Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MUNICIPALITE DE BUJUMBURA> Problématique de la salubrité après la mise en place de BCCO

L’entreprise collabore avec la mairie pour y trouver une solution durable

 

DSC 1553Après une certaine période de mise en place de l’entreprise « Bujumbura cleaning company» (BCCO), laquelle est chargée de collecter les déchets ménagers dans les différents quartiers de la mairie de Bujumbura, des populations bénéficiaires de ces services ne cessent de se lamenter sur le recouvrement de l’argent ainsi que sur la collecte des déchets dans les ménages. Mais, la direction de BCCO s’exprime sur certaines difficultés concernant les services offerts, et promet qu’elle va  y apporter une solution dans les meilleurs délais. 

 

La rédaction du quotidien burundais d’informations «Le Renouveau» s’est rendue, le mercredi 4 octobre 2017, dans différents quartiers  de la mairie de Bujumbura pour se rendre compte de la situation de l’insalubrité après l’octroi du marché à l’entreprise BCCO pour collecter ces déchets au niveau des ménages. Le constat est que dans certains quartiers des zones comme Kamenge, Buyenzi, Kanyosha et d’autres, il s’observe  la persistance des montagnes d’immondices ainsi qu’une multitude des dépotoirs sur les routes et  sur les rives des rivières qui traversent ces différentes zones. En zone Buyenzi dans la commune urbaine de Mukaza, la population a indiqué qu’il y a à peu près trois mois que les employés de BCCO ne viennent ni pour recouvrer leurs frais liés aux services, ni pour collecter ces derniers. Dans les autres quartiers de ces différentes zones visitées, la population a également évoqué le même problème. Les habitants ont indiqué que les camions chargés de faire ce travail viennent pour collecter les déchets, mais même ceux qui ne sont pas abonnés veulent profiter de ces services. « Et cela cause beaucoup de désordre, et les agents de la BCCO quittent les lieux sans avoir fait le travail,», ont-ils affirmé. Ces derniers ont indiqué qu’actuellement, le travail de collecte des déchets est confié aux personnes privées qui viennent les collecter au niveau des ménages afin d’aller les jeter, soit au niveau des routes, soit sur les rives des différentes rivières. 

La direction de BCCO s’exprime

«Le Renouveau» s’est également entretenu avec les responsables de BCCO, pour savoir si la direction de l’entreprise est au courant de cette situation. Selon Patrice Magnus Nyandwi, responsable chargé de la supervision des travaux à BCCO, quand la mesure avait été prise par les autorités habilitées, personne ne savait qu’il y aura des gens qui pourront refuser de payer les frais en contre partie, en acceptant de continuer à vivre avec ces ordures des déchets ménagers, sans se rendre compte des graves conséquences qu’ils peuvent causer. M. Nyandwi a informé qu’au niveau de BCCO, le problème est déjà connu depuis quelques mois. « Mais, le seul et unique problème est dû aux irrégularités de payement des frais en contre partie par les bénéficiaires de nos services. Ces derniers jours, on a observé des gens qui ne veulent pas payer, mais par contre, qui veulent bénéficier des services. Avec ces irrégularités dans le payement, les moyens ont remarquablement diminué. Ce qui a beaucoup handicapé la bonne  réalisation des travaux », a précisé M. Nyandwi. Pour ce dernier, il faut que les gens comprennent que la mesure de collecter les déchets au niveau de tous les ménages de la mairie n’est pas venue comme un fardeau  à la population mais plutôt que c’est pour leur bien être.

«Des mesures seront bientôt prises pour remédier à ces irrégularités»

Pour rappel, M. Nyandwi a informé que l’entreprise BCCO a obtenu le marché sous contrat avec la mairie de Bujumbura. Pour cela, il a signalé que pour régler ces irrégularités, ils sont en train de travailler en synergie pour que des mesures adéquates soient prises à l’encontre de ces gens qui ne veulent pas payer, mais qui veulent bénéficier de leurs services. « Et je vous dis que d’ici peu, le problème de collecte des ordures ménagères dans tous les quartiers de la mairie de Bujumbura sera réglé », a promis M. Nyandwi, tout en tranquillisant cette minorité de gens de bonne foi qui paie régulièrement. 
Avit Ndayiragije

Ouvrir