Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SANTE> Clôture de la 6è Conférence scientifique sur la santé

Le gouvernement du Burundi s’engage à poursuivre la mise en application de toutes les recommandations issues de cette conférence

 

DSC03809Le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida, en collaboration avec le ministère à la présidence chargé des Affaires de la Communauté est africaine, ainsi que le secrétariat exécutif de la Communauté est africaine a procédé le vendredi, 31 mars 2017 à la clôture de la 6è Conférence scientifique annuelle sur la santé et une exposition commerciale internationale des produits de santé au sein de la Communauté est africaine.

 

Dans son discours de circonstance, Joseph Butore, Deuxième vice-président de la République du Burundi a remercié tous les participants à cette conférence pour leur engagement à trouver ensemble des solutions durables pour les défis du secteur de la santé au sein de la Communauté est africaine. Le Deuxième vice-président de la République a fait savoir que le changement climatique et son influence sur les déterminants sociaux et environnementaux de la santé, la mondialisation dans le contexte d’une forte croissance démographique dans nos pays, sont autant de facteurs identifiés, susceptibles d’augmenter les maladies endémiques et épidémiques dans la sous- région.
M. Butore a fait savoir que le gouvernement se félicite d’ailleurs que les questions sécuritaires ne constituent plus un frein au processus d’intégration régionale. Il demande aux participants à la conférence venus d’autres pays, d’être de vrais ambassadeurs sur tout ce qu’ils ont vu, pour que le reste de la communauté internationale ne continue pas à se fier aux informations non vérifiées. Le Deuxième vice-président Butore a également profité de l’occasion pour exprimer sa gratitude à l’endroit de tous les partenaires en santé qui ont appuyé cet événement. Le gouvernement du Burundi s’engage à poursuivre la mise en application de toutes les recommandations issues de cette conférence. Il s’engage en outre à promouvoir toutes les conditions favorables à la mise en œuvre des recommandations et appelle tous les Etats membres de la CEA à agir en synergie dans leurs interventions, en vue d’une mise en œuvre totale et rapide.

La coopération entre les Etats membres de la CEA est importante

Enfin, le Deuxième vice-président de la République à exhorté les Etats membres de la Communauté est-africaine de continuer à mener des actions communes et harmonieuses, en vue de la maîtrise des défis en matière de santé dans la droite ligne du règlement sanitaire international (RSI) pour que notre communauté soit à l’abri des maladies épidémiques et pandémiques, et puisse atteindre les Objectifs du développement durable (ODD).
Pour Josiane Nijimbere, ministre de la Santé publique et de la lutte contre le sida, cette 6è Conférence est une opportunité pour les Etats membres de la Communauté est-africaine d’échanger des expériences en matière de prévention et de riposte mais aussi de partager les résultats des recherches dans le secteur de la santé. Le renforcement de la coopération entre les Etats membres de la CEA est importante et nécessaire dans la lutte contre les maladies émergentes, les épidémies et les maladies pandémiques.

Des recommandations pertinentes ont été formulées

Pierre Claver Kazihise, qui a représenté la Commission scientifique de recherche sur la santé a fait savoir qu’après différentes présentations et échanges, des recommandations pertinentes ont été formulées. Il est recommandé aux Etats partenaires ainsi qu’au Secrétariat exécutif de la CEA d’appuyer les recherches ainsi que les exhibitions, de faciliter la mise en œuvre des recommandations issues de cette conférence. Un fond compétitif régional doit être mobilisé pour soutenir les initiatives de la CEA.
M. Kazihise a indiqué qu’il est nécessaire d’établir un centre régional d’excellence pour la gestion des émergences, des épidémies ainsi que des pandémies. Il faut également renforcer les capacités des laboratoires pour pouvoir faire le diagnostic des maladies infectieuses. Il est nécessaire aussi de renforcer les capacités en matière des ressources humaines à tous les niveaux.
Il est également recommandé de mettre en œuvre des stratégies adaptées pour contrôler les épidémies potentielles très rapidement qui impliquent les maladies comme l’hépatite B, l’hépatite C, la tuberculose, l’Ebola ainsi que la grippe aviaire.
Enfin, il est recommandé de promouvoir l’échange ainsi que l’adoption de meilleures pratiques, le réseautage et les opportunités, la gestion des connaissances pour informer au niveau des pratiques et de politiques.
Signalons que le Burundi a passé le témoin à la République Unie de Tanzanie qui abritera la 7ème Conférence scientifique sur la santé au mois de mars 2019.
Lucie Ngoyagoye

Ouvrir