Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Commune Bugendana > Sensibilisation sur la santé de la reproduction

Par le biais des films éducatifs adaptés au milieu rural

 

IMG 1693Le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida, via le programme national de la santé de la reproduction (PNSR), a effectué une descente du 12 au 16 juin 2017 dans les communes Bugendana et Mutaho. Les sensibilisations de masse sur la santé de la reproduction par des films éducatifs étaient l’objet de ladite descente.

 

En compagnie des journalistes, les cadres du ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida ont effectué une descente dans la commune Bugendana. Ils ont projeté des films avec des messages qui montrent les bienfaits de l’utilisation des méthodes contraceptives, les conséquences liées à la forte démographie, mais aussi les risques qui peuvent arriver aux jeunes adolescents qui s’adonnent au vagabondage sexuel. Ils ont par après fait des jeux concours par lesquels ils posent des questions en rapport avec la santé de la reproduction. Ceux qui ont répondu correctement ont été primés.
Godelieve Mbonimpa est une femme qui habite dans la zone Mutoyi. Elle a été ravie des activités que le ministère en charge de la santé publique est en train d’organiser. « D’abord, je suis contente de regarder un film à la télévision. Avant, je pensais que les télévisions ne peuvent pas bouger et appartiennent par conséquent aux gens qui ont un accès au courant électrique. Mais aujourd’hui, je réalise qu’il y a des télévisions mobiles. Ensuite, avec la projection des films, j’ai reçu beaucoup d’informations en rapport avec les méthodes contraceptives modernes utilisées dans la planification familiale. Avec les jeux-concours, les questions posées et les réponses données contiennent beaucoup d’informations qui éveillent notre conscience. Personnellement, je ne savais pas qu’une fille peut tomber enceinte alors qu’elle n’a pas encore vu ses premières règles. Aussi, j’ai appris d’utiles informations sur les risques des mariages précoces », a-t-elle mentionné.

Les gens réticents peuvent être éveillés par les films éducatifs sur la santé de la reproduction

Une autre femme qui a gardé l’anonymat a indiqué que les sensibilisations à la planification familiale sur beaucoup d’importance, car, elles éveillent la conscience des gens qui sont réticents à cette politique. Elle a donné un exemple des hommes qui n’acceptent pas que leurs femmes adhèrent à la planification familiale en les intimidant que si elles ne veulent pas mettre au monde, ils vont chercher les enfants chez d’autres femmes.
Elle a aussi révélé que les confessions religieuses restent toujours une barrière à l’utilisation des méthodes contraceptives modernes. « Certaines confessions religieuses ordonnent à leurs fidèles d’utiliser seulement les méthodes naturelles pour espacer les naissances. Il y a celles qui donnent même des sanctions aux chrétiens qui passent outre ces ordres et vont dans les structures de soins pour demander les méthodes contraceptives », a-t-elle dit.
Notre source demande au ministère en charge de la santé publique de travailler en synergie avec les confessions religieuses pour se convenir sur les méthodes utilisées dans la planification familiale.
Le coordinateur provincial de la santé de la reproduction, Dieudonné Hatungimana a fait savoir que le taux de prévalence contraceptive dans la province de Gitega en 2015 a été de 20,19% et de 26,24% en 2016. Il a indiqué que la prévalence a augmenté parce qu’il y a eu beaucoup d’intervenants dans la santé de la reproduction. En outre, les confessions religieuses commencent à exercer moins de rigueur sur les chrétiens qui veulent utiliser les méthodes modernes de contraception.

Les méthodes modernes de planification familiale n’ont pas en général de conséquences néfastes sur la santé de l’Homme

Le directeur du programme national de santé de la reproduction, Juma Ndereye, a, quant à lui, informé la population que les méthodes modernes utilisées pour la planification familiale n’ont pas en général de conséquences néfastes sur la santé humaine. C’est pour cette raison qu’il la conseille de ne pas prêter oreille aux propagateurs des rumeurs. « Il faut approcher les prestataires de soins pour leur demander comment utiliser les méthodes modernes de planification familiale et quels sont les effets pour chaque méthode », a-t-il signalé.
Il a annoncé que les projections des films éducatifs en milieu rural ont pour objectif de donner des informations nécessaires sur la santé de la reproduction à grande échelle parce que le ministère en charge de la santé publique a constaté que toute la population n’a pas accès à la radio pour recevoir ces informations.
Quant aux confessions religieuses qui bloquent la vulgarisation des méthodes modernes de planification familiale, il a précisé que tous les messages donnés sont nécessaires pourvu qu’ils visent le même objectif de stabiliser une démographie galopante au Burundi.
Rose Mpekerimana

Ouvrir