Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Hôpital de district de Buye> Etat des lieux du paludisme

L’épidémie du paludisme est en régression

 

DSC 3431Grâce aux efforts conjugués du gouvernement et de ses différents partenaires ainsi qu’à la mobilisation de la population par le personnel soignant, l’épidémie du paludisme a fortement diminué depuis le mois de juillet dans le district sanitaire de Buye. Cela ressort d’un entretien que Dr. Jean Claude Ngendakumana,  directeur de ce district, a accordé au journal Le Renouveau. 

 

Journal Le Renouveau (J.L.R) : Monsieur le directeur du district sanitaire de Buye, pourriez-vous nous faire part de l’état des lieux du paludisme dans votre district ?

Dr. Jean Claude Ngendakumana (Dr. J.C.N) : En analysant les statistiques fournies par le Service des informations à l’Hôpital de district de Buye, nous constatons que comparativement à la période d’avant, dans le secteur du ressort de l’hôpital, on ne peut ne pas dire que l’épidémie du paludisme a fortement regressé ces trois derniers mois, de juillet à septembre 2017. 

J.L.R : Quelles sont les catégories de gens les plus vulnérables au paludisme ?

Dr. J.C.N : La catégorie la plus particulièrement touchée par le paludisme est surtout celle des enfants de moins de cinq ans. Mais actuellement, nous remarquons que, dans le service de pédiatrie, il y a peu de cas de cette maladie, si l’on se réfère à la fréquence de la maladie aux mois de février, mars et avril 2017. Nous accueillons de moins en moins de patients qui soufrent de cette maladie.Une autre catégorie de gens vulnérables au paludisme, ce sont les femmes enceintes. Là aussi, nous observons une avancée positive. Cela parce qu’il y a eu une campagne de distribution des moustiquaires imprégnées d’insecticides à longue durée d’action à travers tout le pays. En plus des enfants et de ces femmes enceintes, il y a aussi des enfants de plus de cinq ans et des adultes qui ne sont pas épargnés par cette épidémie.

J.L.R : A quoi serait due cette diminution de cas ? Pourrions-nous dire qu’elle est due à cette distribution de moustiquaires ?

(Dr. J.C.N) : Ce recul est dû aux efforts conjugués du gouvernement et des Organisations non gouvernementales (ONGs) qui appuient en matière de santé pour juguler cette épidémie qui faisait tressaillir au début de l’année. La distribution des moustiquaires a aussi joué un grand rôle mais on ne peut pas ignorer le rôle de mobilisation des prestataires au niveau des formations sanitaires (Centres de santé) du ressort du district  sanitaire de Buye qui ont donné un paquet complémentaire à la population. Ce qui a permis de lutter considérablement contre le fléau.
Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir