Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Maladies cardiovasculaires> Les facteurs de risque

Certains sont modifiables et d’autres ne le sont pas

 

Les facteurs de risques des maladies cardiovasculaires sont nombreux. Comme l’a indiqué le cardiologue Marc Nimburanira dans un entretien accordé aux journalistes, certains de ces facteurs sont modifiables au moment où d’autres ne le sont pas. 

 

Les maladies cardiovasculaires ne touchent pas seulement les personnes aisées comme la plupart des personnes le pensent. Ces maladies touchent tout le monde. Les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires sont trouvables partout que ce soit pour les personnes à ressources limitées, que ce soit pour les personnes nanties, a dit M. Nimburanira.Les facteurs sont notamment le tabagisme, le diabète. L’hypertension artérielle peut arriver à n’importe quel âge même chez l’enfant. La surcharge pondérale peut être trouvée chez n’importe quelle personne. M. Nimburanira encourage les personnes à faire des activités physiques  régulièrement, à avoir une alimentation riche en légumes et fruits, à avoir un poids idéal de 25 kilos/m2.Selon M.Nimburanira, certains facteurs  de risque cardiovasculaire ne sont pas modifiables. Il a cité, à titre illustratif, le sexe. L’homme est le sexe le plus touché par rapport à la femme. Quant à l’âge, la femme à plus de 65 ans et l’homme à plus de 55 ans sont plus à risque à développer une complication à long terme sur le plan cardiaque. D’autres facteurs non modifiables sont de antécédents familiaux.Les facteurs de risque cardiovasculaires qui sont modifiables sont, entre autres, l’hypertension artérielle qui peut subvenir à n’importe quel âge, a fait savoir Dr. Nimburanira.  Ce dernier a allongé la liste en évoquant le diabète, le cholestérol, l’obésité c'est-à-dire la surcharge pondérale. Au delà de 25 kilos/m2, l’individu commence à entrer dans une situation d’obésité.A part ces facteurs modifiables ci-haut cités, Dr. Nimburanira a fait savoir qu’il y a d’autres facteurs. La consommation éthylique est l’un des facteurs prédisposant. Pour lui, il faut consommer d’une manière modérée.  L’autre facteur prédisposant est par exemple quand la femme a atteint la ménopause. Quand elle n’a plus d’hormones intrinsèques, la femme ménopausée court aussi le risque cardiovasculaire que l’homme, a dit M.Nimburanira.
Martin  Karabagega

Ouvrir