Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

URBANISME> Etat des lieux de la voirie du quartier Gatoke

Son état est admirable à l’exception de son prolongement vers Kiriri

 

IMG 601Le quartier Gatoke est situé dans la commune urbaine de Mukaza, zone Rohero. Sa voirie est à admirer dans sa première partie. Le contraire se remarque dans sa deuxième partie vers Kiriri car les travaux de construction continuent dans ce milieu.

 

En circulant dans le quartier Gatoke, Le Renouveau a constaté que la voirie y est admirable en général même si, à son prolongement vers Kiriri, elle est à critiquer. Cela est dû au fait que dans cette deuxième partie, certaines maisonssont en cours de construction.
Dans la première partie de ce quartier, la voirie est faite d’avenues toutes pavées et les caniveaux sont bien entretenus. Le pavage de ces avenues est venu comme une réponse au mauvais état de la voirie de ce quartier, il y a deux ans. Aujourd’hui, les détenteurs d’automobiles sont contents de cet état des avenues du quartier Gatoke. La circulation y était très gênée avant l’aménagement des avenues, ce qui tendait à y diminuer la fréquentation. Cela n’est plus le cas car les véhicules de touts genres y circulent normalement. La deuxième partie du quartier Gatoke se situe entre le quartier Gasekebuye et Kiriri-Vugizo. Ce dernier, étant en cours de construction, est fait d’avenues qui sont ni pavées ni goudronnées. La circulation est gênée par des dépôts de pierres et de sable qui se remarquent sur les bords des avenues passant dans le quartier. Cela est ainsi alors que ces avenues sont beaucoup fréquentées par des bennes, transportant les matériaux de construction. En plus de ces bennes, d’autres petits véhicules y passent fréquemment car la plupart des maisons sont déjà occupées dans ce quartier. La circulation pour ces derniers est aussi perturbée car des dos-d’âne s’y remarquent certainement. Les vélos et les motos, même si ces derniers n’y sont pas fréquents, y passent difficilement. Trop de poussière suit aussi le passage d’un véhicule nuisant ainsi à la santé des cyclistes et des piétons qui passent dans ces avenues car ils sont les plus touchés par cette dernière.
Bref, le quartier est très admirable par sa voirie. Mais la partie de son prolongement vers Kiriri nécessite, elle aussi, le pavage des avenues pour garder tout le quartier à l’état non critique.
ERIC SABUMUKAMA
(STAGIAIRE)

Ouvrir