Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Au centre de sante Bwiza-Jabe> Campagne de la Semaine Santé mère-enfant, 1ère édition 2017

La population n’a pas répondu massivement

 

DSC 0664Au centre de santé Bwiza-Jabe, la campagne de la Semaine Santé mère-enfant a débuté avec un retard. Cela est dû au retard d’acheminement des médicaments à ce site ainsi qu’au fait que les parents sont venus tardivement. La Semaine Santé mère-enfant va durer quatre jours à travers tout le pays, c'est-à-dire du 19 au 22 juin.

 

Pour Véronique Niyonzima, responsable du site situé au centre de santé Bwiza-Jabe, les gens ont l’habitude de venir au compte-gouttes surtout le premier jour. Ils viennent nombreux, surtout le dernier jour, là où on peut observer une longue file de gens en attente de recevoir le vaccin. On peut dire que les enfants ne sont pas nombreux dans les centres de santé, car beaucoup d’autres enfants reçoivent le vaccin à leurs écoles.
Mme Niyonzima a rappelé que les enfants de 6 à 59 mois vont recevoir la vitamine A. Les enfants âgés d’une année à 14 ans ainsi que les femmes enceintes à partit du deuxième trimestre de grossesse vont être déparasités avec l’albendazole. Les enfants âgés de 9 mois et ceux d’une année et demi vont recevoir le vaccin combiné anti-rougeoleux anti-rubéoleux. Ce dernier est désormais introduit dans la vaccination de routine. En plus de cela, il y aura surtout la diffusion des messages pour la promotion de la santé en rapport avec le lavage des mains avec de l’eau propre et du savon, stratégies de lutte contre le paludisme, etc.
Selon quelques parents rencontrés sur place, certains d’entre eux ignorent l’importance du vaccin. D’autres pensent que ces vaccins sont nombreux, qu’ils peuvent causer probablement des problèmes dans le corps d’un enfant.
Quant aux femmes enceintes, elles ont révélé qu’elles ne savaient pas que le déparasitage est d’une importance capitale sur leur vie. Mais, grâce aux messages de sensibilisation dans différentes stations de radios, et par les agents de santé communautaire, les femmes prennent conscience de l’importance du déparasitage.

Lucie Ngoyagoye

Ouvrir