Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

AMENAGEMENT> Le boulevard du Peuple murundi

Son entretien est satisfaisant mais il y a encore à faire

 

Le boulevard du Peuple murundi est actuellement bien entretenu. Tous les trous qui le caractérisaient sont actuellement comblés et celui-ci semble neuf. Pourtant les trottoirs sont fortement dégradés et méritent eux aussi la réhabilitation.

Dans le but de se rendre compte de la réaction réservée à l’endroit des différents appels lancés et des mécontentements des usagers du Boulevard du Peuple murundi qui était à plusieurs endroits fortement dégradé, le quotidien burundais d’informations Le Renouveau a exploré, le mardi 28 mars 2017, ce boulevard depuis la Place de l’Indépendance au rond-point des Nations unies à Ngagara.
Lors de cette descente, la rédaction du Renouveau a constaté que ce boulevard du Peuple murundi est actuellement bien entretenu. Presque tous les trous qui jalonnaient cet axe de circulation sont comblés.
A la hauteur du Water Front Hotel (ex-NOVOTEL), à la rencontre de ce boulevard avec le boulevard de l’Uprona, dans les deux sens, il y avait de grands trous qui rendaient la traversée difficile. Ces trous sont comblés et recouverts d’asphalte. Tout près du PSR, à sa jonction avec l’avenue de l’Université, se trouvait un grand faussé. Celui-ci a été comblé. Ce qui contribue d’ores et déjà à la réduction des embouteillages qui s’observent souvent à ce carrefour.
Une autre partie autrefois fortement dégradée, c’est à la hauteur de l’hôtel Albatros, au point de rencontre du boulevard avec l’avenue de la Jeunesse. Se rendre à Jabe ou venir de Jabe via cet endroit était embarrassant à cause d’un grand trou qui se trouvait au milieu de la chaussée.
La situation était la même tout près de l’Eglise pentecôte de Ntahangwa, à la rencontre du boulevard du Peuple murundi avec l’avenue de l’Imprimerie. Là aussi, les géants nids de poules qui s’y trouvaient ont été comblés et macadamisés.

Il y a encore à faire

Nonobstant, la rédaction du Renouveau a constaté que même si tous les trous sont fermés, il y a encore du travail à faire pour pouvoir protéger cette infrastructure. Les trottoirs pour piétons se trouvent dans un état déplorable surtout depuis la 1ère avenue à la 6ème avenue Bwiza. S’ils ne sont pas eux aussi réparés, ceux-ci constituent des verres rongeurs, source de la dégradation ultérieure de cet axe de communication.

Jen Bosco Nkunzimana
(Stagiaire)

Ouvrir