Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MINISANTE> Fermeture des structures sanitaires hors normes

Pour corriger certaines irrégularités qui s’observent

 

aaaqsdgf Le mercredi 12 avril 2017, le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida a procédé au lancement officiel de la fermeture des structures sanitaires travaillant hors normes. Cela se fait après une inspection qui avait été menée dans ces derniers jours. Les structures sanitaires ciblées sont surtout des centres optiques, des points de vente et des centres de santé.

 

 L’activité était organisée par le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida, mais surtout elle a été exécutée par l’inspection générale dudit ministère représenté par Dr Providence Munezero. Cette dernière a fait savoir que, dans l’inspection qu’on a faite, on a pu identifier vingt-huit structures sanitaires dans la municipalité de Bujumbura qui ont eu l’autorisation du ministère pour exercer leurs activités en mairie, mais qui ont des irrégularités qui nécessitent d’être corrigées dans les meilleurs délais. D’où leur fermeture pour que les propriétaires de ces structures sanitaires prennent le temps de mettre les choses en ordre.
Parmi ces structures de santé, il y a celles qu’on accuse d’utiliser un personnel non qualifié, d’autres qui ont l’autorisation pour une seule structure, mais qui en installent deux ou trois. D’autres sont des centres de santé qui ne disposent pas de matériel suffisant pour accueillir les patients et les hospitaliser. L’exemple est celui d’un centre de santé qu’on a rencontré à Kinama, le centre de santé « Etoile de l’avenir de Kinama » où la fosse à cendres et la toilette sont confondues. C’est le cas également d’une structure sanitaire où une patient qui doit payer une facture de 80 600 FBu après une semaine d’hospitalisation. Il y a d’autres centres de santé qui disent faire des services, mais en même temps ils confondent la salle de petite chirurgie avec la salle d’accouchement.
L’autre structure sanitaire qui a été fermée est le Centre de santé « Saint Luc de Buterere ». L’accusation portée contre celui-là est que les recommandations faites lors des inspections antérieures n’ont pas été exécutées. L’inspecteur leur a demandé de corriger les irrégularités qui s’y observent et enfin aller le signaler pour continuer leurs activités.
La population de Buterere se plaint comme quoi elle ne voit pas comment elle va se faire soigner parce que ce Centre de santé constituait un grand avantage pour elle. « En plus que c’est très proche, les médecins nous aidaient beaucoup. Même quant nous n’avons pas d’argent, on nous soignait et nous payions plus tard. C’est une grande perte pour nous », dit la population de Buterere.

Olivier Nishirimbere (Stagiaire)

Ouvrir