Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

TEMOIGNAGE> D’une personne vivant avec l’asthme

Elle se sent presque guérie

 

L’asthme est parmi les maladies chroniques qui menacent la vie de nombreuses personnes. Mais en consultant les médecins, le (la) malade peut ne pas avoir beaucoup de complications. Cela émane d’un témoignage d’une femme de 65 ans, institutrice à l’Ecofo Kabondo, asthmatique depuis 1981.

 

Mme Y. a grandi à l’intérieur du pays. Elle est descendue à Bujumbura en 1981. C’est à ce moment qu’elle a commencé à sentir quelque chose qui n’allait pas. « Je toussais beaucoup et je suis allée me faire consulter pour voir si je souffrais de tuberculose mais on ne l’a pas trouvée. Je suis allée voir Dr Kabondo, c’est lui qui m’a dit que je souffre d’asthme. Je souffrais beaucoup. Je ne pouvais pas participer aux fêtes ; j’ai risqué même d’abandonner le travail parce que cette période là, je ne terminais pas la leçon », dit l’asthmatique.
On lui a suggéré d’attraper un corbeau pour qu’il aspire dans sa bouche et qu’elle guérira. Elle a envoyé les enfants courir derrière le corbeau pour l’attraper mais en vain.
«On m’a orientée chez une tradi-praticienne à Kanyosha me disant qu’elle guerit facilement l’asthme. Celle-là m’a donné un médicament dès que je le prenais, je vomissais jusqu’à ce que je me sente trop mal. La tradi-praticienne me disait de retourner le jour suivant avec 10 000 FBu, 10 œufs et une bouteille de miel. J’ai régulièrement pris le médicament qu’elle m’avait donné mais la maladie s’aggravait davantage».

«Dr F. N. m’a beaucoup aidé»

«Je me suis rendue à la clinique Prince Louis Rwagasore et je remercie beaucoup les infirmières de la façon dont elles m’ont aidée. Elles m’ont enfin orientée chez Dr F. N. Je m’y suis rendue mais j’y ai trouvé seulement de petits enfants. Je suis allée le voir pour la deuxième fois, je l’ai vu et nous nous sommes parlés. Il m’a prescrit des médicaments que j’ai pris suivant ses instructions. A partir de là, j’ai commencé à me sentir mieux. Je n’ai plus de complications, j’enseigne bien. Je me sens presque guérie. Je remercie Dieu qui m’a fait tout cela en passant par le Dr F. N».
Son conseil: consulter les médecins chaque fois qu’on se sent mal et ne pas recourir aux tradi-praticiens.
Olivier Nishirimbere

 

Ouvrir