Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ENTRETIEN> Avec un des responsables de l’ETPT

La section de nutrition créée contribuera dans la promotion de ce domaine

 

L’Ecole panafricaine des techniques paramédicales de Bujumbura (EPTP) est une école secondaire disposant d’une section de nutrition. Le but de la création de cette section dans cette école était de contribuer à la promotion de ce domaine dans le pays.

 

Dans un entretien que le quotidien d’information Le Renouveau a eu avec Claude Manirambona, conseiller juridique à la représentation légale de cette école, l’idée d’ouvrir celle-ci a commencé en 2011. Les fondateurs de cette école venaient de rentrer de la Tanzanie où ils étaient exilés. Ils avaient constaté qu’il n’y avait aucune école secondaire au Burundi qui enseignait la nutrition. « La plupart des techniciens qui travaillent dans ce domaine ont été formés à l’étranger, raison pour laquelle nous avons pris cette initiative. Notre objectif était d’apporter une contribution dans le domaine de la nutrition, a dit M. Manirambona ».
Même dans les différentes universités de ce pays, la main-d’œuvre dans ce domaine est insuffisante, raison pour laquelle les enseignants dont cette école dispose proviennent en grande partie de l’étranger. Ils ont fait un effort particulier pour travailler avec un personnel suffisant et qualifié, a-t-il ajouté.
M. Manirambona a fait savoir que le matériel didactique est suffisant même si des irrégularités ne manquent pas. Le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida ne pourrait pas leur accorder l’autorisation de travailler sans matériels didactiques, a-t-il signifié.
Le conseiller juridique à l’EPTP a recommandé au gouvernement burundais, via les ministères en charge de la santé et de l’éducation, de bien vouloir collaborer afin de leur octroyer l’agrément qu’ils ont déjà demandé. Ainsi, les lauréats de cette école ne seront pas victimes du manque d’agrément et seront autorisés à se présenter à l’examen d’Etat comme les autres enfants de ce pays.

Martin Karabagega

Ouvrir