Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ENVIRONNEMENT> Le ravin de Mugoboka


Très actif, il menace la population environnante

 

aaaqsfg Le ravin de Mugoboka est un des ravins les plus actifs en Mairie de Bujumbura. Malgré le danger qu’il constitue par son évolution, certaines gens continuent d’y ériger leurs maisons.

 

 Le quotidien burundais d’informations, Le Renouveau a effectué une descente au ravin de Mugoboka dans le quartier de mutanga sud. L’objectif de cette visite était de se rendre compte de son évolution et des facteurs moteurs de cette évolution.
Il a constaté qu’avec une profondeur d’environ 100m et une largeur maximale avoisinant 300m au large de Sororezo I, le ravin de Mugoboka est encore en phase d’activité intense. Cette dynamique vertigineuse s’explique par sa géologie ainsi que les activités humaines qui s’y pratiquent.
La géologie de Mugoboka est essentiellement faite de phyllites. Ce sont des formations métamorphiques issues de la transformation de l’argile sous une très haute température et une pression suffisamment élevée. Les amphiboles dominent dans ce ravin.L’altération de ces minéraux donne un sol de type hygroferralsols. Ce sont des sols ayant moins de 20% d’argile dans leur composition. Ces sols sont par cet effet appelés sols légers sablo-argileux. Pendant les saisons humides, ces amphiboles mélangés de sable sont mouillés et solifluent. Ils entraînent des volumes importants de terre. Ainsi le ravin se développe. Partout dans ce ravin, ce mouvement de solifluxion s’observe.
Un autre constat est que les habitants voisins de ce ravin qui y construisent leurs maisons participent énormément à son dynamisme. Les eaux issues de ces ménages connaissent un écoulement concentré. Sur ces sols sablo-argileux moins cohérents, ces eaux ont une activité érosive très intense. Beaucoup y orientent des caniveaux d’évacuation des eaux. Ils ignorent que ce type de sol ne résiste pas beaucoup à l’érosion même en étant recouvert par une végétation.Les cultivateurs qui exploitent ses versants fragilisent aussi le sol et l’expose au travail de l’érosion qui évacuent vite le sol labouré.
A l’allure qu’il connaît, le ravin de Mugoboka menace beaucoup les habitants de Mugoboka et de Sororezo. Sa stabilisation ne sera pas facile à cause de ses conditions morpho-géologiques. Il continue à la fois de s’encaisser et de s’élargir.

Jean Bosco Nkunzimana
(Stagiaire)

Ouvrir