quelqu’un vient demander une audience et qu’on le trouve sale on l’envoie d’abord faire sa toilette dans une douche qui se trouve sur place. « Certains pensent qu’on les stigmatise mais c’est une sorte de sensibilisation à l’hygiène », a-t-il martelé.   
Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir