Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MUNICIPALITE DE BUJUMBURA> La vie menée par les femmes balayeuses

Elle n’est pas du tout bonne

 

IMG 101000Dans le cadre de rendre propre la municipalité, la mairie de Bujumbura a pris des initiatives, notamment en engageant des personnes qui balayent des axes principaux et certains lieux publics. Ce sont surtout des femmes. Mais, certaines des balayeuses engagées par la mairie se plaignent qu’il arrive des cas où un retard de paiement de salaire s’observe alors que la plupart d’elles sont des veuves. Ces femmes balayeuses demandent à leur patron de revoir à la hausse leur salaire, compte tenu du coup de la vie.

 

La majorité des personnes engagées par la mairie de Bujumbura sont des femmes. Ces dernières ont la tâche de balayer les axes principaux et certains lieux publics de la municipalité de Bujumbura. Non seulement ladite municipalité est propre, mais aussi ces employées remercient vivement la mairie de Bujumbura. Elles disent que bien qu’elles soient non instruites, elles ont un travail rémunéré. Ces propos ont été recueillis par le quotidien burundais d’informations Le Renouveau, auprès de certaines femmes balayeuses qu’elle a trouvées sur le lieu du travail.
L’une des femmes balayeuses rencontrée en train de vaquer à ses activités a affirmé qu’elle est, depuis un bon moment, employée de la mairie de Bujumbura. Elle a dit que son salaire journalier est de 2 500 Fr mais qu’elle le touche en totalité à la fin du mois. Elle a ajouté qu’il arrive des cas où un retard de paiement de salaire s’observe. « On peut passer deux ou trois mois sans que nos salaires nous soient versés, alors que la plupart d’entre nous sont des veuves et n’avons pas d’autres ressources. Nous n’avons pas nos propres maisons, nous sommes des locataires. Nous avons des enfants que nous prenons en charge. Nous avons le devoir de les nourrir, les vêtir, leur payer les frais de scolarité, les frais de soins de santé en cas de maladie, etc. Aussi, quand nous sommes au travail, nous devons manger, boire de l’eau, etc. En plus, il y en a qui habitent loin et qui sont obligées de prendre des bus pour arriver au lieu du travail », a- t- elle déclaré.
Les femmes balayeuses, employées par la mairie de Bujumbura aimeraient que leurs salaires leurs parviennent à temps. Si c’est possible, elles demandent aussi à leur patron de revoir à la hausse leur salaire.

Evelyne Habonimana

Ouvrir