Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

VISITE> « Kerebuka », association des femmes de la zone Cibitoke

Elles lancent un appel au ministère en charge des affaires sociales et aux bienfaiteurs de leur venir en aide

 

IMG 0026Le quotidien burundais d’information « Le Renouveau » a visité le mercredi 25 janvier 2017 une association des femmes connue sous le nom de « Kerebuka » en zone Cibitoke de la commune Ntahangwa. Ces dernières s’entraident mutuellement et s’accordent des crédits.

 

L’association Kerebuka a été créée en 2016 au mois de mai. Son but est d’aider les femmes désœuvrées et analphabètes à sortir de la pauvreté qui les guette. Les membres de ladite association se rencontrent, une fois la semaine, le mercredi de 9h à 10h.
Mwanaidi Bampishinama, présidente de cette association a fait savoir que l’association Kerebuka vit grâce aux cotisations des membres. Elles ont deux formes de cotisations, une pour s’entraider mutuellement en cas d’événement heureux ou malheureux, etc.. Là, chaque membre donne 200 FBu par semaine. « Nous nous soutenons dans les meilleurs et les pires moments », a-t-elle précisé.
L’autre cotisation, c’est pour s’accorder des crédits. Chaque membre cotise 5 000 FBu par semaine et si une membre de l’association veut faire un petit projet, on lui octroie un prêt à rembourser après un mois avec un intérêt de 10%.
Marceline Musavyi, une membre de l’association, indique que « Kerebuka » est venu au moment opportun et remercie sincèrement ceux qui ont créé la dite association. « Grâce au prêt que l’association m’a octroyé, je fais un petit commerce de légumes et je parviens à vivre », dit-elle.
A la question de connaître les projets de l’association Kerebuka pour l’an 2017, Mme Bampishimana dit qu’elles prévoient faire l’élevage des poules et le petit commerce.
Les membres de l’association se félicitent du pas déjà franchi, mais affirment qu’elles ont un problème financier et lancent un appel au ministère en charge des affaires sociales et aux bienfaiteurs de leur venir en aide afin que « Kerebuka » puisse progresser.

Liliane Butoyi (Stagiaire)

Ouvrir